Hommes / faune sauvage : une cohabitation peut-elle être envisageable en milieu urbain ?

Fox in the street. Auteur : BEALL Jeffrey

Licence Creative Commons : Attribution et Partage dans les mêmes conditions

 

           

 La ville est un environnement construit par l’Homme, pour l’Homme, et pourtant l’Homme n’est pas le seul à vivre dans ce milieu artificiel. La faune sauvage des villes est méconnue pour beaucoup de citadins, pourtant de plus en plus d’habitants des villes cohabitent avec des animaux sauvages sans forcément sans rendre compte ni même le savoir. Jusqu’à la fin des années 90 la biodiversité animal en milieu urbain posait très peu de problèmes, mais depuis une quinzaine d’années le nombre d’animaux sauvages en ville n’a cessé d’augmenter engendrant quelques nuisances. Désormais les hommes vivant en ville sont de plus en plus confrontés à la faune sauvage, mais, est-ce qu’une cohabitation avec la faune sauvage est compatible avec le développement urbain ? Dans un premier temps nous allons aborder les raisons de l’exode urbain des animaux sauvages, ensuite nous allons présenter les avantages et les inconvénients de la présence de la faune sauvage en milieu urbain et enfin nous allons montrer les aménagements et les solutions envisageables pour une bonne cohabitation entres les Hommes et les animaux sauvages en ville.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            RAISONS DE L’EXODE URBAIN DES ANIMAUX SAUVAGES.                                                                                                        

                                                                                                                                                                                                                                                                                      Des renards à Paris ? Cela pourrait paraître irréel, pourtant Paris compte une centaine d’individus et d’après STRIVAY Lucienne il s’y est installé au cours du XXe. La ville est un écosystème très propice à l’arrivé des animaux sauvages, car il offre de nombreux avantages pour de bonne conditions de vie.

Les animaux sauvages sont parfois forcés de venir s’installer en ville car les périmètres urbanisés ne cessent de s’agrandirent réduisant ainsi la taille du milieu naturel donc de l’habitat de la faune sauvage. La plupart des animaux sauvages qui arrivent en milieu urbain sont des animaux de petite taille et qui vivent la nuit, car la nuit en milieu urbain est très calme et les prédateurs sont quasiment inexistants. Ce sont des conditions pour chasser qui sont quasiment parfaites, en plus les petits rongeurs y sont présents en très grand nombre. Mais en ville la chasse n’est pas le seul moyen de se nourrir car la ville offre une quantité immense de déchets et donc de nourriture potentielle pour la faune sauvage. La ville est un biotope très favorable pour la faune sauvage,  car en ville il fait légèrement plus chaud qu’ailleurs, le milieu urbain offre de nombreux abris ou peuvent s’abriter les animaux sauvages comme de nombreux endroits abandonnés, ou encore les espaces verts qui sont de plus en plus présent en ville. Les animaux sauvages qui arrivent en ville sont des animaux qui ont une très grande capacité d’adaptation, ils sont capables de vivre en milieu urbain avec une grande facilité, la nourriture s’y trouve en abondance, il y a de nombreux abris où s’abriter et les prédateurs y sont très peu présents.

La ville est donc un endroit parfait pour les animaux sauvages, mais l’Homme y  habite aussi ce qui engendre quelques inconvénients mais aussi des avantages, et pour lutter contre ces inconvénients il faut trouver des solutions.

                                                                                                                                                                                                                                                                                  Avantages et inconvénients de la présence de la faune sauvage en milieu urbain.

                                                                                                                                                                                                                                                                                        En ville, quand on parle d’animaux sauvages on pense tout de suite aux nuisances qu’ils provoquent, et donc à tous les inconvénients que cette faune sauvage peut engendrer, mais il y a également des avantages à leurs présences en ville.

Les avantages que la faune sauvage peut apporter au milieu urbain sont les suivants. La présence de ces animaux peu communs réjouit les scientifiques et les citadins. Les habitants des villes peuvent assouvirent à travers la faune sauvage leur besoin de nature. Comme le souligne STRIVAY Lucienne en parlant du renard, certaines personnes les nourrissent et leurs donnent des petits noms. Le fait que des animaux sauvages vivent en ville peut avoir un impact sur le prix des biens immobiliers. Ainsi selon PIHET Christian la présence de chevreuils ou d’écureuils à proximité d’habitations ajoute de la valeur aux biens immobiliers, dû au côté naturel qu’apportent ces animaux sauvages.

Mais la présence de ces animaux sauvages n’apportent pas que des avantages et provoquent aussi des inconvénients. La présence de rats diminue les prix des biens immobiliers d’après PIHET Christian. L’arrivée des animaux sauvages en milieu urbain soulève aussi des problèmes sanitaires, car ces animaux sont souvent porteurs de parasites et de bactéries qui peuvent être dangereuse pour l’Homme. La faune sauvage est aussi à l’origine de dégradations contre des équipements urbain comme des poubelles ou des câbles électriques. Et la présence de cette faune sauvage à l’intérieur des villes est également à l’origine de nuisances sonores et olfactives qui sont désagréables pour les citadins.

