LE VOYAGE ECOLOGIQUE

           Depuis des générations, l’homme n’a cessé de se déplacer à travers le monde. De l’homme préhistorique au globe-trotter1 de notre temps, les moyens pour se déplacer ont considérablement évolué. Le cheval d’autrefois, remplacé par la voiture ou encore le bateau à voile, détrôné par l’avion à réaction, l’homme façonne et adapte ses moyens de transport pour parcourir tous les horizons.

LES TEMPS CHANGENT, Florian PESEUX

            De nos jours, les pays développés sont les maîtres dans ce domaine. En voyageant, et en affrétant massivement des marchandises par tous les moyens (avion, bateau, camion,…). Ils constituent les noyaux de l’import/export et du tourisme mondial. Ainsi, tous les pays prenant la voie du développement socio-économique, sont obligés d’accroitre en nombre leurs moyens de transport pour exister dans ce monde.

           Aujourd’hui, les transports sont largement dépendants des énergies fossiles comme le pétrole. Cela profite au système économique mais a aussi un impact direct sur le système écologique de la planète. Alors, voyager sans énergies fossiles, dans les pays développés, est ce possible ?

L’analyse se base sur plusieurs documents :

–        une fiche pédagogique sur le charbon, écrite par les experts de Connaissance Des Energies.

–        Un article concernant l’énergie propre dans les transports, écrit par LASCOURREGES Guillaume.

–        Un article concernant l’écologie et l’économie, écrit par BROWN Lester.

–        Trois articles concernant les biocarburants.

–        Un article de l’organisme GREENPEACE sur le pétrole et les gaz à effet de serre.

–        Un document de GADREY Jean qui met en avant l’économie écologique.

–        Un article dédié à la consommation de la voiture électrique.

–        Un article concernant les GPL par WIKIPEDIA.

         Cette étude se compose de trois parties : La première partie expose la situation actuelle en termes de transport et d’énergies utilisées. La seconde partie liste des solutions pour voyager sans polluer. La troisième partie parle du conflit présent entre l’économie et l’écologie.

ENERGIES FOSSILES : LES PIECES MAITRESSES :

            C’est depuis la révolution industrielle, au XVIIIe siècle, que les moyens de transport mécanisés font leur apparition. Le charbon étant la principale source d’énergie à cette époque, c’est naturellement qu’il a été pensé de l’utiliser dans les premiers moyens de transport. Ainsi, les locomotives et bateaux à vapeur sont devenus incontournables pour le fret de marchandises, et le transport des personnes. La réussite de l’homme dans ce domaine le poussa donc à construire toujours plus grand et c’est ainsi que le TITANIC (1912) fut un des symboles de cette réussite. Au XXe siècle, le charbon fut progressivement abandonné dans les pays développés, bien que des nouvelles techniques de transformation soient étudiées pour continuer à utiliser le charbon au même titre que le pétrole.

PANIC ECOLOGIQUE, Florian PESEUX

           De nos jours, le pétrole est à la base des grandes évolutions dans le secteur des transports et prend une place importante. Cela représente 68% de la consommation totale de pétrole en France. En plus de 30 ans, cette consommation de pétrole a quasiment doublé dans ce secteur. De plus, ce phénomène débouche sur un large problème écologique. En effet, les transports sont responsables de plus d’un quart des émissions de gaz à effet de serre et parmi cela, 141,1 MteqCO22 chaque année. Cette augmentation de la pollution a été conséquente entre 1990 et 2007, soit près de 19%. Enfin, à l’échelle mondiale, la pollution émise par le secteur des transports représente 15%, dont la moitié due à la consommation de pétrole.

           Si le pétrole est un acteur majeur dans les transports, ses dérivés, comme le GPL3, ont fait leur apparition à la fin du XXe siècle. Tiré du pétrole, le GPL est quand même considéré comme un carburant propre, malgré un bilan écologique mitigé et remis en cause. En 2008, environ 160 000 véhicules étaient déjà équipés d’un moteur GPL en France. Bien qu’au niveau environnemental, il présente des atouts majeurs, les pollutions qu’il génère, restent dangereuses pour l’homme.

            Alors, bien que le GPL ait des avantages économiques, il n’est pas vraiment la solution écologique. Y a-t-il d’autres moyens plus innovants pour préserver la planète ?

ENERGIES VERTES : VERS UN NOUVEAU FUTUR POSSIBLE :

           Depuis des années, l’exploitation des ressources naturelles de notre planète n’a cessez d’engendrer des conflits et de dégrader l’environnement.

