L’e-commerce se révèle-t-il être une économie de la prédation ?

Le commerce de nos jours a beaucoup évolué. Depuis l’avènement d’Internet, les consommateurs ont découvert un nouveau mode de consommation : l’e-commerce. Ce nouvel acheteur est appelé cyber-consommateur. Il peut assouvir tous ces besoins sans même quitter son lieu d’habitation, il peut consommer depuis son lieu de travail, lors de ces trajets dans les transports en commun et dans tous les endroits où bon lui semble. Cependant l’e-commerce peut avoir pour effet de réduire les parts de marché des commerces de proximité. Ce manque de bénéfices entraîne la fermeture de certains magasins, pendant que d’autres s’ouvrent sur le net en créant leurs propres sites de vente en ligne. Nous pouvons donc nous demander si le commerce électronique est synonyme de disparition du commerce physique ? Mais en quoi consiste l’e-commerce ? Quelle est sa place dans notre société de consommation ? Que lui réserve l’avenir ?

E-commerce

MBA in E-Commerce Source : Earn mba degree

 

L’e-commerce, c’est quoi ?

L’e-commerce également appelé commerce électronique réunit l’ensemble des échanges commerciaux se réalisant grâce aux ordinateurs et autres appareils connectés. L’e-commerce ne regroupe pas seulement les transactions commerciales réalisées sur Internet mais aussi les achats effectués à partir d’applications qui n’ont pas toujours besoin d’Internet. Dans le deuxième cas, un nouveau terme commence à faire son apparition : le   m-commerce.

C’est avec le minitel dans les années 1980 que l’e-commerce se développe et c’est avec Amazon, EBay et AOL que le terme d’e-commerce se démocratise dans les années 1990. Nous pouvons distinguer différentes formes d’e-commerce :

– le commerce électronique pour les particuliers. Abrévié BtoC (Business to Consumer), il est question de sites web marchands tels qu’Amazon, Cdiscount, …

– le commerce électronique entre particuliers. Abrévié CtoC (Consumer to Consumer), il est question de sites web permettant la vente entre particuliers tel qu’eBay, LeBonCoin

Il existe aussi des échanges électroniques pour les professionnels comme le BtoB (Business to Business) qui consiste à mettre en œuvre des échanges commerciaux entre professionnels. Par exemple une enseigne de bricolage qui vend à de petits professionnels électriciens.

La prédation économique désigne le dumping commercial c’est-à-dire la prédation par les prix. Cette méthode permet aux entreprises d’écarter ses concurrents et de mettre la main basse sur les consommateurs. Elle est très souvent utilisée par les entreprises qui font actes d’e-commerce comme nous l’a annoncé France 2 avec le reportage «  Le commerce par Internet pas si rentable »

Ce qui nous indique que même si les entreprises ne font pas de bénéfices elles savent qu’elles feront flancher leur concurrence et ainsi acquérir le plus de part de marché possible c’est-à-dire le plus grand pourcentage envisageable de leurs ventes sur un marché par rapport au total des ventes de leurs concurrents sur ce même marché.

Quelle est sa place dans la société ?

L’e-commerce est désormais ancré dans les mœurs, tous les jours de nouveaux consommateurs franchissent le cap de l’achat sur Internet. Deviendront-ils de cyber-consommateurs impulsifs ou alors vivront-ils une expérience malheureuse qui leur coupera toute envie de consommation sur le net ? Seront-ils des consommateurs passagers ou n’achèteront-ils jamais sur internet et défendront leurs plus profondes convictions ? Quoi qu’il en soit les chiffres sont formels nos nouveaux consommateurs ont la folie des grandeurs et achètent de plus en plus sur internet, la tranche d’âge des cyber-consommateurs a évolué, maintenant il y en a pour tous les âges, tout le monde veut acheter sur internet. C‘est un nouveau mode de consommation qui n’a pas fini de faire des adeptes.

fevad 2012

Source : Fevad

Fevad 2013

Source : Fevad

En un an, on peut remarquer que le nombre d’acheteurs sur internet est resté relativement stable car on constate une augmentation de seulement 0.4 %. Cependant on remarque une augmentation de presque 2 % de la fréquentation féminine en seulement un an. Cela peut s’expliquer par l’augmentation des sites susceptibles d’attirer un public plutôt féminin comme Zalando, Showroomprive, …

