La cyberguerre menace-t-elle la sécurité des Etats souverains ?

De nos jours, les Etats souverains sont de plus en plus préoccupés par la cyberguerre, un nouveau danger venu du cyberespace. Et nous pouvons à juste titre nous poser la question : la cyberguerre menace-t-elle leur sécurité ? Pour répondre à cette question, nous commencerons par expliquer ce qu’est la cyberguerre, puis nous verrons comment les Etats sont affectés et comment il se défendent contre elle et enfin nous montrerons des évolutions possibles de la cyberguerre dans les prochaines années.

     Qu’est-ce que la cyberguerre ?

Définissons d’abord le terme « cyberguerre »

La cyberguerre doit être comprise comme englobant principalement les activités militaires utilisant les systèmes et réseaux informatiques pour attaquer un adversaire. Il ne faut pas la confondre avec la cybercriminalité, le cyber-terrorisme et le cyber-espionnage. Par exemple le conflit entre la Chine et les USA, notamment les nombreuses affaires d’espionnage , ne peut pas être considéré comme étant de la cyberguerre. Le terme « cyberguerre » est très souvent utilisé par les médias, néanmoins il décrit souvent des situations très diverses ne relevant pas toujours de la cyberguerre, telle qu’elle est définie dans le droit international.

LIRE : États-Unis vs Chine : la cyberguerre froide a encore de beaux jours devant elle. De Maxime PINARD

 

Quel sont ses objectifs ?

Les principaux objectifs de la cyberguerre sont : paralyser les sites internet et nuire aux infrastructures.

En effet, paralyser ou prendre le contrôle d’un site internet peut servir à monter la vulnérabilité de l’adversaire. Mais également pour faire de la désinformation, diffuser de la propagande pour le déstabiliser.

De plus, s’attaquer aux infrastructures sensibles permet d’affaiblir et de causer de graves dommages à l’adversaire. Les réseaux d’eau potable, de transport, de communication, les centrales énergétiques notamment les centrales nucléaires, les banques et la bourse sont les cibles principales.

LIRE : La cyberguerre, une menace à prendre au sérieux. De Sheetrit Meir

    La cyberguerre et les Etats souverains

Les dégâts sur les Etats

Par exemple les cyberattaque massive perpétré contre l’Estonie en 2007, qui avaient paralysé une partie du pays, les communications, les banques et l’électricité cessèrent de fonctionner. Nuire aux infrastructures peut affecter l’économie notamment si les banques et la bourse sont attaquées. Mais également engendrer des dégâts plus matériels, comme par exemple endommager les centrales énergétiques ou les réseaux d’eau potable.

LIRE : L’Ukraine et la Russie au bord de la cyberguerre de Morgane TUAL

Comme nous l’avons mentionné précédemment dans les objectifs, paralyser des sites sert à monter la vulnérabilité et à faire de la désinformation. Cela produit un effet psychologique chez l’adversaire, sème la panique et la peur, on veut montrer que l’on est maître des systèmes adverse et que l’on peut faire des dégâts.

Les moyens de défense

Pour se défendre contre la cyberguerre, le moyen le plus efficace est d’attaquer. Néanmoins l’une des difficultés est de savoir qui attaque et ne pas se tromper de cible pour d’éventuelles représailles. En effet, il est toujours très difficile de prouver avec certitude qui est l’auteur des cyber-attaque. Lors la crise de l’Estonie en 2007, il a été impossible de prouver que c’était la Russie l’auteur des cyber-attaques.

La cyberguerre est avant tout une guerre de la connaissance, ce sont ceux qui ont la maîtrise de la technologie qui peuvent lancée une cyber-attaque et se défendre contre. Ce n’est pas le nombre de personnes qui compte mais leur niveau de compétence. C’est pourquoi les Etats investissent énormément d’argent dans la formation des cyber-soldats et dans le domaine de la recherche. Par exemple pour développer des logiciels d’analyse comme : Wireshark pour inspecter les flux réseaux ou Cuckoo Sandbox pour décortiquer les logiciels malveillants.

De plus, pour développer leur cyber-défense, très souvent les Etats collaborent avec des grandes entreprises d’informatique comme par exemple Mendiant.

On note que la cyber-sécurité et la cyber-défense demeurent des champs d’activité relevant de la souveraineté des Etats.

 

 

 Quel avenir pour la cyberguerre ?

 Ses évolutions

Le droit international qui s’applique actuellement à la cyberguerre n’est pas adaptés à la situation dans de nombreux cas. Pour cette raison des modifications y seront apportées dans plusieurs années.

De plus, les Etats subissent des cyber-attaques dont le nombre augmente de plus en plus au fil des années. Bientôt toutes les guerres auront une dimension « cyber ».

Lire : CYBERGUERRE ET DROIT INTERNATIONAL de François DELERUE

Comment les Etats s’y préparent-t-ils ?

Les Etats ont compris tout le potentiel militaire et stratégique du cyberespace et développent leur capacité militaire dans la cyberguerre. Par exemple la France, dans le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013 préconise le développement d’un volet offensif et défensif existant en matière de lutte contre les cyber-menaces.

