L’innovation : une solution aux inégalités en termes d’accès à l’eau

L’eau est une ressource vitale pour tout être vivant sur la terre ce qui nous oblige à sans cesse trouver de nouveaux moyens pour répondre à une demande toujours plus grande. Cette ressource est inégalement répartie dans le globe, ce qui entraîne de grandes inégalités entre les pays. En effet, seulement 3% du stock d’eau mondiale est accessible. De nombreux chercheurs se sont penchés sur le sujet afin de mettre en place des innovations permettant de réduire les déséquilibres en termes de consommation d’eau. A travers notre article, nous tenterons d’expliquer comment les innovations dans le domaine de l’eau influent vraiment sur la baisse des inégalités entre les pays du Nord et du Sud en termes d’accès à l’eau.

Dans un premier temps nous verrons comment les pays du Nord utilisent l’innovation pour leur permettre une meilleure gestion de la ressource. Puis nous étudierons les innovations permettant de fournir de l’eau aux pays du Sud, qui n’ont pas la chance de posséder des réserves d’eau douce importantes. Enfin nous traiterons des limites de toutes ces innovations.

Gestion de la ressource dans les pays du Nord

Les pays du nord possèdent un climat favorable ainsi que de nombreux réservoirs leur permettant de stocker une quantité importante d’eau douce qui leur suffit, dans la majorité des cas, pour répondre aux besoins importants de leur population.

Néanmoins, les besoins toujours plus grands obligent chaque pays à innover afin d’améliorer leur gestion car même si l’eau n’est pas une ressource épuisable elle met beaucoup de temps à se renouveler dans les différents lieux de stockage.

Photo d’un lac en Slovénie. SOurce : Pixabay

Les pays développés utilisent depuis longtemps différents moyens afin de fournir en eau leurs populations dans des quantités toujours plus élevées. Cependant de nombreuses conventions, forums ou conférences sont chaque année organisés afin de réunir des experts dans ce secteur pour échanger sur les innovations réduisant la consommation d’eau dans de nombreux domaines.

Par exemple, l’Union Européenne réunit des experts, ingénieurs de services d’utilité publique, des représentants de l’industrie et du monde agricole, des jeunes entreprises, des PME (petites et moyennes entreprises) et des investisseurs au court du PEI eau (partenariat européen d’innovation sur l’eau) pour qu’ils puissent s’entraider et mettre en avant leurs différentes avancées technologiques.

Les pays développés utilisent les nouvelles technologies afin de les aider à améliorer leur gestion. En effet, de plus en plus de villes se reposent sur les technologies numériques pour traiter les différentes informations liées à l’eau en temps réel. Les moindres anomalies, comme une fuite, un problème dans une usine de traitement, sont directement enregistrées et un technicien compétent est immédiatement prévenu pour résoudre le problème.

Afin de fournir de l’eau de qualité, de nombreux efforts sont mis en place pour protéger les réservoirs naturels comme les lacs, les rivières mais aussi les aquifères. Nous pouvons observer que depuis peu des pays réussissent à protéger leurs nappes en les réalimentant artificiellement. Cette nouveauté permet de protéger les réserves des potentielles intrusions de sel, de produits polluants mais elle protège aussi des affaissements des territoires.

Enfin, l’un des problèmes majeurs dans le monde est l’utilisation de l’eau en agriculture. D’après l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) l’irrigation utilise 70% des prélèvements en eau douce dans le monde. De plus, d’après la Commission Européenne, 40% de la consommation d’eau en Europe peut être réduite en optimisant les systèmes d’irrigation.

Photo irrigation par aspersion. Source : Pixabay

L’innovation dans ce secteur est donc très importante et de nouveaux dispositifs ont été créés afin de conserver un rendement suffisant tout en réduisant les volumes d’eau utilisés. Des méthodes comme le goutte-à-goutte, l’irrigation par aspiration ou l’irrigation de surface permettent de fournir une quantité suffisante en eau aux cultures sans surconsommer. La réutilisation des eaux usées (re-use) permet aussi de diminuer les consommations en eau douce des cultures irriguées. Cette approche utilise une eau usée à laquelle on va apporter un traitement variable selon les cultures irriguées.

Importance de l’innovation dans l’accessibilité de la ressource pour les pays du Sud

Les pays du sud sont des pays non développés ou en développement qui connaissent, pour la plupart, des difficultés dans la gestion de l’eau. En effet, les chaleurs élevées et les précipitations rares les obligent à s’alimenter grâce à des techniques beaucoup plus complexes. Ces pays souffrent de lacunes au niveau de l’assainissement et des moyens de traitement des eaux, ce qui engendre de graves problèmes d’hygiène et de maladies transmises par l’eau.

Un des objectifs actuels est de pouvoir donner accès à de l’eau potable de qualité acceptable en quantité suffisante à tous les habitants du monde. Pour cela les experts mettent au point des innovations pour pallier ce problème.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord de nombreuses usines de dessalement ont été créées afin de répondre au besoin en eau dans des régions du globe où les précipitations sont quasiment nulles. L’amélioration perpétuelle des techniques et les rendements plus élevés permettent aujourd’hui aux usines de dessalement de produire de l’eau douce à des coûts beaucoup plus accessibles. D’après Bernard Guesnier, professeur à la Faculté de Sciences Économiques de l’Université de Poitiers, cinq millions de m3 d’eau douce ont été produits chaque jour par 12 000 installations pour l’année 2010.