Il faut alors trouver des solutions ou des aménagements possibles pour lutter contre ces inconvénients provoquer par la faune sauvage et ainsi permettre une bonne cohabitation entre les Hommes et les animaux sauvages.                                                                                                                                                                                                                                                                                    Aménagements et solutions envisageables pour une bonne cohabitation entre les Hommes et les animaux sauvages en ville.                                                                                                                                                                                                                                                                                                         Pour instaurer une bonne cohabitation entre les Hommes et les animaux sauvages en ville, des solutions et des aménagements visant à réduire les risques sanitaires et à améliorer les équipements des villes sont indispensables. Comme le précise MICHAUX Jean-Michel, le seul moyen de trouver des solutions aux problèmes posés par les animaux sauvages en ville est d’essayer de mieux les connaître.

Le risque sanitaire est connu depuis de nombreuses années et il a déjà été pris en compte dans le passé grâce à des campagnes de vaccination contre la rage au début des années 90, visant principalement le renard et depuis la rage a été éliminée. Mais il est important de trouver des solutions contre les autres maladies qui peuvent être dangereuses pour l’Homme comme l’échinococcose. Cependant les risques sanitaires ne sont pas les seuls problèmes qui doivent impérativement être résolus pour permettre une cohabitation dans de bonnes conditions.

Les dégâts récurrents que subissent les équipements urbains sont une source d’agacement pour les citadins. Ce problème peut néanmoins être résolu d’après STRIVAY Lucienne, par la modification de nos comportements concernant le tri des déchets et par la modification des équipements qui accueillent les déchets. Le but étant de supprimer les raisons qui poussent les animaux à venir fouiller nos poubelles et le cas échéant d’empêcher les poubelles de s’ouvrirent en tombant. Le nourrissage volontaire des animaux sauvages par les citadins n’a quant à lui toujours aucunes solutions car les interdictions et les amendes ne dissuadent pas les personnes de donner de la nourriture aux animaux sauvages. Une solution plus radicale peut-être envisageable pour arrêter la cohabitation entre les Hommes et la faune sauvage comme des battues visant à exterminer les animaux vivant en ville supprimant ainsi tous les inconvénients posés par ces animaux sauvages.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 L’arrivée des animaux sauvages en ville n’est pas récente et ce phénomène touche toutes les zones urbanisées. La présence de ces animaux en ville est du à notre mode de vie qui convient parfaitement à la faune sauvage qui sait s’en accommoder pour mener une vie presque semblable à celle de leurs milieu naturel. La cohabitation entre les Hommes et les animaux sauvages peut être difficile car ces animaux peuvent poser quelques inconvénients, mais aussi être bénéfiques à la vie en ville. Pour que cette cohabitation se passe le mieux possible il faut que les Hommes trouvent des solutions pour supprimer les inconvénients posés par cette faune sauvage, mais il faut aussi que les citadins changent leurs comportements vis-à-vis des animaux. Au vu des avantages qu’apporte la faune sauvage au milieu urbain et si les Hommes trouvent des solutions pour atténuer les inconvénients que posent les animaux, alors une bonne cohabitation est envisageable. Mais est-ce que cette cohabitation ne pourrait-elle pas transformer le milieu urbain en véritable « jungle urbaine » où l’Homme n’aurait plus sa place ?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             GABRY Stéphane & GALMICHE Quentin

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                         BIBLIOGRAPHIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans La ville en mutation, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Hommes / faune sauvage : une cohabitation peut-elle être envisageable en milieu urbain ?

  1. AYMONIER Clément dit :

    Votre article est très intéressant et très complet car on apprend pas mal de choses comme le fait que des animaux en ville fait augmenter le prix des logements et qu’il est possible de remédier aux problèmes des poubelles éventrées.

  2. btsenil dit :

    Kilian Galland
    je trouve cet article très instructif car le problème de la cohabitation existe depuis toujours entre l’homme et l’animal. L’homme veut depuis toujours contrôler le milieu dans lequel il vie mais aussi celui qui l’entoure. N’oublions pas que l’animal possède autant de droit que nous de vivre là ou bon lui semble, pourquoi nous lui imposons de vivre uniquement dans les forêts ? Cet article montre très bien le conflit qui existe de nos jours entre l’homme et l’animal, deux espèces qui partagent un même milieu et qui ne savent pas comment faire pour cohabiter ensemble sur ce territoire. Très beau sujets, dommage qu’il n’y ait pas plus de photo, mais il est très intéressant.

  3. Adrien Lassus dit :

    Article très intéressant et bien informé en montrant la faune sauvage, la vraie part de nature qu’il existe dans les villes, avant les parcs et jardins des agglomérations. Votre article montre que l’Homme croît dompter la nature, alors qu’il n’en est rien, que celle-ci s’adapte à l’urbanisme jusqu’à l’adopter et s’en servir comme nouveau lieux de vie. C’est juste dommage qu’il n’y est pas de photos montrant l’ingéniosité des animaux  »citadins » dans les villes.

  4. btsenil dit :

    Edgar Michel
    Très bon sujet. Cet article m’a permit d’en savoir plus sur ce phénomène très présent actuellement.
    Le fait d’essayer de trouver des solutions à cette cohabitation est très intéressant, mais aussi nécessaire pour pallier à une éventuelle monopolisation de la planète par l’être humain. Car tous les êtres vivants sont libres de vivre.
    Les villes détruisent les écosystèmes dont ces animaux dépendent. Ceux-ci sont donc dans l’obligation de s’accoutumer à une présence humaine et à ces nouveaux espaces urbanisés.