Post-séisme, un point sur le cas d’Haïti

En général, la répartition de la pauvreté dans le monde englobe les pays du continent africain, mais malheureusement il en existe bien d’autres. De nos jours, Haïti est classé comme l’un des pays les plus pauvres au monde et le plus pauvre des Amériques. En effet 78% de la population vit sous le seuil de pauvreté absolue et 56% dans une pauvreté extrême. De plus le 12 janvier 2010, « un séisme de magnitude 7 a frappé Haïti plongeant la capitale dans le chaos[…]. Les dégâts sont considérables et le bilan des victimes dépasse 300 000 morts… ». Nous pouvons donc nous demander si un pays pauvre, comme Haïti, peut-il se reconstruire après une catastrophe naturelle dévastatrice?

                                    Michel Barnier, février 2009, Bidonvilles Haïti, Flickr

 

Dans un premier temps nous allons voir l’origine et les conséquences du séisme dans le pays. Dans un second temps nous verrons la demande à l’aide internationale. Pour finir nous verrons la reconstruction du pays est très difficile.

 

L’origine et les conséquences du séisme

 

Louis Brun nous informe sur le fait que « Le mardi 12 janvier 2010 à 16h53 (22h53 à Paris) Haïti, pays le plus pauvre du continent américain est frappé à par un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter.  Ce séisme a fait plus de 200 000 victimes et de nombreuses personnes sont portées disparues. La capitale, Port-au-Prince (3,8 millions d’habitants), offre une image de désolation : de nombreux bâtiments et des millions d’Haïtiens ont tout perdu. »

« Un séisme lié à une faille en décrochement » publié par Christophe Magdelaine

Le séisme a énormément marqué la population haïtienne déjà fragilisée par la violence et la pauvreté. Il s’est abattu sur ce pays lorsque celui-ci commençait à observer une stabilisation politique, une croissance économique ainsi qu’un début d’amélioration des conditions de vie des populations. Le séisme a coupé la dynamique du pays tout en amplifiant les problèmes existants.

L’Etat, la capitale et sa population sont ravagés. Le palais présidentiel, le parlement, le palais de justice sont détruits… C’est également le cas pour la cathédrale, la plupart des hôtels et des milliers d’édifices. « Les 3 millions de personnes qui vivaient dans la capitale se retrouvent dans le désarroi et la détresse la plus totale ». La plupart des habitants qui vivaient dans la pauvreté à l’intérieur de bidonvilles ou dans des habitations précaires se retrouvent sans domicile, ni abris. Il fallait donc réaménager les habitants de la capitale et de ses environs. Ce séisme majeur a été ressenti jusqu’à Guantanamo à Cuba situé à environ 300 km de la capitale haïtienne.

 

ECHO, 2 mai 2012
Palais présidentiel 2 ans après le séisme, Flickr

 

Le choc du séisme n’explique donc pas à lui seul les endommagements de bâtiments. La vulnérabilité des bâtiments due à la précarité des matériaux de construction explique aussi la destruction des logements dans des zones où les secousses ont été modérées.

L’effondrement des édifices a été la première cause des dommages corporels. Ce séisme dévastateur a fait  » entre 250 000 et 300 000 morts, plus de 300 000 blessés et plus d’un million de sans-abri « , a déclaré M. Mulet, représentant spécial de l’ONU en Haïti, à l’occasion d’une conférence de presse consacrée aux 100 jours du séisme. Près d’un ménage sur dix a eu au moins l’un de ses membres blessé ou tué lors du séisme. De plus, de nombreuses maladies graves sont apparues suite à ce séisme comme le choléra qui reste encore présent dans le pays à l’heure actuelle.

Ce séisme, aussi prévisible qu’il soit, est une catastrophe naturelle et humanitaire sans précédent. La valeur totale des dommages et des pertes est estimée à 7,9 milliards de dollars ce qui équivaut à 120 % du produit intérieur brut du pays en 2009.

 

La demande à l’aide internationale

D’après Christophe Magdelaine « L’aide aux sinistrés s’organise très rapidement pour retrouver des survivants dans ces heures cruciales. Elle vient aussi de nombreux pays comme les Etats-Unis qui vont déployer sur place une équipe de 72 personnes et de six chiens secouristes ainsi que 48 tonnes d’équipements de secours. Du côté de la France, deux avions sont déjà partis de Fort-de-France et de Marseille avec une soixantaine de personnes issus de la sécurité civile, spécialisés dans la recherche de survivants, et de la gendarmerie, pour participer aux opérations de sauvetage des populations locales et des ressortissants français dans cette ancienne colonie de la France. »

 

Canadian Army, 9 février 2010,
Hélicoptère apportant de la nourriture aux sinistrés, Flickr

 

Pourtant l’aide internationale a du mal à secourir les survivants tant l’insécurité est importante. Il s’agit là de la plus importante mission humanitaire jamais réalisée dans l’histoire de l’humanité.

De nombreuses associations humanitaires vont venir en aide à Haïti notamment grâce aux dons. C’est le cas de l’association à but non lucratif Fondation de France qui a recueilli 35 millions d’euros bénéficiant à 900000 Haïtiens, grâce à l’élan de générosité exceptionnel des Français et aux partenariats établis avec des grands médias.