          Le transport utilisant une très grande part de ses ressources surtout dans les pays développés, il était urgent de trouver des solutions alternatives utilisables sans un bouleversement des moyens de transport moderne. C’est pour cela que des carburants d’un nouveau genre ont vu le jour. Ces carburants, aussi appelés « biocarburants » ne sont pas issus de l’exploitation des énergies fossiles et ne sont donc pas soumis aux mêmes contraintes du marché mondial de l’énergie. Evidemment, pour obtenir ses énergies beaucoup  plus propres, il a bien fallu qu’elles puissent se substituer sans obliger ses utilisateurs à changer leurs moyens de transport, car leur potentiel avantage écologique n’aurait pas comblé de déficit économique engendré.

             A ce jour, trois générations de « biocarburants » on été conçues.

           D’après le site internet de « ECOSOURCE » la première génération est issue de l’exploitation des graines ou des tubercules. Pour les véhicules « diesel », l’huile extraite de ce procédé est suffisante comme substitut, alors que pour les véhicules « essence », une filière de fermentation est nécessaire pour transformer le sucre en éthanol. Utilisé en complément, avec de l’essence sans plomb standard, ou seul dans les véhicules, cette fois-ci équipés de façon a être alimenter que par du « bioéthanol ».

          Les deuxièmes générations visent à n’utiliser que des plantes non comestibles (telle que la plante « JATROPHA CURCAS »), pour éviter une augmentation du prix des denrées alimentaires sur le marché mondial.

JATROPHA CURCAS, TONRULKENS, disponible sur FLICKR.com

            La troisième génération provient de l’utilisation de micro-organismes pour produire de l’hydrogène. Ce procédé reste le moins développé à ce jour.

           Les véhicules électriques, malgré leur augmentation en nombre dans le commerce, restent quand même en marge. L’objectif européen d’atteindre 80% à 85% de ces véhicules en circulation pour 2050, semble un peu optimiste d’après « FRANCE-MOBILITE-ELECTRIQUE ». Mais à terme, il devrait s’imposer, car l’épuisement totale des énergies fossiles et l’utilisation de biocarburants restant moins compétitifs avec un rendement plus faible.

           Cependant les véhicules électriques souffrent de nombreuses contraintes, telle qu’un rechargement long avec une autonomie diminuée. De nombreuses améliorations ont malgré été tout effectuées, c’est ce qu’un duo « d’aventuriers » a tenté de démontrer, en effectuant un tour du monde à bord d’une voiture électrique. En février 2012 est parti, depuis Strasbourg, le 1er tour du monde en véhicule électrique de série : 25 000 km, 8 mois, 17 pays, 250 € d’électricité », ce projet fut baptisé l’Odyssée. Il fut couronné de succès, malgré une autonomie de 150 km par rechargement du véhicule. Toute l’aventure est relatée sur « ELECTRIC-ODYSSEY ».

  Alors si les solutions sont là, sous les yeux de l’homme, quels problèmes doit-on encore résoudre ?

L’ENNEMI DE L’ECONOMIE :

            Selon Jean GADREY, « Nous entrons dans une crise écologique et sociale sans précédent historique, pouvant aller jusqu’à un « effondrement » humain mondial ». Une succession d’obstacles s’oppose au développement d’un système écologique/économique. La société de consommation aveuglerait les gens en ce qui concerne les questions écologiques, la publicité mettant en avant les produits de consommation, cachant inévitablement les problèmes liés à l’écologie de la planète. Une politique recentrée sur l’écologie permettrait de créer beaucoup d’emplois, et notamment dans le secteur des transports (transport en commun, développement et conception de véhicules plus propres,…), ce domaine pourrait progresser de l’ordre 15%.

             Selon Lester BROWN,  « L’économie du jetable, basée sur les combustibles fossiles et centrée sur l’automobile qui s’est développée dans les sociétés industrielles occidentales, n’est plus un modèle viable, ni pour les pays qui l’ont façonnée, ni pour ceux qui les imitent ». L’économie doit changer en se basant sur les nouvelles énergies (éolienne, solaire,…) et créer un système de transport plus propre et diversifié. D’après L.BROWN, il est possible de révolutionner l’économie rapidement. En 1942, les Etats-Unis ont prouvé cette théorie. En effet, juste avant la seconde Guerre Mondiale, la fabrication de voitures était à l’origine de la puissance industrielle du pays. Ce pays produisait environ 3 millions de voitures par an. Pendant la guerre, le pays ordonna de produire plus de matériel militaire et de stopper sa fabrication de voitures. Il prévoyait de construire 45 000 chars et 60 000 avions, et l’objectif fut largement dépassé, ce qui projeta le pays dans une croissance économique supérieure à l’avant guerre.

