Handicap: A la recherche d’une unité solidaire

Il y a longtemps, être atteint d’un handicap était très mal perçu par la société.  En effet les personnes handicapées dans l’antiquité étaient exclues de la société, étant considérées comme impures. Plus tard, au moyen âge, les personnes en situation de handicap sont enfin reconnues, mais sont enfermées dans des hospices. Heureusement, aujourd’hui, la situation des 12 millions d’ invalides en France s’améliore. Grâce notamment aux différentes lois solidaires qui ont été mises en place. Celle-ci permettent de venir en aide et de soutenir ces personnes atteintes d’un handicap moteur ou mental. Mais cette situation est loin d’être parfaite.

Aujourd’hui, en quoi la situation des handicapés en France nécessite-t-elle véritablement un effort de solidarité de la part de toute la société ?

Nous verrons que les personnes en situation de handicap se heurtent à des obstacles dès le plus jeune âge avec leurs débuts à l’école, puis nous verrons que ces obstacles se poursuivent lorsque ces personnes désirent entrer dans le monde du travail, pour finir nous ferons le point sur les différentes mesures qui ont été mises en place pour palier à ces difficultés d’insertion.

Un frein dès le plus jeune âge

Actuellement lorsqu’un jeune handicapé est en âge d’être scolarisé il est confronté à de nombreuses difficultés. Notamment, le fait d’être inscrit dans une école normale avec d’autres enfants de son âge. En effet, selon le degré de handicap du jeune, certaines écoles leurs ferment leurs portes, car le personnel ou même les infrastructures ne sont pas adaptées à certain type de handicap. C’est pour cela que les enfants se retrouvent dans l’obligation de se retourner vers des écoles spécialisées. Là, ils seront regroupés avec d’autres qui ont les mêmes déficiences mentales ou moteurs. Et tout cela ne fait qu’augmenter l’écart entre la société et ces personnes en situation de handicap.

En revanche certains handicaps « mineurs » tel que la malvoyance permet tout de même de pouvoir suivre des études presque classiques. Mais cette décision demande aux jeunes étudiants une grosse capacité d’adaptation. C’est  un environnement qui à beaucoup de mal à s’adapter aux handicaps, quel qu’il soit. Ainsi le jeune Maxime Soria alors âgé de 23 ans nous expose, dans un article du monde,  le déroulement de sa scolarité, qui fut normale jusqu’au collège. Il relate : « On m’a dit d’aller en école spécialisée. Au lycée, d’éviter le bac scientifique, trop difficile. A la fac, de choisir une filière adaptée ». Cependant il parviendra à démontrer qu’il fut capable de surmonter son handicap afin de valider son cursus jusqu’à la fac. C’est à ce moment que son invalidité finit par le rattraper en l’empêchant de suivre correctement ses cours de biologie. Aujourd’hui, Maxime est devenu kinésithérapeute, un métier devenu traditionnel pour ses semblables.

Un accès à l’emploi encore compliqué

Une fois le cap des études franchit, il reste à la personne en situation de handicap d’intégrer le marché de l’emploi. Cependant, des obstacles restent encore à surmonter. En effet, aujourd’hui ,en France, une entreprise comprenant au minimum 20 salariés se doit de compter dans ses effectifs une proportion de 6% de travailleurs en situation de handicap. Pourtant, le ministère du travail relate que seuls 3,4% des personnes handicapées sont employées dans le secteur privé. Ce constat peut être expliqué par une réticence des entreprises à embaucher des travailleurs invalides, qui en moyenne sont deux fois moins diplômés que le reste de la société. C’est le cas notamment d’Elodie Masson; qui à la suite de la perte de la mobilité de son poignet à du se réorienter et se reformer à un nouveau métier car elle ne pouvait plus exercer son travail en tant que pâtissière. Sans cette formation elle n’aurait sans doute pas retrouvé d’emploi aussi facilement.

Le second problème qu’une personne peut rencontrer lors de sa recherche d’emploi et lié à son handicap lui-même. En effet, il a été démontré que les personnes possédant un handicap « invisible » qu’il soit auditif, visuel ou encore psychique ont plus de difficultés à trouver un travail. C’est ce même constat qui désole François Cloteaux, journaliste à Vivre FM, lorsqu’il écrit sur le site des Echos Start : « Qui recruterait un directeur commercial schizophrène ? ».

Des efforts de plus en plus marqués

Heureusement, de nos jours, de plus en plus de moyens sont mis en place afin de réduire les inégalités entre valides et invalides. Parmi ces moyens nous pouvons citer la mise en place de la journée de la solidarité en 2004. Cette dernière consiste à prélever une journée de salaire aux actifs afin de redistribuer les fonds récoltés au profits des personnes âgées, à hauteur de 60% et les handicapés bénéficient de 40%. Cette journée a permis de recueillir entre 2004 et 2017 près de 30 milliards d’euros. De même, pour faciliter l’insertion des personnes en situation de handicap dans la société, la fondation des amis de l’atelier a mis en place un dispositif, nommé SiTBénéVole, qui soutient des actions bénévoles par des personnes en situation de handicap. De plus des lois mises en place par le gouvernement ont été instaurées en faveur des personnes handicapées. On peut compter la loi de l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN).

En savoir plus sur les différentes lois: https://solidarites-sante.gouv.fr/affaires-sociales/handicap/article/politique-en-faveur-des-personnes-handicapees

Pour garantir le bon fonctionnement de ces moyens mis en place, il faut avant tout une réelle prise de conscience de la part de toute la société. Et pour y parvenir la sensibilisation est primordiale. Par exemple le groupe Bosh organise des formations destinées à ses responsables afin de limiter la discrimination du handicap lors de l’embauche de nouveaux personnels. D’autres entreprises comme Derichebourg Multiservices, ou même des écoles,  font appel à des ambassadeurs tel que des athlètes paralympiques afin de partager avec ses employés des expériences de sensibilisation sur le handicap au travail.

