En quoi l’entraide au sein des associations a-t-elle évolué au fil du temps dans les sociétés occidentales ?

Présentation: Les associations 

Depuis de nombreuses années, les Organisations Non Gouvernementales ou ONG (associations, fédérations…) et autres associations évoluent en fonction du développement humain mais aussi du fait des changements politiques (dictature, monarchie…). Ces différents principes jouent un rôle important dans la progression de l’entraide au seins des associations occidentales.

L’origine et l’histoire des associations

Pierre Waldeck-Rousseau, fondateur de la loi de 1901; source: https://www.cava49.org/lhistoire-des-associations/

L’origine des associations remonte à l’antiquité avec, dans un premier temps, un but de récupération de fonds collectifs pour prévoir les risques d’accidents (travail notamment). Les premiers créateurs d’associations dites “libres” (associations où l’on peut exprimer des pensées librement) furent les grecs et les romains. Ces associations avaient, au départ, un but plutôt religieux (sœurs, nonnes, moines…) afin de récolter des fonds en faveur des édifices religieux (églises, monastères…). Il faudra attendre le 3 septembre 1791 pour que la constitution reconnaisse le droit de se réunir comme un droit naturel et civil mais seulement en faveur des associations et des réunions politiques. Avant la création de la loi 1901 par Pierre Waldeck-Rousseau, beaucoup d’interdictions ont été levées contre les regroupements de personnes, les manifestations et les associations notamment la loi “Chapelier” de 1791 qui a permis la suppression de la liberté d’association professionnel et l’interdiction syndicale par la suite (ces principes n’étant pas encore clairs dans l’esprit des populations qui ne comprenaient pas l’importance de ces rassemblements, certains les voyant même comme des oppositions aux gouvernements notamment pendant les périodes de guerres). La loi de 1901 fut validée le 1 juillet 1901, mais, malgré la validation de cette loi, des interdictions ont encore été mise en place comme lors du mandat de François Mitterrand qui décide d’annuler cette loi. (Pour plus d’informations sur l’histoire des associations: https://www.cava49.org/lhistoire-des-associations/)

Quelques exemples d’associations

source: pixabay

Même si les associations ont connu beaucoup de contraintes, elles continuent de se développer et évoluer aujourd’hui dans de nombreux secteurs et en faveur de nombreuses causes que ce soit l’environnement, le handicap, les personnes âgées… Par exemple, l’association belge “Entraide et Fraternité” qui avait au départ un objectif de “lutter contre l’exclusion sociale en Belgique” et qui travaille aujourd’hui avec d’autres ONG  et groupes solidaires pour “interpeller les gouvernements par des actions politiques pour dénoncer les injustices entre les peuples” et qui a pour objectif de “soutenir l’agriculture paysanne pour le maintien du droit à l’alimentation dans le monde” a également connu certaines contraintes ce qui n’a pas empêcher à cette ONG autonome de progresser au fil du temps avec une histoire qui commence en 1961 lors de la première campagne du “Carême du Partage” sous le nom d’”entraide et fraternité” qui avait été organisé par une autre association (Caritas Catholica) pour répondre aux problèmes de famine au Congo, elle est ensuite reconnue comme ONG autonome en 1936. Elle créa même une autre association “Vivre ensemble” qui a pour objectif d’aider les associations ayant des difficultés à se faire connaître mais aussi qui s’occupe de la création de projets en relation avec des jeunes en faveur des peuples les plus démunis ou encore des actions pour l’environnement, le droit à la santé, à l’éducation, au logement… https://vivre-ensemble.be). Cette “Campagne du Carême” est aujourd’hui divisée en deux parties: Broederlijk Delen vzw pour la Flandre et “Entraide et fraternité” pour la partie francophone. Une autre ONG internationale plus connue créée en 1960 (année propice aux changements de mentalités), le fond mondial pour la nature (WWF) s’occupe quand à elle de la partie environnementale c’est à dire qu’elle a pour objectif “d’agir pour le développement durable en tentant de mettre un frein à la dégradation de l’environnement et pour construire un avenir où les Hommes vivent en harmonie avec la nature”, elle est également l’une des toute première associations indépendantes de protection de l’environnement. D’autres associations se développent également avec des objectifs plus globaux comme par exemple pour le développement urbains ou l’aide humanitaire (plusieurs associations se réunissent pour ces types de projets en raison de l’importance colossale de ces actions). L’aide humanitaire ayant connue beaucoup de difficultés à s’épanouir (en France et dans le monde anglo-saxon notamment car c’est dans ces pays que le développement de ce type d’associations a vu le jour avec en tout premier lieu “La Croix Rouge” et “Médecin sans Frontières” qui sont deux ONG internationales, Médecins Sans  Frontières ayant été créé par des médecins français). (Pour plus d’informations sur le développement de l’aide humanitaire et les contraintes rencontrées lors de celui-ci sur: https://www.erudit.org/fr/revues/as/2007-v31-n2-as2394/018681ar/)