La captation de l’eau douce sous-marine est une technique utilisée dans toutes les mers du monde. Cette solution d’approvisionnement n’est pas nouvelle mais des usines ont mis au point des innovations permettant de beaucoup mieux capter l’eau douce qui sort des sources situées en dessous du niveau de la mer. Les gisements exploités permettent de fournir en eau douce les pays ne possédant pas suffisamment de ressource pour répondre aux besoins de leurs populations.

D’autres pratiques existent pour rendre accessible l’eau douce. Ainsi, des ingénieurs se sont inspirés d’un arbre appelé « arbre-fontaine » pour mettre en place des grands filets reliés à des poteaux qui utilisent leurs mailles afin de capter l’eau contenue dans les nuages et la brume. Cette eau est utilisée pour approvisionner des communautés rurales vivant dans des régions arides. Par exemple un homme a crée WarkaWater, une tour en bambou et tissu qui capte l’eau présente dans l’air.

Photo des montagnes du Pérou. Source : Pixabay

Enfin, des chercheurs ainsi que des ONG ont mis au point des inventions permettant de filtrer et de rendre potable de l’eau douce présente sur le territoire. Ce dispositif se présente sous la forme d’un livre qui utilise ses pages pour filtrer l’eau grâce à des nanoparticules d’argent ou de cuivre dont les ions éliminent les bactéries.

Les limites des innovations

Malgré l’existence de nombreuses technologies présentes dans le monde permettant de fournir et d’aider les pays dans la gestion de leurs ressources en eau, de nombreuses inégalités persistent. En effet, les aléas climatiques, le manque de financement ainsi que l’insuffisance de formation rendent la tâche très compliquée.

De nombreuses techniques sont, quant à elles, très coûteuses en énergie et représentent des solutions à court terme car elles sont dépendantes du climat. Par exemple, les filets installés dans les pays arides fournissent de l’eau potable uniquement s’il y a de la brume ou des nuages.

Les usines de désalinisation utilisent beaucoup d’énergies afin de produire de l’eau douce. De plus, ce processus apporte des quantités astronomiques de sel qu’il faut rejeter dans les milieux naturels, ce qui est dangereux pour la faune et la flore. Malgré la diminution des coûts de fabrication, de nombreux pays ne peuvent pas se permettre de dépendre uniquement de cette technique.

Un des principaux freins à l’innovation dans l’irrigation reste la difficulté à convaincre les agriculteurs de l’efficacité des nouvelles techniques. L’augmentation des demandes les obligent à utiliser toujours plus d’eau afin de produire le plus possible. Il est donc difficile pour eux de stopper leurs activités afin de s’équiper avec les nouvelles technologies mises au point.

 

Malgré une demande de plus en plus forte, il est impératif de pouvoir continuer à fournir une quantité suffisante d’eau à chaque individu. Comme nous avons pu le constater, l’innovation est un outil permettant d’apporter des solutions qui limitent les inégalités en termes d’accès à l’eau. Même si certaines innovations ne sont pas en adéquation avec l’environnement ou avec les coutumes des populations, nous pouvons observer une nette amélioration de l’accès à l’eau dans le monde. Il est donc impératif de continuer d’innover afin de créer des méthodes permettant une gestion optimale de cette ressource.

 

MASSON Justin,

POTHIER Juliette

Bibliographie :

Ce contenu a été publié dans Créativité, innovations, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à L’innovation : une solution aux inégalités en termes d’accès à l’eau

  1. btsenil dit :

    Super blog ! Jolie présentation.
    Le sujet a bien été traité dans son intégralité. Bonne explication des limites.
    Petit manque au niveau des auteurs des photos. Et aussi manque d’hyperlien vers des notions clefs (aquifères…).

    LUCAS JEANNIN

    • btsenil dit :

      Je vous remercie d’avoir prit le temps de lire et de commenté notre article. Nous tacherons de rajouté des hyperliens dans nos futures publications.
      MASSON Justin

  2. btsenil dit :

    J’ai bien aimé lire cet article. Sujet bien abordé et bien présenté dans son intégralité.

    HENRY Clément

  3. btsenil dit :

    Cet article est bien aéré et illustré par plusieurs images. Le contenu est très explicatif et riche. Cela m’a permis d’approfondir mes connaissances sur ce sujet. Bravo.

    GARDIEN Loïc

  4. btsenil dit :

    Votre article est très bien rédiger et très bien illustrer par les images que vous mettez en avant. Le contenu est agréable a lire car il est riche en explication. Cependant je pense qu’il aurait été préférable de mettre des hyperliens sur les notion clés de votre sujet.

    Aymeric Moulière

  5. NOURDIN dit :

    Cet article est clair, net et précis. On voit bien que l’information est de qualité. Même en étant dans le domaine de la gestion et de la maîtrise de l’eau, vous m’avez appris plusieurs choses. Cependant, c’est dommage que l’hyperlien des images ne soit pas intégré dans l’image. A part ça, le blog est très intéressant.

  6. btsenil dit :

    j’aime bien les photos, votre article est bien rédiger, bravo à vous
    Johann FOUILLOUX

  7. btsenil dit :

    Un article très bien rédigé accompagné d’images censées et d’exemples chiffrés qui illustre encore d’avantage vos propos. Des mots-clefs en gras et liens hypertexte auraient pu être insérés pour encore augmenter la qualité de votre article.

    Royer Esteban