Catégories
Créativité, innovations

L’innovation technologique et scientifique au service de l’environnement

Les erreurs du passé nous ont permis de comprendre que notre mode de vie n’était pas propice à un développement durable de l’humanité, malgré tout aujourd’hui l’humanité est face au mur et se retrouve à devoir prendre des décisions immédiates. En effet les scientifiques sont en perpétuel recherche afin de trouver des solutions pour restaurer la biodiversité, réduire notre impact environnementale, diminuer les formes de pollutions… Essuyer les erreurs du passé en innovant. Dans quelle mesure l’innovation des pays occidentaux permet-elle de préserver l’environnement? Pour répondre à cette question vous lirez dans un premier temps dans ce blog les deux types d’innovations technologiques qui répondent aux besoins de l’environnement puis dans un second temps l’impact que ces innovations scientifiques ont.


 Les innovations technologique au service de l’environnement

Arbre, Fleurs, Pré, Tronc D'Arbre, La Lumière Du Soleil
Arbre, Fleurs, Pré, Tronc D’Arbre, La Lumière Du Soleil publié par Larisa-K. 27 février 2014 source : pixabay

Le développement de nouvelles technologies est favorable à l’environnement, il fait donc partie du développement durable.

Deux procédés permettent généralement de réduire les impacts environnementaux issus de la production selon qu’ils interviennent à la fin (la technologie ajoutée) ou pendant le processus de production (la technologie de production intégrée) qui ont des effets bénéfiques mais contrastés sur l’environnement à court et à long terme, cependant elles permettent de réduire les impacts environnementaux. 

La technologie ajoutée est conçue pour réduire les émissions de substances nocives qui sont des sous-produits de la production : elles consistent  à mettre en œuvre la fabrication de technologies additives permettant de limiter les émissions polluantes comme par exemple les stations d’épuration des eaux usées pour la protection de l’eau

Cependant, la technologie de production intégrée  réduit l’utilisation des ressources et/ou la pollution à la source en utilisant à des techniques de production plus propres. Elles amènent ainsi  à la réduction des sous-produits, des intrants énergétiques et des ressources exploitées par les entreprises pour produire les biens. 

Ainsi, la technologies de production intégrée réduisent les effets négatifs sur l’environnement à la source en substituant des technologies plus propres à des technologies moins propres ou en modifiant ces dernières; comme par exemple la recirculation des matériaux et l’emploi de matériaux respectueux de l’environnement comme le remplacement des solvants organiques par l’eau. 

L’impact des innovation scientifiques sur l’environnement

Laboratoire, Analyse, Chimie, Recherche, Chimiste, Ph D
(science/technologie) publié par jarmoluk. 5 octobre 2017 source : pixabay

Nous sommes aujourd’hui à la veille de changements technologiques sans précédent. Face à ce moment historique, que l’on qualifie parfois de quatrième révolution industrielle, on s’accorde de plus en plus à reconnaître que les derniers développements dans les domaines scientifique et technologique sont d’une nature unique et risquent d’avoir une incidence sur tous les aspects de notre vie quotidienne au niveau environnemental, social et économique.

Face à cette problématique des enjeux majeurs sont au centre de nos préoccupation par leurs forts impacts sur l’environnement comme réduire les émissions de CO2, un processus long qui d’après les scientifiques repose sur deux principes inciter politiques et industriels à sortir enfin nos sociétés des énergies fossiles. La deuxième solution la plus efficace est la reforestation : une étude publiée par Science indiquait qu’en reboisant environ 0,9 milliard d’hectares de terres dans le monde, on pourrait à terme absorber les deux tiers des émissions de carbone d’origine humaine. Malgré tout, cette solution nécessite un certain nombre d’années à s’implanter.

Les scientifiques sont également impliqués dans une cause environnementale (restaurer la biodiversité) qui est en danger, il est apparu que pas moins d’un million d’espèces étaient menacées d’extinction dans les prochaines années. A l’heure actuelle, un quart des espèces évaluées sont menacées d’extinction à court terme. La biomasse des mammifères sauvages a déjà décliné de plus de 80 %. Nous en sommes arrivés là notamment à cause de l’explosion de la démographie aujourd’hui nous sommes désormais 7,6 milliards, contre moins de 1,8 milliard en 1900.

Comme dans la plupart des cas, la seule mobilisation des spécialistes ne suffit pas. Il faut que ces programmes de conservation s’accompagnent d’une sensibilisation des populations à ses problématiques. Il faudrait arrêter de financer les activités qui impactent négativement la biodiversité, comme l’agriculture intensive ou les énergies fossiles, et rendre accessible le bio et les énergies renouvelables. Quant aux citoyens, ils pourraient manger moins de viande, l’élevage industriel étant une source importante de gaz à effet de serre et de déforestation ; éviter l’huile de palme, autre cause majeure de déforestation ; et réduire le recours aux emballages plastiques.