La rédaction numérique de RTL nous informe que « L’aide internationale promise à Haïti atteint 7 milliards et demi d’euros, dont la moitié dans les 18 mois. Mais pour ne pas accabler Haïti sous la dette, le FMI estime que les besoins financiers du pays devraient être couverts par des dons ou des prêts très avantageux. Le Premier ministre regrette qu’une bonne partie (42%) de l’aide internationale ait été dépensée dans l’urgence post-séisme, et non dans la reconstruction du pays. »

La difficulté du pays à se reconstruire

 

L’aide a été déployée très rapidement après la catastrophe pour porter secours aux victimes du séisme. En effet, à la suite de cette catastrophe naturelle, de nombreux Etats avaient promis de verser à Haïti de nombreux fonds internationaux d’une valeur de plus de 5.5 milliards de dollars et les dons privés récoltés montaient à plus de 3 milliards de dollars. « Néanmoins, la réalité semblerait qu’une partie des fonds ne soit jamais arrivée en Haïti, ou du moins pas directement » selon Prieur-Caille Korantin , Lepina Simon, Curdel Alix.

Des progrès sont cependant visibles dans la capitale et ressentis par le pays, mais l’argent tarde à arriver selon les autorités haïtiennes qui comptent bien évidemment sur celui-ci pour continuer la reconstruction et stabiliser l’économie du pays. Car selon les Nations unies, seulement 53 % des fonds promis pour 2010 et 2011 ont été déboursé.

Les programmes dits de reconstruction ont porté d’avantage sur de l’aide à court
terme (construction d’abris provisoires, ou relogement en tente) et n’ont pas poursuivi leurs actions en faveur d’une reconstruction à long terme. Ces programmes avaient pour la plupart cessé trois ans après le tremblement de terre alors que les défis de reconstruction en Haïti sont encore bien présents.

Trois ans après le terrible séisme, l’aide s’était fortement essoufflée et Haïti peine à se relever. La population d’Haïti continue aujourd’hui encore de souffrir de ce séisme définitivement ravageur, en effet le chômage est toujours fortement présent dans le pays. L’économie haïtienne reste donc aujourd’hui aussi faible, si ce n’est plus.

Le pays est donc loin de s’être reconstruit même si Haïti va mieux depuis ces dernières années. « Il faut continuer à sensibiliser la communauté internationale, mais Haïti se porte mieux quatre ans après le séisme même s’il reste beaucoup à faire », conclut Laurent Lamothe, premier ministre haïtien.

 

Conclusion

Pour conclure, l’île d’Haïti est aujourd’hui toujours en état de crise. Malgré un pays souvent confronté à ce genre de catastrophes, celle-ci apparaît bien comme la plus dramatique de son histoire.

Désormais, on parle aujourd’hui de misère, et le gouvernement haïtien peine à se reconstruire malgré de nombreuses aides internationales, avec à sa tête un nouveau président Michel Martelly qui doit faire face à la corruption.

 

« L’aide et la mobilisation internationale restent primordiales pour l’île.  Les efforts entrepris doivent continuer et même s’accentuer si nous souhaitons voir un jour Haïti sortir de cette sinistre situation, puisque comme l’expriment eux même les haïtiens dans leur devise, seule « L’union fait la force » » comme le démontre l’article de Prieur-Caille Korantin , Lepina Simon, Curdel Alix.

 

Leonora Baumann, 12 janvier 2018
Commémoration du séisme du 12 janvier 2010, Flickr

 

 

Malgré une reconstruction dynamique ses dernières années, Haïti pourra t-il un jour se relever et se remettre de cette catastrophe dévastatrice?

Bibliographie:

Brun, Louis. Un pays pauvre face au risque sismique : Haïti. In Le cafuron[en ligne]. Publié le 28/01/2010, [consulté le 01/03/2019]. Disponible sur: www.lecafuron.fr/article-un-pays-pauvre-face-au-risque-sismique-haiti-43837414.html

Evens, Jabouin. Haïti, en situation post-séisme : quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale. In Études caribéennes [En ligne]. Publié le 17  Décembre 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, [consulté le 01 mars 2019]. Disponible sur : https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/4842

La rédaction numérique de RTL. Haïti : quatre ans après le séisme, la reconstruction traîne. In RTL[en ligne]. Publié le 11/01/2014, [consulté le 01/03/2019]. Disponible sur: https://www.rtl.fr/actu/international/haiti-quatre-ans-apres-le-seisme-la-reconstruction-traine-7768713009

Magdelaine, Christophe. Un séisme majeur frappe Haïti et dévaste la capitale Port-au-Prince. In notre-planete.info[en ligne]. Mis à jour le 13 janvier 2015, consulté le 01/03/2019]. Disponible sur: https://www.notre-planete.info/actualites/2235-seisme_Haiti

Prieur-Caille, Korantin , Lepinay, Simon , Curdel, Alix. Haïti : le séisme de 2010 et ses conséquences. In sitew[en ligne]. [consulté le 01/03/2019]. Disponible sur: www.haitiseisme2010.sitew.fr/Les_consequences_du_seisme_en_Haiti.D.htm#Les_consequences_du_seisme_en_Haiti.D

Prieur-Caille,Korantin , Lepinay, Simon , Curdel, Alix. Haïti : le séisme de 2010 et ses conséquences. In sitew[en ligne]. [consulté le 01/03/2019]. Disponible sur: http://www.haitiseisme2010.sitew.fr/Les_consequences_du_seisme_en_Haiti.D.htm#Bilan.E

 

 

 

BERTINELLI THOMAS

LEJEUNE CLEMENT

Ce contenu a été publié dans La solidarité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.