Gestion de l’innovation : une stratégie d’innovation technologique et sociale constitue-t-elle un facteur de succès ou de croissance économique ?

Bien que l’innovation soit un des moteurs de croissance pour l’entreprise, les nombreux échecs qu’elle occasionne tant au niveau de la recherche que des débouchés montrent que le processus d’innovation est complexe et plein d’incertitudes. D’où l’importance pour l’entreprise de susciter un climat propice à l’innovation et de savoir gérer le processus d’innovation. Nous allons donc nous concentrer sur l’innovation technologique et sociales et plus précisément, en quoi l’innovation technologique et sociale est-elle le principal facteur du succès des entreprises françaises performantes ?  Tout d’abord nous verrons ce que c’est que l’innovation, puis dans un second temps, nous aborderons  l’impact de l’innovation sur la définitions  des stratégies des entreprises et au final la compétitivité de
l’entreprise.

Qu’est-ce l’innovation ?

L’innovation apparaît comme une condition indispensable de survie et de développement pour de nombreuses entreprises. Aussi, on peut définir l’innovation comme le passage à l’application industrielle ou commerciale d’une invention au sein d’une entreprise.

Nous on s’intéresse plutôt à l’innovation sociale et technologique.

Innovation sociale

Que ce soit au niveau européen ou national, lInnovation Sociale est aujourd’hui reconnue comme un levier de développement économique.

L’innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques sociales, en impliquant la participation et la coopération des acteurs concernés, notamment des utilisateurs et usagers. Ces innovations concernent aussi bien le produit ou service, que le mode d’organisation, de distribution, dans des domaines comme le vieillissement, la petite enfance, le logement, la santé, la lutte contre la pauvreté, l’exclusion, les discriminations… » définition proposé par le groupe de travail « innovation sociale » du Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire (CSESS).

L’innovation technologique

L’innovation technologique est le plus souvent étudiée sous l’angle de l’avantage concurrentiel qu’elle apporte aux entreprises. Elle peut cependant être également étudiée comme une stratégie géo-économique, permettant aux nations de conquérir des parts de marché à l’international ou d’attirer de la richesse à leur profit, et ce faisant, d’accroître leur influence. L’objectif d’une stratégie d’innovation technologique est la mise sur le marché de nouveaux produits ou de nouveaux services exploitant des connaissances de pointe et répondant à de nouveaux besoins.

L’impact de l’innovation sur la définitions  des stratégies des entreprises

Dans un contexte concurrentiel et face aux perpétuels changements de
leur environnement, les entreprises mènent une réflexion sur l’innovation
qui est essentielle pour assurer leur croissance et leur développement. En
effet, les entreprises peuvent grâce à l’innovation développer une
compétitivité durable. Ainsi, les entreprises cherchent à développer des
innovations tout en prenant en compte les risques liés à celle-ci.

La rentabilité de l’innovation, associé à des contraintes et à
des risques est incertaine :

La rentabilité incertaine de l’innovation peut être liée aux contraintes de réalisation, au cadre institutionnel, aux risques dus au rythme de diffusions des innovations et aux risques liés au financement.

https://slideplayer.fr/slide/3214595/

Incertitudes issues des contraintes de réalisation :
Les incertitudes liées aux contraintes de réalisation peuvent être
regroupées sous quatre rubriques :
a/ En ce qui concerne le positionnement du produit nouveau; une attention insuffisante portée à cet aspect de la commercialisation entraîne l’échec du produit introduit. Tous les projets d’innovation ne sont pas forcément réalisables par l’organisation car ils ne
correspondent pas aux besoins ou aux attentes des consommateurs.

b/ la protection de l’innovation : Le monopole n’est que temporaire. En effet, quelle qu’en soit l’originalité, l’innovation introduite (brevet, marque de fabrique, modèle…) n’assure qu’un avantage compétitif provisoire, voire illusoire comme pour le cas du secteur de la grande cuisine tant l’efficacité des brevets est faible. Pour qu’il cesse de l’être, l’innovation doit être permanente au sein de la firme. Notons que les innovations des entreprises sont protégées par l’INPI (institut national de la protection industrielle).

c/ la liaison marché-produit-technologie : Elle doit être assurée quoiqu’il advienne. Elle suppose donc que l’entreprise adopte une stratégie de grappes technologiques, c’est-à-dire d’activités liées par une même technologique.

d/ le personnel : Tout changement perturbe les chances de réussite de l’innovation sont donc fortement liées à la motivation du personnel qui le met en œuvre. Il doit être préparé à l’introduction du produit nouveau et, s’il y a lieu, aux tâches nouvelles qui lui incombent. Dans le cas contraire, l’innovation sera rejetée, directement ou par simple inertie.

