Commercialisation des données personnelles et vie privée

Depuis le début des années 2000 les réseaux sociaux tel que Facebook, Twitter, Instagram, Ask ou encore Google +, prennent une place importante dans la vie de tous les jours et fort probablement plus dans les années à venir. En les utilisant nous donnons sciemment des informations sur notre vie comme : nom, prénom, date de naissance, une adresse mail… Pour certains la vie privée est un bien précieux qu’il ne faut pas négliger. Mais en résumer à quoi correspond la vie privée. La vie privée peut parfois s’apparenter à l’anonymat et à la volonté de rester hors de la vie publique. Quand quelque chose est dit « privé » pour une personne, cela signifie que généralement qu’à cette chose est rattachée des sentiments spéciaux et personnels.

Facebook logo

Source : pixabay.com

Source : pixabay.com

Ask.fm logo

Source : en.wikipedia.org

 

La commercialisation de nos données personnelles présente-t-elle un réel danger pour notre vie privée ?

Il faut tout d’abord savoir si le site sur lequel nous allons est bien légitime ou sécurisé, car après recherche nous avons trouvé qu’un site en l’occurrence « UFC que choisir » (qui est une association de consommateur) a créé un faux site Internet à fin de voir combien de personnes donnaient des données personnelles et lesquelles. Voici le graphique reprenant le pourcentage de chaque information sur un panel de 1133 personnes :

Graphique données personnelles

Source : UFC que choisir

Ce qui signifie que 39,7 % des visiteurs ont rempli au moins partiellement le questionnaire (66,2 % des réponses sont le fait d’hommes et 33,8 % de femmes). Compte tenu du caractère « intrusif » du questionnaire, ce taux est très important. L’analyse statistique permet de constater l’imprudence des internautes. On peut voir que 36% de personnes ont données leur numéro de téléphone et ont donné l’autorisation pour recevoir des alertes sur les bons plans du faux site. Pourtant à aucun moment il est précisé que ces informations ne seraient pas fournies à des tiers exemples : commerçant ou organisme de financement. On peut en conclure que certaines personnes donnent beaucoup d’information sur eux alors qu’ils ne connaissent même pas le site. La masse de données numériques est passée de 480 milliards de gigaoctet en 2008 à 2800 milliards  en 2012 soit une multiplication par 5 fois et demi et continue à croître de façon exponentielle. Ce qui montre bien le poids que pèse les données numériques dans le monde d’aujourd’hui.

En sachant que dans cet exemple l’UFC que choisir n’a pas précisé qu’il pouvait fournir les données recueillies, on peut imaginer qu’il aurait pu les vendre. Alors est-ce nous qui monnayons nos données ou sont-elles monnayées par des tiers à notre insu ?

La question est très intéressante, il est vrai que nous pouvons monnayer nous-mêmes nos données à hauteur d’environ 25 dollars l’année pour le compte de Google. Mais il n’est pas faux que les sites non légitimes peuvent vendre nos informations à des commerciales pour donner des chiffres nos données sont bradées à environ 0,0005$ par personne soit 0,50$ pour 1000 personnes. En France les lois sont de plus en plus restrictives envers la vente des données personnelles, mais il existe toujours quelques moyens de s’emparer des données et de les vendre. Par exemple il se peut que dans certaines chartes il est mentionné que vos données seront utilisées jusqu’à la suppression de votre compte. Prenons le cas de Facebook et de sa charte. Voici un extrait particulièrement significatif des conditions de cession de droits au profit de Facebook :

Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos (« propriété intellectuelle »), vous nous donnez spécifiquement la permission suivante, conformément à vos paramètres de confidentialité et paramètres d’application : vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation à Facebook (« licence de propriété intellectuelle »). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d’autres personnes qui ne l’ont pas supprimé.

Donc si vous signez la charte de Facebook sans l’avoir lu vous pouvez vous attendre à des surprises… Mais cela ne concerne pas que Facebook. Twitter, Google et d’autres grands sites  sont aussi visés. Pour résumer vous pouvez monnayer de vous-mêmes vos données, elles peuvent vous être monnayées par des sites non légitimes à votre insu et dernier cas, elles peuvent être utilisées sans que vous y prêter attention comme en signant une charte laxiste. Quels sont nos droits et que faire contre les sites qui peuvent utiliser nos données à notre insu ? 