Les innovations scientifiques permettent également de diminuer la pollution plastique de plus en plus présente. Sacs, emballages, bouteilles… tous les ans, chacun de nous jette en moyenne 35 kg de plastiques, dont 10 % finissent en mer. Ces plastiques ne sont pas inoffensifs pour l’environnement, en effet ils peuvent étouffer les animaux qui les avalent. Ils peuvent aussi se fragmenter en particules de moins de 5 mm (microplastiques), qui, une fois ingérées par les animaux, vont entraîner une accumulation de composés toxiques dans la chaîne alimentaire.   Les chimistes et spécialistes des matériaux, notamment ceux du Groupe français d’études et d’applications des polymères, sont mobilisés pour trouver des alternatives éco responsables, (plastique avec des compositions biodégradables…)

Nos sols fortement pollués par différents agents chimiques (pesticides) et minéraux (zinc, manganèse …) sont très importants pour l’environnement car ils servent à filtrer l’eau, cultiver et nourrir l’humanité. Pour cela une scientifique a trouvé une solution innovante qui consiste à la culture de certaines espèces végétales (Anthyllis vulneraria, Noccaea caerulescens…)  Qui captent et accumulent spontanément dans leurs feuilles ce type de composés, la chercheuse a eu l’idée de les cultiver sur des sols contaminés.


Les solutions novatrices au service de l’environnement ne manquent pas qu’elles soient technologiques ou scientifiques, mais l’engagement ne s’arrête pas là, il doit inclure une transition profonde de nos sociétés. Il est nécessaire de parvenir à créer une culture commune autour de la biodiversité en particulier, et de l’environnement en général. Ce processus certes sera long mais le jeu en vaut la chandelle, cela tient de la préservation de nos espaces mais plus largement de l’humanité .

Akim Teurquetil et Julie Clerget

bibliographie : 

Les nouvelles technologies au service de l’environnement Publié le 30 juillet 2019 Simon Nadel (consulté 23/01/2021). disponible sur : 

https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/268457-les-nouvelles-technologies-au-service-de-lenvironnement

L’innovation, moteur de la préservation de la ressource en eau, publié le 11 juillet 2016 (consulté 25/01/2021). disponible sur:

https://www.suez.com/fr/actualites/international—innovation-moteur-de-la-preservation-de-la-ressource-en-eau

Préserver et restaurer la biodiversité, pas de date de publication (consulté le 30/01/2021). disponible sur :

https://www.onf.fr/produits-services/gerer-et-amenager-vos-espaces-naturels/environnement-et-risques-naturels/+/5c::preserver-et-restaurer-la-biodiversite.html

Innovation et respect environnemental sont-ils compatibles ? Le cas des secteur des TIG, Nacer Gasmi, Gilles Grolleau publié le 19/12/2012 (consulté le 20/01/2012). disponible sur:

https://www.cairn.info/revue-reflets-et-perspectives-de-la-vie-economique-2012-4-page-77.htm

Spécificités des innovations environnementales, Une application aux systèmes agro-alimentaires Nacer Gasmi, Gilles Grolleau publié en 2003 (consulté le 20/02/2021) disponible sur: 

https://www.cairn.info/revue-innovations-2003-2-page-73.htm?contenu=article

Préserver l’environnement grâce à l’agroforesterie, 15 octobre 2015, Arte. Disponible sur:

https://www.youtube.com/watch?v=aiCi3L1i6dI&t=44s

La science au chevet de l’environnement par Kheira Bettayeb et Anne-Sophie Boutaud publié le 13/02/2020 (consulté le 21/02/2021) disponible sur: 

https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-science-au-chevet-de-lenvironnement

Préservation, restauration et réhabilitation des milieux/priorité 2019-2023 pas de date de publication (consulté le 25/01/2021) disponible sur: 

https://professionnels.ofb.fr/fr/node/860

Les technologies aux services de l’environnement publié le 16 mars 2020 à 16:48 consulté le 18/02/2021 disponible sur:

https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/les-technologies-au-secours-de-lenvironnement-1185858

L’ingénierie écologique au service de l’aménagement du territoire Freddy Rey, Thierry Dutoit, François Côte, Françoise Lescourret publié en 2015 consulté le 20/02/2021 disponible sur: 

https://www.cairn.info/revue-sciences-eaux-et-territoires-2015-1-page-2.htm?contenu=article

 

 

 

 

Une réponse sur « L’innovation technologique et scientifique au service de l’environnement »

Critique positive :
Introduction de la thématique bien réussie, avec ce texte en italique et cette première photo qui donne espoir en l’humanité. Citation des scientifiques et hyperlien bon point.
Critique négative :
Je trouve votre texte un peu trop long manquant de couleur et de vivacité en ce qui concerne la deuxième partie du blog,dommage qu’il n’y ai pas d’ouverture en fin d’introduction.
PORCO Aurélien

Les commentaires sont fermés.