Les écoquartiers, une accessibilité pour tous ?

 

 

 

Les villes étant de plus en plus grandes par leurs infrastructures, leurs populations, ont causé des désagréments aux niveaux sonores visuels et environnementaux. Tous ces problèmes engendrent des effets négatifs sur la santé de la population urbaine, comme des maladies respiratoires…

Dans le cadre du développement durable, les gouvernements européens ont commencé à instaurer des zones dans les villes où les principes environnementaux sont respectés.

On parle alors d’écoquartier !

Ces quartiers ont donc été mis en place dans de nombreuses villes d’Europe vers les années 2000.En France ce principe a été instauré en 2008 pour les collectivités afin de promouvoir des projets d’aménagement durable (loi Grenelle II). Ils ont pour but de respecter les principes du développement durable, mais les hautes performances environnementales ont donc un coup financier, qui ont tendance à négliger la mixité sociale de ces quartiers.

 

 

 

 

 

Les principes d’un écoquartier :

Selon le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, un écoquartier est « un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de son territoire. ».

Lotissement solaire, écoquartier Vauban à Fribourg (Allemagne)

 

 

 

 

 

 

 

La création d’un écoquartier a pour objectif de proposer des logements pour tous, dans un cadre de vie sein, tout en limitant son empreinte écologique. Pour cela il doit respecter les principes du développement durable qui sont :

 

 

La promotion d’une gestion responsable des ressources,

  • Une réduction ambitieuse des émissions de gaz à effet de serre afin de lutter contre le changement climatique : limitation des besoins en énergie, développement des énergies renouvelables, mobilité des personnes et des marchandises grâce à des modes de déplacement « doux ».
  • Une gestion durable des ressources naturelles et le choix de matériaux de construction à faible impact environnemental.
  • La préservation des milieux naturels et l’enrichissement de la biodiversité, notamment par une gestion différenciée des espaces verts et une continuité écologique.

L’intégration dans la ville existante et le territoire qui l’entoure,

  • Une diversité de lieux et d’activités : habitations, espaces publics, activités économiques, services publics, établissements scolaires, commerces et services de proximité, équipements culturels, sportifs et citoyens
  • Des moyens de transports diversifiés, reliés et abordables pour faciliter la mobilité des hommes et des biens,  des moyens de communication adaptés pour faciliter la mobilité de l’information

La participation au dynamisme économique,

  • La participation de toutes et de tous à la création et à la gestion de l’éco-quartier, afin de garantir sa pérennité, son attractivité et son rayonnement
  • Le développement d’activités économiques de proximité (circuits courts), circulaires et solidaires.

La proposition de logements pour tous et de tous types participant au « vivre ensemble » et à la mixité sociale,

  • Une mixité sociale et un équilibre générationnel, parce que la vraie richesse est dans la diversité et la transmission
  • Des bâtiments innovants et performants, qui offrent des espaces de qualité et s’adaptent avec souplesse aux besoins de chacun

L’offre d’outils de concertation nécessaires pour une vision partagée dès la conception du quartier avec les acteurs de l’aménagement et les habitants.

Les écoquartiers sont implantés partout en Europe, ce qui prouve qu’il s’agit bien d’un projet réaliste d’éco habitat. En effet il semble nécessaire de diminuer notre consommation énergétique pour un meilleur respect de la planète car écologiquement parlant, si la population mondiale vivrait comme un français par exemple, il nous faudrait 3 planètes pour satisfaire nos besoins. Pour cela la construction doit s’effectuer sur la base de document, tel que la charte Haute Qualité Environnementale (HQE) ou le label Bâtiment à Basse Consommation (BBC) afin d’atteindre une haute performance environnementale.

La qualité environnementale des écoquartiers :

On parlait de révolution il y a 20 ans, mais aujourd’hui les écoquartiers se multiplient et semblent être une solution d’avenir pour développer la ville durable par le biais de leurs techniques environnementales.

Les écoquartiers doivent réduire les coûts énergétiques de façon globale, de sa création à son fonctionnement mais aussi tous les jours avec la participation des habitants.

Prenons pour exemple, le quartier Vauban de Freiburg en Allemagne, un écoquartier le plus souvent cité en exemple en Europe.

Issu d’un mouvement écologiste, le quartier Vauban fait partie des plus grands par sa taille (200 logements ; 5200 habitants) et pour ses qualités environnementales. En effet dans ce quartier on peut distinguer deux types d’habitats :

-Des maisons à basses énergies qui consomment une quantité variable d’énergie qui varie selon le type de matériaux de construction, de son exposition au soleil ainsi que son architecture.

– Des maisons encore plus économiques, les maisons passives, possèdent une très bonne isolation en laine mouton, triple vitrage, des panneaux solaires photovoltaïques (production/vente), récupérateur d’eau de pluie pour diverses utilisations.

 

Ligier Pierre-Emmanuel

 

Le quartier Vauban est disposé de façon à regrouper l’ensemble des commerces et bureaux sous le rez-de-chaussée des habitations (mixité fonctionnelle) ainsi cela forme un ensemble piétonnier le long de l’allée centrale afin de limiter les déplacements en voiture et de favoriser la marche et le vélo et les transports en commun à la périphérie.

Les habitants contribuent à l’embellissement du quartier en étant autogérant des espaces vert, ainsi on peut voir de la verdure partout : dans la rue, au pied des immeubles, le long des murs, dans les balcons et jusqu’aux toits terrasses et toitures végétalisées.