 

Protection des données personnelles

Source : protegez-vos-donnees.fr

 

Dès notre arrivé sur un site internet, un petit fichier texte est directement enregistrer sur notre ordinateur qui porte le nom de cookie. Voir : ici. Ce dernier détient tout un tas d’information (identifiant, mot de passe…). C’est ce petit fichier qui par exemple vous permet de garder sur un site de e-commerce votre panier actif en changeant de page, c’est également grâce à eux que la publicité est ciblée. Pour ce protéger, il est conseillé de supprimer son cache et son historique de navigation après chaque utilisation d’internet. Pour améliorer la protection de nos données personnelles, il existe la loi informatique et libertés du 6 Janvier 1978. Toutes personnes dont les informations personnelles sont collectées bénéficie d’un droit à l’oubli, c’est-à-dire que ces données ne pourront pas être conservées une durée supérieure à celle nécessaire aux finalités pour lesquelles elles sont collectées et traitées. Elles pourront cependant être conservées si elles sont traitées à des fins historiques, statistiques ou scientifiques. Si vous estimez que vos droits ont été lésés, vous pouvez directement déposer une réclamation au contrôleur européen de la protection des données. Vos droits.

Malgré une loi Française assez restrictive et des droits importants, ce n’est pas pour autant que les grosses entreprises les respectent. En 2013, par exemple, Google a décidé d’autoriser le droit à l’oubli à hauteur de 51.5% des requêtes reçues. Ce sont eux qui choisissent si l’information à oublier doit rester ou non présente sur leur plateforme. Exemple, si c’est une information qui est relative à la population comme un médecin qui a commis une erreur médicale, Google peut laisser le(s) lien(s) dirigeant vers les différentes explications. Avec Internet la vie privée était déjà menacée et avec les réseaux sociaux et la commercialisation des données elle l’est encore plus. Vu l’ampleur que prennent les réseaux sociaux et Internet on peut s’attendre à une augmentation de la commercialisation de nos données personnelles et donc voir notre vie privée mise à l’épreuve. Avons-nous vraiment encore des libertés sur Internet ?

Article rédigé par Dupon Gaëtan et Bourgeois Samuel

Bibliographie :

Ce contenu a été publié dans Internet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Commercialisation des données personnelles et vie privée

  1. kevin grea dit :

    Je trouve que mettre en évidence les éléments clés c’est une chouette idée

  2. Kranklader Benjamin dit :

    Votre article est intéressant, vous montrez comment les personnes ne font pas attention aux sites sur lesquels ils vont et où ils donnent leur données personnelles. Vous expliquez également comment protéger ses informations. Très bon article, les points importants son mis en avant.

  3. BEGRAND Dylan dit :

    Votre article est intéréssant. La surveillance et la centralisation des données par les réseaux sociaux est un fait dont il faut être au conscient. Vous mettez bien en évidence la prudence dont il faut faire preuve lorsque l’on saisit des données personnelles sur internet. Les liens hypertextes pour ne pas alourdir votre article sont bien utilisés.
    Article enrichissant.

  4. PETITJEAN Romain dit :

    Votre article est intéressant et bien construit, le fait de mettre un exemple illustré d’un graphique dès le début nous fait comprendre immédiatement le sujet, les liens hypertextes permettent de compléter votre argumentation et pour finir, vous donner les solutions afin de protéger ces données, ceci donne un très bon article !

  5. Rougetet Corentin dit :

    Votre article est constructif et bien développé , ont comprends facilement les données que vous souhaiter mettre en avant pour le lecteur , et ont ce sent vraiment concerné car votre article présente un véritable problème d’aujourd’hui . Ont sais maintenant ce que l’on fait de nos données , et après cela je vais tacher de faire plus attention à ce que je met sur la toile .

  6. Corentin MOREL dit :

    Votre sujet se complète avec celui d’Elvire et du coup cela met vraiment en avant les problèmes que l’on risques! Ce trouve ce sujet très important, pas assez pris en compte et peut connus des personnes. Parfois les utilisateurs savent et connus d’utiliser ces réseaux, et c’est la ou est le grand malheurs dans cette histoire.

    Les liens en complément de votre argumentation et la mise en évidence des arguments est un choix judicieux. Bon blog.