D’après les données publiées par la Fevad, entre le deuxième trimestre de 2012 et celui de 2013, nous pouvons constater que le nombre de transactions sur internet à progresser de    20 %. Au cours du deuxième trimestre 2013 le nombre de français achetant en ligne a augmenté de 3% et le nombre de sites marchands maintenait un niveau de croissance élevé avec plus de 17 %. Fin 2013 on comptait environ 138 000 sites marchands actifs comme le montre le graphique suivant :

graphique

Évolution du nombre de sites marchands actifs en France. Source : Observatoire du numérique

On constate donc que le nombre de sites marchands et de consommateurs ne cesse d’augmenter d’années en années. Nonobstant, cette augmentation n’est pas infinie c’est en tout cas ce que prévoit Xerfi-Precepta qui prévoit encore cette augmentation jusqu’à 2020 du fait de l’expansion d’Internet, des smartphones et autres appareils digitaux. Au-delà de cette date, les études démontrent que le nombre de cybers acheteurs pourrait atteindre ces limites.

Et si le commerce traditionnel reprenait sa place ?

Nous avons donc pu constater que les ventes engendrées par l’e-commerce augmentent très fortement depuis les années 2000. L’e-commerce, pour attirer encore plus d’acheteurs, s’inspire fortement du commerce de proximité rappelant ainsi l’atmosphère de ce dernier. En effet on retrouve régulièrement sur des sites marchands les éléments suivants qui rappellent le commerce traditionnel :

– catalogue électronique / catalogue papier

– moteur de recherche / vendeurs, conseillers

– système de caddie virtuel / caddie métallique

– paiement sécurisé en ligne / argent liquide

– système de suivi des commandes / service après-vente

Vous pourriez donc penser que la fréquentation des commerces physiques aurait quant à elle tendance à diminuer dans ce même temps. Néanmoins le graphique suivant peut vous aider à oublier vos préjugés :

graphique2

Source: Made in retail

En analysant ce graphique nous pouvons observer que malgré l’augmentation évidente du chiffre d’affaire du e-commerce, celui du commerce physique reste plutôt stable voire augmente très légèrement. Cela montre que la société actuelle reste tout de même attachée au commerce traditionnel. La faible augmentation peut même nous laisser penser que les personnes ont tendance à revenir vers une consommation de proximité. Comme le confirme le graphique suivant :

pwc

Le magasin reprend de l’importance dans le parcours d’achat préféré/idéal des web-acheteurs. Source : PwC (PriceWaterhouseCoopers)

En France entre 2013 et 2014 l’étude prouve que les consommateurs achètent plus en magasin avec une augmentation de 8 % tandis que dans le même temps les achats sur Internet ont diminué de 4%.

En ce qui concerne les emplois, les économistes ont pu remarquer que la montée en puissance d’Internet a participé à la création d’emplois spécialisés dans le domaine. Cependant, cette création n’arrive pas à combler les emplois supprimés par la disparition de certains commerces physiques. Seriez-vous prêt à laisser vos emplois disparaitre ?

Malgré tout ce que nous vous avons annoncé précédemment, il s’avère que les enseignes physiques pourraient reprendre du poil de la bête, car l’e-commerce est peu à peu en train d’arriver à son apogée. Car même si les consommateurs adhèrent à la consommation en ligne, ils ne veulent pas se séparer de leurs petits commerces de proximité. Les enseignes physiques ont alors toutes leurs chances face au e-commerce car même si celui-ci transforme radicalement la structure de certains métiers, le gain de productivité promis par l’e-commerce ne garantit pas un maintien de tous les emplois et dans cette période de chômage, le grand public n’oublie pas ce qui lui garantit un emploi. Le commerce physique n’est donc pas prêt de disparaître, car quel meilleur plaisir de parler avec l’épicier du coin en allant chercher ses commissions ?

