Jeu d’argent : d’un doux rêve à une dure réalité

Afficher l'image d'origine

Distinguer la pratique du jeu et la pratique du jeu pathologique est un vrai problème pour la société actuelle. L’addiction au jeu d’argent représente un réel problème de société surtout aux États Unis. En effet, aux USA, 25% des américains y jouent occasionnellement mais certains d’entre eux vont devenir des joueurs compulsifs. Même si cette addiction représente une petite part des joueurs, on ne doit pas pour autant l’ignorer. Le jeu d’argent représente 240 millions de dollars de l’économie américaine. Le jeu d’argent ne concerne pas seulement les casinos mais également le loto où chaque année des millions de personnes y jouent mais aussi des paris ou encore des jeux de grattage.

Dans quelle mesure le jeu d’argent est-il organisé par un marketing bien ficelé et est potentiellement pathologique ?

Afficher l'image d'origine

Un danger méconnu : l’amour des jeux d’argent

Le processus qui conduit au jeu pathologique se découpe en trois phases successives. La première phase est appelée «phase de gains», cette phase peut rendre un joueur «accro» aux jeux d’argent alors qu’il n’y était pas au départ. En effet, les premiers gains du joueur vont inciter celui-ci à jouer et rejouer, tout en le mettant en danger.

La seconde phase est appelée la «phase de perte», cette phase peut durer extrêmement longtemps. En effet, la «phase de gains» ayant rendu le joueur dépendant des jeux d’argent, celui-ci va puiser petit à petit dans ses économies pour jouer et tenter de gagner gros, mais il va au contraire peu à peu perdre son argent car ses gains seront beaucoup plus faibles que ses pertes, mais cela l’importe peu car il va tenter de regagner jusqu’à ce qu’il soit ruiné.

La troisième et dernière phase est la plus dangereuse pour le joueur moralement, celle-ci s’appelle la «phase de désespoir» qui a pour conséquences de vraiment mettre le joueur en danger. En effet, le joueur devant continuer à jouer mais étant endetté à cause de la précédente phase, va commettre des délits pour continuer à jouer et essayer de se racheter. Contrairement aux deux précédentes phases, le joueur n’éprouve plus aucun plaisir à jouer, celui-ci ne joue plus que pour le besoin, il rentre dans un état dépressif et a parfois des pensées suicidaires.

Un joueur qui est dépendant des jeux d’argent doit absolument réagir autrement il se met en danger lui même et parfois sa famille et ses proches. Pour guérir de son addiction, le joueur peut s’y prendre de différentes façons. Il peut tout d’abord aller voir un médecin ou encore un psychologue pour suivre une thérapie qui lui permettra de ralentir voire même d’arrêter son addiction pour les jeux d’argent.

Le joueur peut également appeler des numéros spécialisés (Exemple : SOS joueurs) ces numéros se composent en général d’une équipe de spécialistes qui sont là pour répondre aux éventuelles questions du joueur et pour l’aider à surmonter sa compulsion pour les jeux d’argent.

Le meilleur moyen pour que le joueur ait le plus de chance d’arrêter de jouer aux jeux d’argent est tout de même celui de parler à son entourage, sa famille et ses proches.

Comme pour toutes les autres addictions, la guérison est un processus long et l’appui de l’entourage est sûrement la meilleure garantie de réussite.

Malheureusement parfois, le joueur peut subir une rechute mais dans ces cas là, il ne doit en aucun cas désespérer et doit essayer de continuer sur la bonne voie et c’est à ce moment là que l’appui de son entourage est assez important pour lui.

Afficher l'image d'origine

Comme pour le tabac, le développement des jeux d’argent rapporte beaucoup d’argent à l’État. Mais autant la lutte contre le tabac est devenue une cause de santé publique, autant la lutte contre l’addiction aux jeux semble très en retard.

Pourtant, l’addiction aux jeux d’argent est beaucoup plus dangereuse que ce que l’on pense, voilà pourquoi il faudrait essayer de prévenir le plus de personnes possibles. Un joueur en difficulté peut être prévenu par des campagnes publicitaires diffusées à la télévision par exemple, celles-ci auront un bon impact sur la société en général. Il sera beaucoup plus facile de prévenir de ce danger une personne qui ne joue pas ou alors très peu qu’une personne atteinte. Des experts peuvent également intervenir dans de écoles/collèges/lycées pour prévenir les plus jeunes (les mineurs n’ayant pas encore le droit de jouer légalement) de ce danger pour qu’ils évitent de faire cette erreur plus tard. En effet, les plus jeunes sont une cible plus facile que les adultes.

Le marketing dans les jeux d’argent: une stratégie élaborée

Afficher l'image d'origine

Les recettes de l’industrie du casino américaine représentent 90 milliards de dollars chaque année. Les bases de données de cette industrie constitue le fer de lance d’un tel succès. Les joueurs sont tous différents. En général, certains joueurs perdent d’énormes quantités d’argent tandis que peu de joueurs gagnent de l’argent au blackjack parce que ces quelques joueurs sont assez compétent pour gagner.

