Jeunesse occidentale : en quoi la construction de son identité est-elle aujourd’hui problématique?

La jeunesse est un mot que nous utilisons chaque jour et pourtant il s’agit d’un terme ambigu et pouvant correspondre à différente tranches d’âge en fonction des personnes interrogés, par exemple pour Pierre Bourdieu qui est un grand sociologue , disait que “la jeunesse n’est qu’un mot”, derrière ce mot se cache une réalité qui ne peut être comprise que par les personnes vivant cet instant car c’est une période à la fois d’optimisme et remplie de doutes.

En effet si nous reprenons l’origine de ce mot il s’agit d’une période intermédiaire entre l’enfance et l’âge adulte pour la plupart des personnes cet âge est vu comme le plus beau de tous avec les plus beaux souvenirs qu’ils aient vécus mais pour d’autres c’est un moment incertain de la vie ou on ne sait pas qui l’on est ou même ce que l’on veut faire, c’est pourquoi on peut se demander si la jeunesse occidentale ne serais pas à la recherche de son identité?

Source : Gerd Altmann, Pixabay

La jeunesse et ses spécificités

L’identité est quelque chose d’assez abstrait et compliqué car tout d’abord celle-ci est liée à la théorie du développement de l’identité se focalisant principalement sur l’adolescence.Le modèle de  Breakwall présente l’identité comme un processus sous forme de mécanismes et de principes déterminants.

Les actions que produit une personne ont donc une importance sur sa future identité. Nous pouvons le voir à travers ce schéma résumant ce concept :

Figure 1

Source : Le développement de l’identité : un processus relationnel et dynamique, OpenEdition Journals

 

Ce schéma nous montre donc bien qu’il y a 2 temps T1 ainsi que T2 en effet, l’action d’une personne sur son environnement ( action de P sur C) influence son identité ce qui engendrera sur son futur une identité différente est donc par conséquence la même action d’une personne sur son environnement ne pourra qu’être différente après l’expérience vécu pendant son apprentissage en T1.

Comme vu précédemment l’environnement à une place très importante dans l’identité d’une personne, quand nous parlons d’environnement ceci est un terme général car celui-ci regroupe le lieu de vie, la culture, la langue, la religion etc…

La recherche d’identité  d’un jeune peut il être un danger pour lui-même ?

Cette société et ce que recherche réellement les jeunes sont contradictoires donc cela peut engendrer des problèmes pour les jeunes, cela amène les jeunes à être des dangers pour eux-même.

En effet les jeunes sont amenés à se blesser, gâcher leur potentiel et par ce fait avoir un avenir sombre ou même la mort dans certains cas.

Il y a plusieurs exemples à cela comme par exemple conduite sans permis et des vitesses excessives qui peuvent être dangereux pour eux et pour les autres, tentatives de suicide, alcoolisme, en effet souvent ces jeunes font ces pratiques pour éviter quelque chose, une société qui ne les comprend pas et ils sont à la recherche de leur identité. Ces jeunes peuvent se mettre en situation de danger afin d’appartenir à un groupe social comme la consommation de stupéfiants qui permet de créer des liens sociaux et ainsi se forger une identité même si elle est négative pour eux.

Plus le temps avance plus les jeunes doivent être autonome , le jeune doit être prêt pour entrer dans la société, faire partie d’un certain moule social afin d’avoir un avenir correct au sein de la société, alors que certains se cherchent toujours et recherchent leur propre identité.

Une minorité des jeunes se mettent dans des situations compliquées, ce qui est tout de même beaucoup trop inquiétant, avec ce chiffre qui ne fait qu’augmenter, nous pouvons nous poser la question suivante : est-ce la société occidentale qui pose problème ou les jeunes qui ne se sentent pas représentés dans le système ?

D’après Pierre Bentata les jeunes ne se sentent plus représentés pour deux raisons : << Il y a deux raisons à cet état de fait. Les partis politiques, considérés comme les moteurs du changement, sont fermés et peu soucieux de la jeunesse. Ils portent une part de responsabilité dans l’absence de proposition à leur égard. Mais il y a une seconde raison, plus profonde: nos sociétés sont si confortables qu’elles ne nous incitent plus réellement à agir politiquement.>>

C’est durant l’adolescence que les jeunes sont les plus incités à être des menaces pour eux-même car ils cherchent leur propre limite c’est un moment important avant l’âge adulte.

Souvent la source de ses problèmes viennent de la société où le jeune n’arrive pas à s’y conformer ainsi que l’éducation donné par ses parents qui est parfois non adaptée voir absente.

Jeunesse : une vision positive et optimiste !

Comme vu dans la partie 1, la jeunesse est influencée par  l’environnement dans lequel il vit. Prenons l’exemple d’un territoire et plus précisément un quartier :

L’appartenance au quartier donne une certaine identité au jeune, il influence la construction de son identité. Cette attachement explique que les jeunes s’affirment comme les principaux acteurs de la vie collective de leur lieu de vie.

Ils investissent dans les équipements de ville, s’auto-organise par l’échange et construise un réseau autonome, ce sont autant de facteurs qui influence leur identité, change leur caractères propre tout au long d’étapes qui constitue la jeunesse. leur identité est donc étroitement lié à l’image de la banlieue, la cité constitue alors le lieu majeur de leur existence.