Justine GAILLARD et Quentin CHEVALIER

Bibliographie:
  •  Bathelot, Bertrand. Définition E-commerce ,In Définitions marketing [en ligne], publié le 24 juin 2012, modifié le 24 juin 2012 [Consulté le 24 septembre 2014]. Disponible sur : http://www.definitions-marketing.com/Definition-E-commerce
  • Bouziani, Zoubir; Ferrante, Aline. Département Synthèses sectorielles, In Insee [en ligne], publié en février 2014, modifié en février 2014 [Consulté le 13 octobre 2014] . Disponible sur : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1489
  • cci21[En ligne]. Publié en mars 2013 [Consulté le 13 octobre 2014].Info économie Disponible sur : http://www.cci21.fr/assets/files/pdf_information/e_commerce_france.pdf
  • Chevalier, Michel;Dubois, Pierre-Louis; Houle, David, et al. Part de marché, In Wikipédia [en ligne], modifié le 21 novembre 2014 [Consulté le 6 décembre 2014]. Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Part_de_march%C3%A9
  • Fevad [en ligne]. Publié en 2012 [Consulté le 21 novembre 2014]. Chiffres clés vente à distance e-commerce. Disponible sur : http://www.fevad.com/uploads/files/Etudes/chiffrescles/chiffres_cles2012.pdf
  • Fevad [en ligne]. Publié en 2013 [Consulté le 24 septembre 2014]. Chiffres clés 2013 fédération e-commerce et vente à distance. Disponible sur : http://www.fevad.com/uploads/files/Publications/Chiffres_Cles_2013%281%29.pdf
  • Harbulot, Christian.La prédation économique, In Portail de l’IE  [en ligne], publié le 5 janvier 2012, modifié le 14 janvier 2013 [Consulté le 27 décembre 2014]. Disponible sur : http://www.portail-ie.fr/article/400/La-predation-economique
  • Laîné, Nathali. Les ventes sur internet en hausse de 16 au 2ème trimestre 2013.In Fevad [en ligne], publié le 24 septembre 2013, modifié le 18 novembre 2014 [Consulté le 30 novembre 2014]. Disponible sur :http://www.fevad.com/espace-presse/les-ventes-sur-internet-en-hausse-de-16-au-2eme-trimestre-2013
  • Megnin, Jean Marc.Combattre les idées reçues sur le e-commerce: pour PwC le commerce traditionnel local a toutes ses chances. A lui de les saisir!, InLe furet du retail [en ligne],Publié le 28 décembre 2012 [consulté le 3 janvier 2015]. Disponible sur : http://www.le-furet-du-retail.com/article-combattre-les-idees-re-ues-le-commerce-traditionnel-local-a-encore-ses-chances-a-lui-de-les-saisi-113871166.html
  • Pillou, Jean-François.  E-commerce commerce-electronique, In commentcamarche [en ligne],publié en décembre 2014 [Consulté le 23 décembre 2014]. Disponible sur :http://www.commentcamarche.net/contents/312-e-commerce-commerce-electronique
  • PricewaterhouseCoopers. Consommateurs connectés la distribution à l’ère digitale. 4e étude mondiale sur les web-acheteurs. Fichier PDF, publier en novembre 2014 [ Consulté le 31 janvier 2015]. Disponible sur : http://www.pwc.fr/
  •  Volle, Michel.volle.com [en ligne]  publié le 7 décembre 2007 [Consulté le 27 septembre 2014].Prédation et prédateurs. Disponible sur : http://www.volle.com/ouvrages/predation/predation2.pdf, Économie de la prédation, page 79
  • Xerfi. Les stratégies et les tendances du Cross Canal dans la distribution, Made In Retail conseil en distribution de la mode [en ligne], publié le 22 janvier 2013 [Consulté le 23 décembre 2014]. Disponible sur : http://madeinretail.fr/tag/xerfi/
Ce contenu a été publié dans Internet, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à L’e-commerce se révèle-t-il être une économie de la prédation ?

  1. Bolmont Karine dit :

    Voici un article très bien construit, il possède des parties bien délimités ainsi qu´une écriture épuré et des textes aériens qui ne font pas « pavé ».
    Le contenu est intéressant et nous donne envie d´en savoir plus, donc de continuer la lecture, les idées sont exprimer clairement et simplement de sorte que tout le monde puisse comprendre. Grace cet article j´en sais plus sur le E.commerce et son développement sur le marcher.
    la seul chose que j´aurais a redire, c´est que le texte manque d’interpellation vis-a-vis du lecteur.
    Le globale reste néanmoins un bon travail !

  2. Elodie Biedermann dit :

    Un titre qui donne envie de lire cet article ! Un sujet qui nous concerne tous et nous permet de mieux comprendre les enjeux que peux engendrer le e-commerce. Les graphiques nous aident à mieux assimiler les données que vous nous présenter. La mise en forme des paragraphes avec des sous titres nous incite à lire cet article.
    Beau travail et merci pour ce partage 🙂

    Elodie

  3. Berreur nicolas dit :

    Tout d’abord je tiens à vous dire que j’ai apprécier lire votre article très développé , organisé et aéré .
    Votre article est très intéressant , il dévoile la totalité des informations sur l’e-commerce , comment il est apparue , qu’est ce que c’est …
    Très bon travail , félicitation .

  4. Vallois Chloé dit :

    très bon sujet très bien expliqué , texte qui est agréable a lire grasse a une mise en page très bien faite. Des arguments très convainquant En bref très bon article .