Rues Vertes

 

 

Tous ces ensembles de critères permettant une approche environnementale la plus respectueuse, entraîne un coût financier. L’accès est donc restreint à une catégorie sociale aisée.

 

 

Les contraintes sociales des écoquartiers :

 

 

Le quartier Vauban offre une réelle performance environnementale mais contrairement à l’objectif social qui caractérise les écoquartiers, celui-ci y est très minime. En effet la construction de bâtiments à faible impact écologique engage des coûts, il faut compter environ 500 000€ pour les 120 m2 d’une maison passive. Ce coût foncier de 4 000€ à 5 000€ s’explique par la réhabilitation du terrain sur 350m de profondeur et un phénomène de gentrification qui contribue à la hausse des prix.

Toutefois le quartier respecte un taux de logement social de 20% mais ceux-ci se situent à la périphérie de celui-ci.

Malgré son ouverture, le lien du quartier avec le reste de la ville est problématique, tant au niveau de la mixité fonctionnelle que sociale, car la ville est le principal lieu d’activités économique des habitants de ce quartier composé essentiellement de professions libérales, de cadres supérieurs et de professions intellectuelles supérieures.

À l’échelle locale, la vie en communauté telle qu’elle existe dans l’éco quartier Vauban est très marquée socialement : la mixité socio raciale est donc un échec pour ce quartier, reconnu d’ailleurs par les habitants.

 

 

 

 

 

 

 

L’écoquartier Vauban, vitrine européenne des écoquartiers est donc un exemple d’une nouvelle façon de vivre durablement, relevant d’objectifs environnementaux afin de diminuer considérablement l’empreinte écologique de ses habitants. Cependant l’objectif social qui définit un écoquartier y est très limité, on peut distinguer une homogénéité dans l’aspect social et ethnique des habitants entraînant un manque de mixité sociale. Ce modèle européen est donc un bon exemple écologique mais reste à améliorer au niveau social, peut-on donc parler d’écoquartier ou plutôt de quartier durable ?

 

 

Bibliographie :

 

Barraco Florent. Villes durables et classes populaires font-elle bon ménages. 15/11/2013.

www.youphil.com/fr/article/06662-villes-et-classes-populaire

Bonard Yve et Mattey Laurent. Les éco-quartiers : Laboratoire de la ville durable. Mise en ligne : 09/07/2010. consulté : 09/02/2012.

Cybergeo.revues.org/23202

ENS. Limite et contradiction de l’éco-quartier. 2009-2010.

www.geographie.ens.fr/Limites-et-contradiction-de-l-eco.htlml

ENS/ L’éco-quartier Vauban : objectif environnemental.2009-2010.

www.geographie.ens.fr/L’éco-quartier-vauban-objectifs.214.html

Julie. Les éco-quartiers : un moyen de diminuer les consomations d’énergie par habitant. 16/08/2010.

Blog.ijenko.com/2010/08/Leséco-quartiers-un-un-moyen-de-diminuer-les-consomations-d’énergie-par-habitant/

Lhoste Bruno. Les dix enjeux.

www.eco-quartier.fr# !/fr/Les-cles/les-10-enjeux-cles/

Ministère de l’écologie. Qu’est ce qu’un EcoQuartier ? 24/01/2011. Mise à jour : 04 /07/2014 .

www.developement-durable.gouv.fr/-Ecoquartier,3863-html

ParisTech Review. Les écoquartiers sont-ils le futur de la ville ? 04/04/2013

www.paristechreview.com/2013/04/04-eco-quartiers/

Rabie Joseph. L’écoquartier Vauban à Fribourg une démarche global pour une réalisation exemplaire. Septembre 2009.

www.habitatparticipatif.net/wp-content/uploads/Vauban-visite-Hespere-jRabie.pdf

Saoumi Taoufik. Le « lien social » nouveau moteur des écoquartiers ? Éditeur : Sébastien Chabas.29/10/2013.

www.batiactu.com/edito/le-lien-social—dans-un-ecoquartier—a quoi-ca-36513.php.

Ligier Pierre-Emmanuel

Schaeffer Laurent

Ce contenu a été publié dans La ville en mutation, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les écoquartiers, une accessibilité pour tous ?

  1. HEIDET Jolan dit :

    Article très intéressant sur les écoquartiers, pertinent avec des exemples concrets. On comprend bien toute la complexité de la mise en place d’un écoquartier avec de nombreuses contraintes (surtout au niveau du coût) et au niveau sociale avec l’apparence d’inégalité. Mais c’est surtout la partie  » Les principes d’un écoquartier » qui m’a le plus intéressé, car j’y ai découvert des choses que j’ignorais totalement.

  2. AYMONIER Clément dit :

    Article très clair, avec beaucoup d’alinéa ce qui donne très envie de le lire. Les illustrations sont très bien choisies et mises au bon endroit.

  3. MARTET Romarick dit :

    Blog très intéressant, bien construit et surtout bien aéré, ce qui le rend agréable à lire. Vos idées sont claire et bien expliquée, j’en ai appris un peu plus sur les écoquartiers grâce a vous.

  4. Baudouin Régina dit :

    Article clair et concis, de bons exemples. Mais que prévoit-on dans le future? Combien d’écoquartiers vont apparaître? Peu de renseignement à ce sujet .