Incertitude liées au financement :

L’innovation absorbe beaucoup de ressources au cours de ses différentes phases qui sont lourdes. Les sources de financement sont limitées. En internes le financement est réalisé grâce au budget de recherche développement et à la capacité d’autofinancement des entreprises et en externe à l’aide du capital risque, et des subventions de l’ANVAR. Du fait de l’incertitude liée à l’innovation on comprend que les investisseurs extérieurs soient méfiants. Pour éviter de tomber dans un gouffre financier qui pourrait menacer sa survie l’entreprise doit se montrer attentive aux modalités de financement. Notons qu’un projet d’innovation peut ne pas voir le jour du fait simplement que l’innovateur peut trouver des difficultés liées au financement très lourd en matière de brevets. Par ailleurs, aux Etats-Unis il existe un compartiment du marché financier exclusivement réservé aux firmes
innovantes : le NASDAQ. Même s’il existe des incertitudes quant à la rentabilité de
l’innovation, l’entreprise a intérêt à innover. L’innovation peut donner à l’entreprise un avantage décisif sur ses concurrents. Elle doit pour cela gérer le processus d’innovation.

L’influence des innovations dans une société

Tout le monde parle d’innovation. On parle de produits, de procédés et de technologies innovants. Il y a des tonnes de livres sur l’innovation.

L’innovation perturbe. Elle modifie également la façon dont on fait les choses ou, du moins, défie la façon dont nous pensons. Un peu d’innovation ne perturbe pas beaucoup. Un pointeur laser est utile, mais ce n’est vraiment qu’un long bâton. Je pourrais quand même utiliser … un long bâton dans la plupart des cas. C’est bien que je puisse faire des trucs avec un pointeur laser que je ne peux pas faire avec un long bâton. Par exemple, je pourrais pointer un objet sur la façade supérieure d’un grand immeuble tout en me tenant debout sur le sol ou amuser un chat pendant des heures. Toutefois, aucune de ces possibilités ne me force à modifier la façon dont je me comporte. Il existe peu ou pas de perturbation.

La compétitivité de l’entreprise

L’innovation permet de renforcer la compétitivité de
l’entreprise sur les stratégies mises en œuvre :

L’innovation permet aux entreprises de renforcer leur position concurrentielle sur les marchés. En effet, l’innovation permet aux entreprises d’augmenter leur productivité, d’améliorer la qualité de leurs produits ou de leurs services et de développer des compétences clés. L’innovation permet surtout aux entreprises d’améliorer leur compétitivité hors-prix. Porter souligne que l’innovation est la clé de la compétitivité
des entreprises parce qu’elle conditionne leur capacité à maintenir des avantages concurrentiels durables sur des marchés évolutifs. L’innovation est un facteur déterminant de la compétitivité et de la rentabilité des entreprises et est par conséquent un élément essentiel de la stratégie de l’entreprise. Ainsi, innover permet à l’entreprise d’avoirs avantages de l’innovation dans une société .

L’innovation est vitale à la réussite de votre entreprise dans le contexte concurrentiel actuel, qui se caractérise par une clientèle plus exigeante et informée. Tout entrepreneur a besoin de se démarquer pour survivre. Innover peut lui donner des avantages, en améliorant sa productivité, sa croissance et sa rentabilité.Résultat de recherche d'images pour "l'innpvation est vitale"

https://www.institut-innovation.ca/les-pme–videacuteo.html

Pourtant, seulement le quart des PME ont planifié d’investir dans la recherche et le  développement en 2016, selon une enquête de BDC menée auprès de 4 000 entrepreneurs canadiens.

L’innovation n’a pas à être une percée révolutionnaire. Elle s’incarne aussi dans des améliorations simples et progressives dans n’importe quel domaine de votre entreprise. Voici quatre avantages concrets que l’innovation peut apporter aux entreprises.