Course en fauteuil roulant, Meeting d’Athlétisme Paralympique de Paris, 4 juin 2014. 400m. Jean-Philippe Maranda. Auteur: Pierre-Yves Beaudouin; Image libre de droit

 

Nous constatons que le rapport entre les personnes en situation de handicap et le reste de la société s’est nettement amélioré depuis ces dernières années. Malgré tout, les prestations ainsi que les solutions mises en place ne suffisent toujours pas à leur pleine intégration. Par exemple la question d’une deuxième journée de solidarité est encore en discussion. C’est pourquoi, aujourd’hui en France, il est plus que jamais nécessaire que l’effort de solidarité de la société soit soutenu pour garantir une meilleure situation aux personnes souffrants d’un handicap.

CUENOT Corentin, VESSYERE Jordan

Bibliographie:

Ce contenu a été publié dans La solidarité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Handicap: A la recherche d’une unité solidaire

  1. btsenil dit :

    Le sujet de votre blog est très intéressant et complet, vous avez un bon sujet qui est d’actualité et votre présentation donne envie de lire votre blog. Vos sources sont, à premières vue, de bonne qualité (pas de sites commerciaux, sites gouvernementaux…). Vous citez également bien vos sources (hyperlien notamment). Je trouve votre sujet bien traité.
    PUTELLI Manon

    • btsenil dit :

      Bonjour,
      Nous vous remercions pour l’intérêt porté à notre article ainsi que vos différents compliments. En effet, nous écrivons exclusivement avec des sources fiables et reconnues issues de professionnels du domaine.
      Cordialement
      CUENOT Corentin

  2. btsenil dit :

    C’est un sujet vraiment très intéressant, il contient beaucoup de détails, on voit que vous connaissez votre sujet, les phrases sont claires, le texte est délimité par des titres c’est agréable à lire. C’est un sujet qui mérite le détour. Cela nous fait comprendre qu’il faut rester soudé et les aider.
    QUINTON Arthur

    • btsenil dit :

      Merci pour ce commentaire constructif, je prend note des remarque positives afin de continuer à les mettre en application lors de futurs projets.

      Vessyere jordan

  3. btsenil dit :

    Votre article est intéressant et votre sujet est bien maîtrisé.
    Il vise bien à faire prendre conscience des obstacles que doivent surmonter les personnes en situation de handicap dans leurs vies quotidiennes .
    Il nous montre aussi que la solidarité est devenue plus qu’une nécessité dans la société.

    DA SILVA Lucie

  4. btsenil dit :

    J’ai récemment aussi vu un documentaire sur les métiers et le handicap il est vrai que cela n’est pas toujours facile pour ces personnes d’accèder à un emploi stable et définitif car leurs obligations changent suivant les jours.. Pour ce qui est de l’ensemble de votre article il est dans l’ensemble très bien développé on y retrouve beaucoup de choses différents et la structure est claire et précise ! Félicitation ! AB.

  5. btsenil dit :

    Tout d’abord, je trouve cela bien d’avoir choisi comme sujet les problèmes aux quelles les personnes en situation de handicape sont confronter. Ensuite, dans votre première partie, le fait d’avoir choisi de prendre le témoignage d’une personne confronté régulièrement à ces problèmes rend votre discours tout de suite plus concret.
    La seule remarque « négative » que j’aurais à faire est, que dans votre écrit vous utilisez plusieurs fois le mot « handicapé », je trouve le terme « personne en situation de handicape » moins péjoratif, de mon point de vue personnel bien-sûr.
    KHALFALLAH Cassandra

  6. btsenil dit :

    Votre article traite d’un sujet très intéressant mais aussi à prendre avec beaucoup de sérieux, les personnes en situations d’handicap ne sont pas à laisser de côté elles sont du potentielles.
    Votre article contient beaucoup de détails qui permettent d’avoir un sujet complet. Tout cela est vraiment très agréable à lire.
    FAIVRE Inolla

  7. btsenil dit :

    J’apprécie beaucoup ce sujet car ils nous fait comprendre les problèmes que les handicapés doivent endurer. On voit en lisant votre blog qu’il est bien construit et a un sens logique, on voit également que votre sujet et parfaitement maitrisé. Je pense qu’il faut apprendre à vivre avec eux et ne surtout pas les laisser de côté car il ne sont en aucun cas inférieur à nous et avons beaucoup de choses à apprendre d’eux et de la motivations qu’ils ont pour pouvoir vivre leur vie comme les autres.
    VICHOT Mickaël

  8. btsenil dit :

    Un article complet et bien structuré. Je n’ai pas grand-chose à redire mis à par le fait que j’aurais bien aimé que vous fassiez une analogie avec les difficultés rencontrées par les jeunes handicapés avec la difficulté d’accès aux personnes handicapées en fauteuil roulant à l’ENIL. Continuez ainsi.

    CHARPENTIER Mathias

  9. btsenil dit :

    Votre article est très bien formulé et a été réalisé avec beaucoup de sérieux! Le sujet nous explique les problèmes auxquels les jeunes handicapés sont exposés chaque jours et comment ceux-ci surmontent leur maladie. Votre sujet est très intéressant et très captivant. Seul point négatif : la présence d’une seule image et d’un seul hyperlien. En effet, je pense qu’il aurait été plus judicieux d’en mettre plusieurs, mais ceci est mon point de vue bien sûr. En tout cas, je recommande cet article pour son contenu informatif.
    Bertinelli Thomas