Ou encore l’armée américaine, qui elle, se prépare à multiplier le nombre de membres de sa chaine de commandement « cyber » par 5, de 900 à 4 900 personnes.

Sinon ils mettent en place des organisations ou des administrations pour organiser la cyberdéfense. Par exemple en France avec l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), ou en Israël avec le INCB, «Israeli National Cyber Bureau» qui réunit beaucoup d’organisations et d’unités du secteur de la sécurité et du ministère de la Défense.

LIRE : La cyberguerre, nouvel enjeu des armées de Pépin Guénaël

 

 

Pour conclure, nous pouvons répondre à cette question par la positive, en effet en raison des dégâts psychologique et matériel que la cyberguerre peut actuellement engendrée sur les Etats, par le fait que dans l’avenir elle deviendra de plus en plus présente dans les conflits armée et que les Etats prennent très au sérieux cette menace en développent les moyen d’attaque et de défense dans ce domaine, nous pouvons dire que la cyberguerre menace bel et bien la sécurité des Etats souverains.

De DAYOU Charly et EL ALLAM Reda

 

Bibliographie :

On cherche à explique ce qu’est le cyber terrorisme, le cyberespace et autre termes qui commence par cyber et à déterminé  les dangers qu’ils représentent  à travers des exemples de cyber conflit, des reportages et par l’intervention d’un spécialiste en cyber sécurités.

On explique que la cyberguerre n’échappe pas au droit international mais que dans de nombreux cas il n’est pas adapté aux situations et doit faire l’objet de modification.

Explique pourquoi et comment  l’OTAN ce lance officiellement dans la cyberguerre suit aux derniers évènements d’Ukraine qui sont décrit dans ce document, et parle de Moscou que est accusé d’attaquer des réseaux civile américain.

 On décrit un exercice de l’armée, appelé Defnet 2014, où est simulée une cyber-attaque, et on explique les raisons qui pousse l’armée à faire ce genre d’exercices ainsi que ces projets pour l’avenir.

Donne des exemples de cyber attaque et donne des définitions de termes inclue dans le cadre de la cyberguerre.

Explique et définit  les moyens (armes, organisation…)  que les Etats mettent en place, ainsi que les difficultés et les problèmes qu’ils rencontrent, dans le cadre de  la cyberguerre.

Explique le cyber conflit opposant la Chine et les USA et  ses conséquences, et précise la position de deux pays sur ce sujet.

Explique ce qu’est la cyberguerre , les dangers qu’elle représente et comment elle est perçu par la plupart des gens.

Explique les objectifs de la cyberguerre et comment mettre en place les moyens pour s’y préparé.

Parle du conflit « en ligne » entre la Russie et l’Ukraine, explique ce qu’est la guerre « en ligne ».

 

Ce contenu a été publié dans Internet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à La cyberguerre menace-t-elle la sécurité des Etats souverains ?

  1. Eichstatter Mallory dit :

    Vous avez eut une bonne idée en choisissant se sujet, vous avez fait un plan bien détaillé et vous avez définis la cyberguerre de manière concise , ce qui sont de bonnes choses ! Cependant, je trouve que la présentation est trop scolaire, j’aurais ajouté une ou deux images, de la couleur ne serait-ce que pour les titres , ce qui les aurais mis en valeur.
    Bon travail tous de même ! 🙂

  2. Quermont Rémi dit :

    Bon article, malgré un plan apparent qui s’intègre trop dans un cadre de « travail scolaire ». Toujours sur la forme, il est un peu dommage que celle-ci n’aie pas été plus soignée (polices différentes et titres pas toujours alignés…).
    Par ailleurs, je n’ai pas totalement saisi la notion d' »Etat souverain ».
    Cependant, livrer des sources pour chaque arguments est très intéressant, cela nous permet de nous renseigner sur les points aborder, et de ne pas être perdu dans la bibliographie.
    Merci à toi Charly !

  3. Rougetet Corentin dit :

    Vous avez fait un bon article , même si l’introduction est un peu simple et courte . Votre plan est bien détaillé , cela ne fait pas « brouillon » et cela incite le lecteur à lire . Par contre , je pense que vous auriez plus mettre des hyperliens sur des mots plutot que de mettre ‘Lire… » . Malgré tout cela, j’ai appris beaucoup à ce sujet merci à vous !

  4. Duquet Robin dit :

    Bon travail, sujet intéressant; votre article est bien rédigé, aéré ; il favorise la lecture. De plus, vous définissez clairement ce qu’est la cyberguerre avec son contexte, l’impact qu’elle génère et comment les États peuvent y remédier. Cependant, à mon goût, quelques photos auraient apporté un peu de gaieté et mis en valeur votre article. L’introduction et la conclusion restent un peu courtes et peu détaillées.

  5. Bert Baptiste dit :

    Choix du sujet très intéressant avec une présentation tout à fait correct qui donne envi de lire votre article c’est dommage que les hypertextes sont mal installés. Bravo

  6. Vallois Chloé dit :

    bon article avec un sujet bien détailler et bien expliqué cependant il manque quelques illustrations pour rendre votre blog moins scolaire néanmoins vous avez fait du bon boulot .