Le numérique: un nouveau service pour aider les pays défavorisés face aux problèmes de l’environnement.

En quoi la solidarité environnementale exercée sur les plateformes numériques par les associations peut-elle aider les pays défavorisés  ?

Se soucier de l’environnement est de plus en plus important depuis plusieurs années, surtout lorsque nous nous rendons compte que des pays en développement sont énormément touchés. Le numérique est donc de plus en plus au service de l’environnement sous différentes formes mais est-il réellement bénéfique pour l’écologie?

1. L’économie, un facteur important pour l’environnement.

Tout d’abord, des inégalités entre les pays peuvent être perçues, nous pouvons voir les pays développés, les pays émergents et les pays en développement. Chaque pays a une situation économique différente et la solidarité permet aux pays développés d’aider les pays en développement, ce qui est tout à fait normal quand nous observons que les pays pauvres en développement sont à l’origine de seulement 7 % des émissions de gaz à effet de serre, contre 48 % pour les pays émergents et 45 % pour les pays développés. Mais le seul problème qui pourrait subvenir est, si le pays qui finance un projet ou un pays pour son développement a au même moment des difficultés économiques.

Le développement est présenté comme étant un monopole de la sphère-Nord. En conséquence, si les pays du Sud, en particulier l’Afrique voulait en profiter, il faudrait qu’ils y soient d’abord invités c’est pour cela que grâce à la numérisation les pays pauvres ont l’occasion de lancer leur propre développement intrinsèque au lieu d’attendre d’être «invités» par les pays développés.

2. Le numérique au service de l’environnement.

Par la suite, nous savons que le numérique est un moyen efficace et rapide de communiquer, nous pouvons appeler cela  » la viralité numérique ». Des applications comme « WAG – We Act For Good » qui permet de changer les gestes éco-citoyens des personnes utilisant cette application. Mais le numérique n’est pas que les applications ou les réseaux sociaux, il peut également s’agir de moyen beaucoup plus évolués. Les satellites sont au service de l’agriculture en Afrique. Là où les températures sont extrêmes et où les terres sont les plus arides. Les satellites permettent d’analyser les sols et de savoir où une plante est plus favorable d’être cultivée en détectant les zones un peu plus humides. L’Afrique peut donc tirer pleinement profit de l’utilisation de ces satellites.

D’autres moyens ont été mis en œuvre pour aider l’environnement dans les pays qui en ont le plus grand besoin. Ecosia et Lilo sont deux moteurs de recherche qui utilisent les publicités générées par les recherches des utilisateurs pour planter des arbres dans les pays défavorisés (Ecosia) ou pour soutenir des projets que ce soit sur l’environnement, la santé ou encore l’éducation (Lilo).

3. L’ampleur du numérique sur l’environnement.

Enfin, malgré des utilisations du numérique formidables, un débat reste encore à ce jour ouvert: L’utilisation du numérique est-elle réellement bénéfique pour l’écologie?

Lorsque nous parlons du numérique nous ne pensons pas directement au fait que des serveurs tournent sans s’arrêter et utilisent énormément d’énergie. La consommation actuelle du numérique explose, l’empreinte énergétique directe des serveurs, réseaux et terminaux, progresse au rythme insoutenable de 9% par an.

De plus, nous changeons nos appareils numériques de plus en plus souvent et afin d’avoir des données concrètes, « Il faut consommer environ 80 fois plus d’énergie pour produire « un gramme de smartphone » que pour produire « un gramme de voiture »« , explique Maxime Efoui-Hess.

C’est pour cela que des solutions sont déjà mis en œuvre comme utiliser des énergies 100% renouvelables pour faire tourner les serveurs.

Pour conclure, nous pouvons dire que le numérique aide grandement au développement des pays défavorisés et à l’environnement mais qu’il reste malgré tout des points négatifs qu’il faudrait supprimer dans les années à suivre.

MERLE Thibaut

 

 

Ce contenu a été publié dans La solidarité, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Le numérique: un nouveau service pour aider les pays défavorisés face aux problèmes de l’environnement.

  1. btsenil dit :

    Article sympathique, allier numérique et écologie est vraiment une bonne idée. On sent que tu as travaillé ton sujet et tu t’appuies sur de bons exemples. Quelques syntaxes pourraient être modifiées afin d’améliorer la forme de ton texte, mais dans l’ensemble tout est bon. Vocabulaire et orthographe sont au rendez-vous.
    Paul

  2. btsenil dit :

    Sujet assez original et moderne. Pour la solidarité c’est un sujet très original. Très bien écrit pour quelqu’un qui travaille seul. Continue comme ça.
    Arthur GELY

  3. btsenil dit :

    Article court et intéressant, facile à lire et à entrer dans le débat. Les quelques chiffres donnés complètent bien l’analyse, et image le sujet surtout pour l’augmentation de la consommation du numérique, ça fait froid dans le dos !
    Anais LEFROY

  4. btsenil dit :

    C’est une étude que l’on ne parle pas souvent mais très intéressant. Surtout dans nos jours, avec le défi du numérique. Ce article est un bon exemple du croisement des deux grands enjeux de l’humanité en matière social : le technologique et l’environnemental. Ils vont très liés.

  5. btsenil dit :

    J’ai en effet adoré cet article et j’avoue que l’accroche finale m’a incité à commenter. En faite j’ai voulu commenter sur celui-ci car j’ai trouvé l’article excellent et n’ai pas compris pourquoi y’en avait que ce nombre minime de commentaire, j’ai donc voulu l’enrichir avec un petit commentaire.