  1. Améliorer les ventes et les relations clientèles:  En laissant vos produits et services inchangés, vous risquez de perdre des clients au profit de concurrents plus dynamiques.
  2. Réduire le gaspillage et les coûts: Innover peut aider à réduire le gaspillage dans les entreprises et à mieux vous positionner pour vous centrer sur les objectifs à long terme, plutôt que de toujours réagir aux urgences à mesure qu’elles apparaissent.
  3. Améliorer les relations avec les employer : L’innovation aide à anticiper plus rapidement les changements du marché pour tirer profit des occasions qui se présentent, à agir au lieu de réagir aux bouleversements. Elle  aide aussi à distinguer de la concurrence.
  4. Améliorer le positionnement dans le marché : C’est une attitude qui engendre d’autres réussites liées à l’innovation, car bien souvent dans une entreprise, les meilleures idées viennent des employés.

Une structure favorable à l’innovation :

Afin d’être innovante l’entreprise doit réduire les rigidités de son organisation. Cependant, au sein des grandes structures, l’esprit c’est-à-dire le comportement d’entrepreneurs favorable à l’innovation tend à disparaître faute de souplesse de l’organisation, de liberté de travail et d’initiative laissée aux salariés. Aussi, les grands groupes français cherchent à rendre leur structure capable de générer des innovations. Le constructeur automobile Renault à créer une fonction innovation en plus de sa fonction R&D afin de mieux gérer ses innovations tant sur le plan national qu’international. Traditionnellement flexible, les petites entreprises constituent un lieu de créativité privilégié du fait de leur organisation entrepreneuriale qui stimule la prise de risque associé à des projets innovants et permet une prise de décision rapide.

La maîtrise de l’innovation technologie et sociale permet à certaine entreprise de pénétrer le marché alors que d’autres disparaissent faute d’avoir su se moderniser. Le degré d’innovation d’un secteur conditionne donc le niveau des barrières à l’entrée de nouveaux concurrents. Cependant, le chef d’entreprise doit garder présent à l’esprit que l’innovation réclame des structures capables d’assumer les risques techniques, financiers, commerciaux, humains et juridiques qui lui sont liés.  Lorsqu’une entreprise est dotée d’une culture innovante, elle se développera plus facilement, même si le processus créatif n’est pas toujours simple. Aujourd’hui, chaque organisation ressent l’impact de la mondialisation, des révolutions technologiques et des questions liées au changement climatique. C’est pourquoi, plus que jamais, les sociétés ont besoin d’innovation pour apporter une valeur ajoutée, se démarquer de la concurrence et construire une croissance durable. Et donc l’innovation détermine  la stratégie de l’entreprise.

RACHIDI Lamianti

Bibliographie analytique

Julie ROUZARD et Steeve Augoula, L’innovation est-elle une alternative à la guerre économique? Dans Géoéconomique 2008/2 (n°45) pages 97-118. [en ligne], consulté le [20/12/2019] disponible sur:  https://www.cairn.info/revue-geoeconomie-2008-2-page-97.htm 

Mustapha LAHLALI, Gestion de l’innovation: Stratégie et management de l’innovation,OECONOMIA, 22/04/2015. [en ligne] [consulté le 10/01/2020] Disponible sur: http://www.oeconomia.net/private/cours/economieentreprise/themes/innovationdissert.pdf

Jean-François SATTIN, La licence défensive 2013. Revue internationale P.M.E.: Économie et gestion de la petite et moyenne entreprise [en ligne]  Vol.26 n°3-4 p.41-61 [consulté le 10/02/2020] disponible sur: https://www.erudit.org/fr/revues/ipme/2013-v26-n3-4-ipme01351/1024518ar/

Rabiee ABIDAR, Management de l’innovation et la performance des entreprise agroalimentaire, dans économie et finance [ en ligne], Mémoire Online Université Ibn Zohr FSJES Agadir – Licence 2009 [consulté le 11/02/2020]

 disponible sur: https://www.memoireonline.com/07/09/2389/m_Management-de-linnovation-et-la-performance-des-entreprise-agroalimentaire0.html

Ce contenu a été publié dans Créativité, innovations, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Gestion de l’innovation : une stratégie d’innovation technologique et sociale constitue-t-elle un facteur de succès ou de croissance économique ?

  1. btsenil dit :

    Mais tu n’as pas mis le nom de Madani ?