Evolution des liens au seins des associations

source: pixabay

source: pixabay

Ces différentes associations évoluent également en fonction des liens intergénérationnels entre les bénévoles qui se développent essentiellement autour de projets et qui sont très épanouis au seins des associations bien que présents dans la vie de tout le monde (famille notamment). Selon le rapport du conseil économique et social du 24 février 1993 “Exercice et développement de la vie associative dans le cadre de la loi du 1e juillet 1901”, un bénévole est défini comme :”une personne qui s’engage librement pour mener une action non salariée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial”. L’âge de ces bénévoles varie beaucoup surtout ces dernières années du fait de l’allongement de la durée de vie et de la modification des modes de vie (qui favorisent cette allongement de la durée de vie). Les liens intergénérationnels formés au cœur des bénévoles varient en fonctions de différents champs d’actions: “les rencontres conviviales, la transmission de “savoir-faire”, les réalisations communes (artistiques, culturelles…), la solidarité active pour les personnes en difficulté et la notion de “vivre-ensemble””. Les bénévoles présents dans les associations sont très souvent des personnes âgées (plus de 65 ans), les actifs étant déjà occupés à leurs activités personnelles (travail, famille…) et les plus jeunes s’engageant en principe sur des projets rapides et précis. Il faut donc faire “changer les mentalités” pour donner envie aux plus jeunes de s’investir dans les associations (par exemple, des formations sont mises en place pour former les jeunes à devenir dirigeant des bénévoles). Il faut, cependant, différencier le bénévolat “formel” (but associatif, syndical ou politique) du bénévolat “informel” (rendre service à un voisin par exemple)  ainsi que les associations ayant une vocation économique (celles qui pensent au profit qu’elles vont tirer de leurs actions) et les associations qui n’ont pas de vocation économique (celles qui pensent aux actions à réaliser avant de penser aux profits qu’elles vont en tirer). Pour favoriser ces liens intergénérationnels et l’engagement des plus jeunes, le CESER (Conseil économique, social et environnemental régional) du Val de Loire a mis en place plusieurs actions: “s’appuyer sur les mouvements des jeunes (Junior association…), développer le bénévolat de projet, encourager l’engagement bénévole dans les cursus scolaires ou supérieurs et intégrer cette notion dans certains parcours d’enseignement, valoriser les parcours bénévoles notamment en promouvant le CV par compétences (les compétences acquises en pratiquant le bénévolat sont également mobilisables dans la sphère professionnelle), travailler sur la conciliation des temps entre générations, développer des formations à l’engagement associatif proposées aux salariés en fin de carrière dans le cadre du Compte Personnel de Formation et les inscrire au Programme Régional de Formation (PRF) et tenir compte de la dimension intergénérationnelle dans les critères retenus pour financer les projets associatifs”. Certaines de ces actions ont également été mises en place dans d’autres régions (Bourgogne-Franche-Comté par exemple). (Pour plus d’informations sur les actions menées par le CESER Val de Loire: https://ceser.regioncentre.fr/files/live/sites/ceser/files/contributed/espace-public/Rapports/2015/rapport-benevolat-lelienentrelesages.pdf )

Conclusion

C’est donc grâce aux “changements de mentalités” et au développement des liens intergénérationnels au seins des associations que l’entraide a pu évoluer dans les meilleures conditions. Cependant encore aujourd’hui, les associations ont beaucoup de mal à progresser surtout dans des domaines sensibles comme l’humanitaire du fait des difficultés politiques notamment (dictature par exemple…), c’est pour cela que les associations ont encore besoin de soutien, surtout de la part des plus jeunes.

PUTELLI Manon

 

Bibliographie

 

Ce contenu a été publié dans La solidarité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à En quoi l’entraide au sein des associations a-t-elle évolué au fil du temps dans les sociétés occidentales ?

  1. btsenil dit :

    Le sujet de votre blog est très intéressant. En effet, il cherche à nous sensibiliser au fait que les associations ont aujourd’hui toujours du mal à se développer, et je trouve ça réussi. De plus, la forme avec des images intégrer au texte est réussi et permet une lecture agréable de votre article.

    Vessyere jordan

  2. btsenil dit :

    J’ai appris beaucoup de choses sur les associations, n’étant pas moi-même particulièrement interressé par le sujet que vous avez traitez. J’ai quand même pu m’identifier à votre contenus. Cependant je ne suis pas forcément de votre avis du fait que vous généralisé à l’ensemble des associations qu’elles « ont du mal à progresser » car dans mes expériences personnelles j’ai déjà rencontrer des associations dont la croissance était très florisante surement depars leur diversité d’actions. Bonne continuation. AB.

  3. btsenil dit :

    Article très intéressant. Celui-ci nous permet dans apprendre beaucoup au sujet des associations qui persévèrent pour obtenir un développement intéressant malgré leurs nombreuses contraintes.

    Justin HEREL.

  4. btsenil dit :

    Le contenu de votre article est enrichissant. Je ne savais pas que les associations avaient été créée pendant l’Antiquité. Il retrace bien l’évolution des associations au cours de l’histoire et reste agréable à lire même si au niveau de la structure, il manque des sauts de lignes.

    DA SILVA Lucie

    • btsenil dit :

      Merci beaucoup de ce commentaire, je suis ravie que tu me donne ton avis au sujet de ma présentation même si celui-ci est un peu pejoratif cela me fera sans doute progresser si j’ai l’occasion de réaliser un autre blog

  5. btsenil dit :

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant et reflète je le pense, la réalité qui nous entoure. Pour ma part, je fais partie de plusieurs associations de loisirs. Celles-ci ont du mal à trouver des adhérents et surtout pour du bénévolat. Beaucoup de petites associations de village ne tiennent que par une poignée de bénévoles. Et quand ceux-ci s’essoufflent, la dissolution est inévitable. Merci pour ce petit récapitulatif historique.
    Cordialement,
    CUENOT Corentin

  6. btsenil dit :

    Le contenu de votre article est très intéressant et très enrichissent. Nous apprenons beaucoup de choses sur les associations que nous ne savions pas et cela donne envie d’y participer pour ne pas que celles-ci ne soient pas abandonnées. La lecture de votre article est agréable.
    FAIVRE Inolla