Deux professeur en marketing de l’université Wharton de Pennsylvanie aux États-Unis, Raghuram Iyengar et Jehoshua Eliashberg et Sam K. Hui professeur en marketing à l’école de commerce Stern de New-York s’intéressent aux stratégies mises en places par les gérants des casinos qui cherche à repérer et comprendre le comportement des joueurs les plus susceptibles de perdre.

Les trois chercheurs veulent voir s’ils peuvent développer un modèle économique qui identifierait les perdants rapportant le plus aux casinos. Ils ont réussi et se demandent pourquoi les gérants de casinos n’ont pas penser avant eux à établir un modèle mathématique puisque le leur est fonctionnel.

La préoccupation que les casinos souhaitent résoudre est d’attirer leurs meilleurs clients, remarque Iyengar. Ce dernier a constaté que quasiment tous les casinos et les petits salons de machines à sous récupèrent déjà certaines données approfondies de marketing sur leurs clients.

Les casinos communiquent avec les clients mais selon les trois chercheurs, ils peuvent faire mieux.

L’étude par nos trois chercheurs porte le nom suivant « A Model for Gamers’ Revenue in Casinos ».

Ils y expliquent le développement d’un modèle mathématique qui tient compte de la fréquence de visite des clients, leur mise total et la répartition de leur mise entre les machines à sous et les tables de jeu tel que la table de poker. Ils ont cherché à savoir si la somme gagné par les joueurs était dû à la chance ou au talent et sont parvenu à identifier les joueurs très doué ou peut être des joueurs dont leur revenue leur permettent de miser en grande quantité.

Les Américains aiment joueur dans des casinos. C’est en tout cas le constat que l’on fait quand on sait que les Américains dépensent plus dans les jeux d’argent que pendant une sortie cinéma avec un ration de 10-1 et pire encore, il y a plus d’argent perdu lors d’une visite normale au casino que d’argent dépensé lors d’une visite normale d’un centre commercial. D’après la American Gaming Association, sur 90 milliards de dollars dépensés aux États-Unis dans les jeux légaux, il y a environ 59 de ces 90 milliards dédiés aux jeux d’argent que ce soit pour un casino ou pour des mises de paris mutuels.

Malgré le succès lucratif colossal des casinos résultant de l’utilisation des cartes de fidélité et d’autres outils tel que la publicité, les cadres des casinos ont la possibilité de suivre le comportement de chaque joueurs avec encore plus de précision et n’exploite pas cette possibilité qui est la conséquence d’un modèle mathématique à la portée de l’industrie des casinos. Telle était la raison de l’étonnement des trois chercheurs.

Cependant, au fil de leur étude, Iyengar et Eliashberg se sont aperçu qu’ils se trompaient.

Les casinos réalisent déjà d’immenses calculs mathématiques (basés sur le comportement grégaire) pour prévoir leur revenues et profits. Le but de cette recherche selon les gérants de casino, était de trouver un modèle mathématique qui mesurerait la différence entre la théorie d’un joueur typique et une dépense réel dépendante du niveau d’habileté du joueur. Un tel modèle constitue un outil plus efficace que le jugement d’un gérant de casino basé sur l’intuition selon Eliashberg.

Les données utilisées par les chercheurs viennent d’un gérant de casino américain majeur possédant des établissements de jeu d’argent en nombre aux États-Unis.

Même si les chercheurs étudient des critères spécifiques à l’industrie du jeu d’argent, il y a d’autres domaines pour lesquels les consommateurs peuvent être identifiés et ciblé à partir de leur habileté spécifique ou de leur comportement inhabituel par rapport aux autres clients. Par exemple, ils ont remarqués que de meilleurs modèles mathématiques sur le comportement des joueurs pourraient

aider les gérants d’hôtel à faire une promotion plus intelligente de l’utilisation des mini-bars et des quartiers d’affaires.

Pour déterminer l’habileté des joueurs, les chercheurs ont répété des séries de calculs complexes basés sur des facteurs incluant les jeux particuliers auxquels chacun d’entre eux s’implique, les gains attendus par le casino opposé aux gains réels, l’influence d’un gain ou d’une perte d’argent sur le comportement du joueur d’une visite sur la suivante.

Les chercheurs ont constatés que des progrès restent en faire sur la question de l’amélioration des compétences du joueur au fil du temps notamment au blackjack. Ils pensent que le modèle qu’ils ont établis serait un très bon point de départ. Selon ces derniers, ce nouveau type de données plus détaillé pourrait être combiné avec les données collectées lors de sondage pour obtenir plus d’information sur la quantité d’argent perdu lors d’une visite par les joueurs qui est gagné par le casino.

