En quoi l’appartenance à une classe sociale impacte-elle sur la perception du bonheur ?

Vers un euro flexible ?

 

L’argent est une richesse que l’Homme cherche à obtenir par dessus tout. Elle donne la possibilité de s’ouvrir au monde, à vivre sa vie pleinement. On dit souvent que l’argent ne fait pas le bonheur mais qu’il y contribue. Cependant serait-on plus heureux si nous vivions avec de l’argent ou si nous vivions sans ? Le bonheur est un état d’âme que l’Homme cherche à atteindre à chaque moment. On peut alors se demander si les classes sociales ont une influence sur le bonheur.

Partie 1 : Les effets de l’argent sur l’Homme.

 

  • L’argent source de bonheur

Le plus souvent, le bonheur est associé à l’argent. Il est bien évidement la chose après laquelle l’Homme cours le plus clair de son temps. Avec de l’argent, on peut acheter de la nourriture mais également payer des loisirs, des voyages, faire des surprises. Si on utilise notre argent pour nous, pour un bien matériel (vêtements, parfum,…) cela nous rendra heureux mais à court terme. Mais si nous utilisons notre argent pour une expérience unique (voyage) cela nous rendra plus heureux car nous aurons des souvenirs,… Comme également réaliser son rêve. Le fait de la rareté de l’événement réalisé amplifie d’avantage le sentiment de bonheur acquis. Au dessus de tout les achats envisageables, le don (que ce soit à une association, une offre a un proche,…) offre le plus de bonheur. Que l’on soit pauvre ou riche, celui qui offre sera au moins autant heureux que celui qui reçois si ce n’est plus.

  • L’argent également source de malheur

Lorsqu’une personne arrive à un certain stade de fortune, il arrive qu’elle se retrouve toute seule par changement de comportement (ce qui donne des problèmes sociaux) ou par simple avarice de l’argent. Tous le monde le sait qu’être accompagné avec des personnes qui compte pour nous aide plus que lorsque nous sommes dans la solitude.

Le manque d’argent est également source de malheur. En effet, une population ayant peu d’argent ne pouvant pas s’offrir tout ce qu’elle veut ni se soigner comme elle le souhaite, rend l’accès au bonheur compliqué. Mais, il ne faut pas oublier que l’on peut être riche avec rien et pauvre avec tout.

 

Partie 2 : Un bonheur différent pour chacun.

  • La quête du bonheur chez les gens riches

Les personnes riches, elles, peuvent s’offrir tout ce qu’elles souhaitent donc subvenir à toutes leurs envies. Cependant, il n’y a plus le plaisir d’avoir acquis de l’argent pour ces envies. Ce n’est donc plus considérer comme un but atteint. On ne peut donc pas parler de bonheur mais d’une simple satisfaction. Ce qui est un rêve pour certain, est normal pour d’autre. On peut se demander si les classes élevées peuvent ressentir du bonheur. C’est une course sans fin.

  • 2)  L’argent ne fait pas tout le bonheur

Une étude a montré que le revenu maximal pour ressentir du bonheur est de 5000€ par mois. Après cette somme, les besoins essentiels ne sont plus un soucis pour la personne.

L’argent n’a qu’une petite importance dans la perception du bonheur, il y a d’autres facteurs.

Tout d’abord, la famille, qui est essentielle au bonheur et au bien-être de la personne en étant présente dans les bons comme dans les mauvais moments de la vie.

Ensuite, il y a les amis qui sont également très important pour notre bonheur, en acquérissant des moments inoubliables, des moments de partage, qui sont positifs pour l’épanouissement personnel.

Enfin le manque de biens matériels est source de malheur. C’est pour cela que lorsque la personne travail et qu’elle puisse s’offrir des biens,… Elle peut être heureuse de vivre en étant bien, en ayant ce qu’il faut. C’est à ce moment que la personne se dit qu’elle n’envie la vie de personne car la sienne est très bien. C’est un sentiment de bonheur.

 

Résultat de recherche d'images pour "image africain heureux"

 

Conclusion :

Selon plusieurs cas, plus nous avons d’argent, et moins nous ressentons du bonheur. Car une personne riche va pouvoir s’acheter tout ce qu’elle souhaite sans se poser aucune question. Il n’y a pas de gêne, cela deviendrait de la satisfaction. C’est même à se demander si ils ressentent quelque chose car c’est tellement normal pour eux. De plus, les classes aisées des pays « riches » ne sont pas forcément plus heureuses que le reste de la population. Il existe un classement effectué grâce à une étude sur le bonheur dans les différents pays du monde. Les premières places sont occupées par des pays « riches » qui ont un bonheur plus élevés. Puis viennent des pays comme le Costa Rica, le Mexique, le Brésil qui sont 12, 16 et 24ème du classement, ils sont même devant la France qui occupe, elle, la 25ème position. Tout cela s’explique du fait qu’il y ai d’autre sources de bonheur, comme les amis, la famille ou les biens matériels qui font que nous nous sentons bien. Que tous ces moments soient ancrés dans nos souvenirs et qu’ils rendent la vie beaucoup plus heureuse. Le bonheur n’est donc pas qu’une question d’argent, car chaque personne à sa propre définition du bonheur, c’est pour cela que la classe plus riche n’est pas forcément plus heureuse qu’une classe pauvre. Tout le monde est égal devant le sentiment de bonheur. Son origine variera juste selon la personne.

 

 


APTEL Damien & BARTHELEMY Arthur.


 

Bibliographie : 

 

Ce contenu a été publié dans Le bonheur, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à En quoi l’appartenance à une classe sociale impacte-elle sur la perception du bonheur ?

  1. BARBE Valentin dit :

    Un vrai bon travail. C’est structuré, précis, peu de faute de fautes d’orthographe, les idées sont clairement définies et compréhensibles.

  2. William dit :

    Très bon travail et surtout très constructif. Vous nous démontrez très bien que l’argent est loin d’être un facteur important dans la construction de son bonheur personnel.