C’est donc par le groupe de jeune et le lieu de vie que le jeune a le sentiment profond d’exister et de sentir un sentiment d’appartenance.

Nous pouvons également mettre en évidence l’élan patriotique français à travers la jeunesse, en effet la majeur partie de ceux-ci sont très attachés à leur pays, notamment par les valeurs que le pays dégage, à travers les compétitions sportives, la culture française ( gastronomie, vie à la française, le tourisme, innovations technologique…). C’est une force, ceci se développe à travers l’éducation parentale dès le plus jeune âge, et qui restera pour toujours gravé dans leur identité.

Comme Victor Hugo disait dans les misérables : << la jeunesse est le sourire de l’avenir devant un inconue qui est lui-même >> .

D’autre part chaque pays possède sa “propre jeunesse”, de ce fait nous pouvons prendre l’exemple danois, la jeunesse met en avant la logique du développement identitaire et personnel,la notion de “se trouver”, à l’aide de la situation économique et politique danoise, l’état permet un soutien moral et matériel en complément du soutien familiale.

Les jeunes sont décrits comme déprimé, abattu, sans rêves, sans espoir, cependant leur spontanéité et leur vitalité rassure les générations précédentes.

Comme le dit si bien le sociologue Olivier Galland : “ 78% des 18-26 ans se disent confiants dans leur capacité à obtenir ce qu’ils veulent dans la vie”. Les jeunes sont donc optimiste et pleins d’espoir pour leur futur car ils sont nombreux à sauter sur les opportunités lorsqu’elles se présentent et ils n’ont pas peur d’oser et commencer un projet.

Même lorsqu’ils sont confrontés à des difficulté ils trouvent toujours une solution , comme le dit une célèbre citation d’ Albert Einstein : “ au milieu de la difficulté se trouve l’opportunité”, et même si c’est un échec ce n’est pas totalement perdu car c’est une expérience de plus qui sera gravé dans leur identité, erreur qu’ils ne pourront plus commettre.

Source : Pixabay

Les jeunes sont à la recherche de leur identité c’est un processus long et compliqué pour ceux-ci ,pavé d’erreurs de jeunesse qui peuvent être dangereux pour eux, cependant s’ils se relèvent de ses difficultés ils en tireront une expérience qui ne pourra qu’être positive et leur servira dans leur futur.

Leur identité à beau être majoritairement dû à leur éducation, culture, lieu de vie etc.. les jeunes ont des valeurs communes comme par exemple leur fort patriotisme et leur sentiment d’appartenance qui sont propre à leur identité. De par leur déviance cela pose des problèmes à la société cependant une fois leurs problèmes réglés ils seront le futur de la société et ils lui amèneront un optimisme sans demi-mesure.

Bibliographie :

Saskia E.Kunnen, Harke A. Bosma. ”Le développement de l’identité ; un processus relationnel et dynamique”.Article paru sur OpenEdition Journals en 2006 [en ligne].Disponible sur : http://journals.openedition.org/osp/1061

Marie Le Marois. “Vive l’optimisme des jeunes”. Article paru sur PSYCHOLOGIES en janvier 2014 [en ligne].Disponible sur : http://www.psychologies.com/Moi/Moi-et-les-autres/Confiance/Articles-et-Dossiers/Faites-vous-confiance/Vive-l-optimisme-des-jeunes/4Hugo-L-amour-me-donne-des-ailes

Charlotte Menegaux. “L’identité de certains jeunes se résume à leur territoire”. Article interviewant Laurent Mucchielli paru sur Lefigaro.fr [en ligne].Disponible sur : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/04/06/01016-20110406ARTFIG00564-l-identite-de-certains-jeunes-se-resume-a-leur-territoire.php

Igor Martinache. “La jeunesse n’est-elle qu’un mot?”. Article paru sur Alternatives Economiques le 01/04/2015 [en ligne].Disponible sur : https://www.alternatives-economiques.fr/jeunesse-nest-quun/00005176

David le Breton. “L’identité meurtrie des jeunes”. Article paru sur Libération le 25/12/2003 [en ligne].Disponible sur : http://www.liberation.fr/tribune/2003/12/25/l-identite-meurtrie-des-jeunes_456437

 

Billy Page et Mareschal Justin étudiants en première année de BTS GEMEAU à l’ENIL de Mamirolle(25)

Ce contenu a été publié dans La jeunesse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Jeunesse occidentale : en quoi la construction de son identité est-elle aujourd’hui problématique?

  1. Barthélémy Arthur dit :

    Un article très pertinent sur notre image et notre identité. Il est d’autant plus intéressant car nous sommes ou nous avons été en quête d’une identité à un moment ou à un autre dans notre jeunesse. Bon article avec du contenu.

    BARTHELEMY Arthur

  2. DHUITTE Jean-Charles dit :

    Article intéressant et complet, vous montrez bien que les jeunes d’aujourd’hui sont confronté à un problème identitaire à l’adolescence. Je suis aussi d’accord sur le fait que l’environnement peut influencer sur le développement d’une personne. De plus vous n’abordez pas que les points négatifs mais aussi positifs de la mixité des cultures dans une société en perpétuel évolution.
    Bravo

  3. RICH Mathias dit :

    Article bien construits et bien rythmés, le sujet est bien exploité et les différents parties sont bien développés, un sujet intéressant bien que casse-gueule.