Enfin, les chercheurs ont constatés que les données personnalisées pourraient aider les gérant à mieux concevoir la place de leur casino pour augmenter les revenues tel que l’utilisation de signaux pour encourager les paris ou pour inciter à aller des machines à sous aux tables ou inversement.

Depuis quelques années, on assiste à des spéculations sur le rôle des publicités qui serait à l’origine des problèmes liés au jeu d’argent. Différents groupes de pression affirment que la communication autour du jeu d’argent utilise des images chic et de beau figurants pour vendre le jeu d’argent comme un rêve tandis que d’autres publicités pour les tickets de loterie dépeignent des personnes normales gagnant d’énormes sommes d’argent avec une seule pièce dans la fente.

Les arguments les plus populaires pour la défense d’un tel marketing appliquant une telle publicité sont que l’industrie du jeu d’argent est une industrie vendant du rêve par essens, les clients sont conscients de l’exagération des propos tenu lors de la publicité, les gens ne croient donc pas en ces propos, la publicité n’est pas là pour pointer les aspects négatifs de leur produit, les affirmations des publicités servent à attirer l’attention des clients. D’un côté comme de l’autre, certains de ces propos sont juste mais l’ensemble a besoin d’un rééquilibrage selon le Dr Griffiths, professeur en étude du jeu d’argent dans l’International Gaming Research Unit of Nottingham Trent University.

La communication: l’illusion et l’origine des problèmes

Afficher l'image d'origine

La publicité du jeu d’argent joue un rôle important dans sa plein intégration dans la société.

La probabilité du gain d’une somme très importante est un thème central. La population au travers du jeu d’argent espère échapper à la pression qu’elle subit chaque jour.

Le docteur Griffiths pense que la publicité sur les jeux d’argent devrait se centrer sur l’achat de divertissement plutôt que sur le gain d’argent.

Les problèmes autour des jeux d’argent apparaissent dès que la raison première du pari est de gagner de l’argent.

Il serait donc plus approprié et même nécessaire d’avertir, de vendre et de faire la promotion de leur établissements et de leur produits. En somme, selon Griffiths, par le biais de leurs marketing et de leur publicité, les casinos et autres entreprises de jeux d’argent devrait se tenir plus responsable dans la manière dont ils font passer leur message. Ils éviteraient ainsi la pression des lobby et gagnerait à établir une vraie relation avec le client sur le long terme.

Finalement, la communication du jeu d’argent tourne autour du rêve et les casino développent à l’heure actuelle des modèles mathématiques pour prédire le comportements des joueurs. Le but est de bien cibler les joueurs qui pourrait générer le plus de profit au casino.

Vendre du rêve est un très bon moyen de garder ces clients. Cette fidélité est renforcé par la qualité des services autour du jeu d’argent et l’aspect global des casinos. Mais c’est ce même rêve qui entraîne progressivement le joueur vers l’addiction jusqu’à la troisième phase, celle du désespoir.

Même si le joueur est endetté, il continue à jouer par besoin même si des actes illégals doivent commis. Les jeux d’argent devraient axés leur communication sur le divertissement et non sur le rêve. L’addiction serait alors en chute libre.

Afficher l'image d'origine

Article écrit par Quentin CHARVY et Noé AUFORT

Ce contenu a été publié dans Le jeu, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Jeu d’argent : d’un doux rêve à une dure réalité

  1. Voquer Thomas dit :

    Sujet très intéressant, des idées bien développées bien que le II soit un peu long.
    « Un danger méconnu : L’amour des jeux d’argent » je pense que c’est un danger bien connu en particulier par les joueurs qui contrairement à ce qu’ils disent ne peuvent pas s’arrêter quand ils veulent.

  2. Charlotte Salomon dit :

    Article intéressant,bien rédigé, propre, complet avec des chiffres et de bons exemples.
    Cependant, bien les Etats Unis soient les leaders en terme de Casinos et de jeux, il aurait été encore plus intéressant de faire un parallèle avec les Casinos de France plutôt que de ne traiter que ceux des USA.

  3. Batoz William dit :

    Un article très intéressant, on peut voir que de vraies recherches ont été faites et que vous pouvez vraiment soutenir votre argumentation. Bien joué.

  4. Alexis STEYER STRIBY dit :

    Article très intéressant, images en rapport avec le thème traité, exemples d’études menées. Cependant ce fléau touche également la France et il est dommage qu’il n’y ai pas de parallèle fait en ce sens, avec par exemple le numéro de téléphone pour aider les « victimes » qui doit être automatiquement indiqué sur les publicités pour les jeux.

  5. Guilluame Cinkus dit :

    woah la realite et asser triste par momen mais bel artilce et brillante recherches, felicitation ^^

  6. Schwein dit :

    Votre article m’a interpellé de part les titres accrocheurs que vous nous avez proposés.
    Ceux ci attire l’oeil et de ce fait on se plonge pus facilement dans la lecture.
    Le contenu est à mon sens très intéressant et pertinent. Pour ce qui est de mon avis personnel je vous félicite de votre travail.