En quoi les normes socio-culturelles influencent-elles la conception du bonheur des supporters ?

Qu’est-ce qu’un supporter ?

Le supporter s’inscrit, à titre individuel ou collectif, dans une logique d’attachement, d’engagement vis-à-vis d’un sportif ou d’une équipe voire d’un club au point, d’être souvent considéré comme une source de motivation et d’engagement supplémentaire. Le supporter, c’est aussi celui qui sait soutenir son équipe ou son sportif en cas de « coup dur » car il cherche son bonheur mais aussi le bonheur de ce qu’il supporte. Etre supporter est une affaire d’engagement mais c’est aussi une identité qui se construit et se nourrit sur des principes et valeurs morales.

Quels types de supporter existent-t-ils?

Les supporters se classent en 4 grandes parties:

  • Les supporters qui voient le match

Ce sont les simples spectateurs: ils se rendent au stade de façon autonome ou en petits groupes. Ce sont des supporters de tous âges, mixtes,non violents. Ils manifestent leurs sentiments par des applaudissements ou des huées.

  • Les supporters qui vivent le match

Les membres d’association de supporter, intégrées au club, soutien le club par des champs et des animations (drapeau, banderoles).Ils s’opposent à la violence physique voire verbale. Ils adhéraient à la fédération des associations de supporters), et qui préconisait une attitude fair-play. Ce sont les interlocuteurs privilégiés des clubs et de la Ligue professionnelle de football.

  • Les supporters qui se passionnent pour le match.

Sont ainsi qualifiés supporters, membres d’associations dites « ultras ». Jeunes, masculins, organisés et très expressifs dans les tribunes, ils passent beaucoup de temps à soutenir l’équipe. Ces supporters revendiquent à la fois une fidélité extrême au club, ce qui leur interdit de siffler l’équipe quand elle perd et de critiquer les joueurs et, en contrepartie, les autorise à demander des comptes à ces derniers en cas de mauvais résultats récurrents.

  • Les supporters qui planifient la violence.

Les « hooligans », population très minoritaire, dont l’attachement au club a dévié progressivement vers un soutien violent. En France, le « hooliganisme » est récent. Aujourd’hui le hooliganisme français concerne des matchs dénués de toute rivalité historique, avec des violences et des actes de délinquance gratuits. D’abord spontanée, provoquée par une défaite ou une erreur d’arbitrage, cette violence est désormais préméditée, systématique et indépendante des événements du match. Les hooligans se regroupent de manière informelle, forment des bandes afin d’organiser des « fight » avec d’autres supporters, à savoir des batailles de rue n’ayant d’autre but que la violence elle-même qui s’exerce le plus souvent sur d’autres terrains que le stade (parking, gare, …) et contre les groupes adverses et la police.

Comme tout le monde l’auras compris , le supporter est responsable de ses actes , mais si il as des devoir , il possède aussi des droits. Ceux de pouvoir aller au stade sans avoir peur de tomber sur une bagarre, être  accueilli dans un endroit propre , de pouvoir supporter l’équipe de son choix … en Bref il as le droit d’être heureux quand il se déplace pour son club.

 

Des sensations que l’on ne peut retrouver nul part ailleur

Pour expliquer ce que peut ressentir un supporter heureux nul autre endroit qu’un stade pour mieux en parler ! C’est lors des chant de supporter qui reprennent en cœur d’une seul voix la chanson phare de leur équipe comme autour du terrains de football de West Ham avec leurs célèbre « Bubbles at Wembley ». Si l’on ne côtoie pas le contour des terrains on ne peut pas se rendre compte de la joie qui éclate après un point marqué dans les derniers moments qui permettent d’arracher une victoire in extremis ou l’avalanche de sensation après une coupe du monde ou des jeux olympiques remportés grâce à un travail du quotidien. En clair pour comprendre la joie d’un supporter, il faut la vivre !

Si pour expliquer a un novice la liesse des supportes il faut aller dans un stade , certain supporter se lie d’un véritable amour pour un club très éloigner de lui géographiquement. Nous nous trouvons alors dans un cas de sociologie extrêmement étonnant, car si il est compréhensible que quelqu’un s’attache aux couleurs du club le plus proche de chez lui , voir au plus grand club de ça région mais on s’imagine mal comment s’attacher à une équipe complètement étranger , comme l’exemple de l’explosion d’intérêts pour la première ligue anglaise de la part du continent indien , qui plus est part les femmes. En France l’exemple le plus criant est celui de l’olympique de Marseille au football qui conte dans ses supporters des gens de toutes les régions de France et de nombres nombreux pays dans le monde.

Si le sport peut devenir le moteur de vie d’autant de personne il est compréhensible que le supporter prenne une place marquante dans notre société. De grand événements l’illustre parfaitement comme l’union extraordinaire que nous on montré les supporters islandais avec le maintenant célèbre « clapping » ou encore les foules de supporter bleu qui se sont déplacer dans les stades et devant les écrant géant lors de l’euro en France. Nous pouvons donc dire qu’un supporter heureux contribue a une population heureuse.

 

Tous supporter ?

Après tout se que l’on a vue , nous somme en droit de nous demander si tout le monde est un supporter , ceux a quoi nous pouvons dors et déjà répondre non. Cette réponse si catégorique peut paraître un peut crue mais il ne peut y en avoir d’autre , l’explication se trouve dan la définition même du supporter. Pour être un supporter il faut un état d’esprit adéquat en respect avec le sport , le partage , le respect des autres … ceux qui ne respecte pas ses quelques réglés de bien séance ne peuvent être considéré comme des supporters , l’exemple des Hooligans illustre parfaitement le cas, ceux ne sont pas des supporters mais des casseurs qui ne supporte que de fasse une équipe proche de chez eux , ce courant a débuté en Angleterre et affiche une violence extrême.

Si nous ne somme pas tous des supporters une vrais question se pose , « existe t’il plusieurs lieu ou être supporters et surtout es que tout les sport on leurs supporters ? » cette question est très intéressante et permet de mettre en avant que le supportérisme est influencé par les univers sociaux de tout a chacun, selon l’origine social , le niveau d’études même la fortune peut influencer nos choix. C’est donc pour cela que nous pouvons répondre que oui , il existe plusieurs lieu pour être supporter et que tout les sport on leur public et arrive a le faire vibré.

 

 

Pour  résumée le bonheur d’un supporter est composé de nombreux facteur , de ses expériences vécu dans ça vie à la publication que font les médiats tout les jours dans les journaux. il est important de rappeler que ce supportérisme est l’un des ciments de toutes sociétés.De nombreuse étude on été faite sur le sujet et bien que se soit un principe relativement récent en sociologie nous commençons a avoir une idée de l’importance du sujet.

 

Pour plus de précision sur le sujet voici un autre blog que nous vous recomandon il vous permettra de mieux comprendre le sujet.

http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/le_c.o.d.e._du_supporter_-_guide_2016.pdf

 

Bibliographie:

              

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Le bonheur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à En quoi les normes socio-culturelles influencent-elles la conception du bonheur des supporters ?

  1. William dit :

    Article intéressant, ayant déjà travailler moi-même sur les liens entre joueurs et supporters dans le domaine du sport, j’apprécie de voir un article dédié spécialement aux supporters.