            Il n’a pas fallu 10 ans aux Etats Unis pour restructurer son économie industrielle. Il est donc probable que l’on puisse changer l’économie mondiale de l’énergie au cours de la prochaine décennie.

ET MAINTENANT ? :

            Aujourd’hui, le phénomène d’évolution est ralenti, mais l’être humain continue d’innover dans tous les domaines. Les transports utilisés jusque là vont probablement connaitre une révolution, qui pourrait même causer leur déclin. Des énergies plus écologiques sont en marche, et d’autres comme l’électricité sont déjà présent dans le secteur des transports (TGV, voitures électriques,…). Si pour l’instant, l’écologie est perçue comme un ennemi de l’économie, l’avenir de la planète commence à devenir critique et inquiétant. L’urgence d’un changement radical de système économique parait inévitable. Les solutions sont là, les voitures roulent déjà à l’électrique, le pétrole peut être remplacé dans le secteur de la mobilité, et l’économie peut être révolutionnée.

                 « Le choix vous appartient — nous appartient. » Lester Brown.

            Devant cette urgence de changement, les solutions sont possibles. Alors, quels changements seraient prioritaires face à la catastrophe écologique et comment l’homme peut il les organiser pour contribuer à une amélioration rapide ?

SMOKING KILLS, Florian PESEUX

LE VOYAGE ECOLOGIQUE, de Jérôme BOURDONNAY et Florian PESEUX.

GLOSSAIRE :

  1. Globe-trotter : Personne qui voyage beaucoup et dans le monde entier
  2. MteqCO2 : Million de tonnes équivalent CO2
  3. GPL : Gaz de Pétrole Liquéfié

BIBLIOGRAPHIE :

Document 1–  Site conçu par Arnaud DE LA BATIE, développé par des équipes d’experts sur les sujets, Connaissances Des Energies, ALCEN, 2012, fiches pédagogiques, charbon, 20 septembre 2012 (date de mise à jour article), 23 décembre 2012 (date de consultation), disponible sur :

http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/charbon

Document 2– l’Avere-France association de professionnelle ayant vocation de favoriser le développement du transport et la mobilité électriques.(consulté le 06 janvier 2013) introduction d’énergie propre dans le transport. Disponible sur :

http://www.france-mobilite-electrique.org/introduction-d-energie-propre-dans,1450.html

Document 3– BROWN Lester, traduit de l’anglais par ZICHKA Marc et JOUFFROY Frédéric, La conversion de l’économie à l’écologie. BIED Dominique, CAP21 [en ligne], Over-blog, 24 août 2011. Disponible sur :

http://www.dominique-bied-cap21.com/article-la-conversion-de-l-economie-a-l-ecologie-par-lester-brown-82332451.html

Document 4– Ecosources.info est un portail Internet d’information dédié aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Le portail EcoSources a été réalisé par la SCOP Belek en 2007.disponible sur :

http://www.ecosources.info/dossiers/Biocarburant_de_premiere_generation

Document 5– Ecosources.info est un portail Internet d’information dédié aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Le portail EcoSources a été réalisé par la SCOP Belek en 2007.disponible sur :

http://www.ecosources.info/dossiers/Biocarburant_de_deuxieme_seconde_generation

Document 6– Ecosources.info est un portail Internet d’information dédié aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Le portail EcoSources a été réalisé par la SCOP Belek en 2007.disponible sur :

http://www.ecosources.info/dossiers/Biocarburant_de_troisieme_generation

Document 7– Equipe de communication de GREEN PEACE, GREEN PEACE France. GREEN PEACE, 2010, (consulter le 28 décembre 2012), Transport, pétrole et gaz à effet de serre. Disponible sur :

http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/energie-et-climat/fiches-thematiques/Transport-petrole-et-Gaz-a-effet-de-serre

Document 8Jean GADREY, « La crise écologique exige une révolution de l’économie des services », Développement durable et territoires [En ligne], Points de vue, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 03 janvier 2013. Disponible sur :

http://developpementdurable.revues.org/6423

Document 9– Ce site est consacré à l’Odyssée Électrique qui se trouvent être un tour du monde a bord d’un véhicule électrique, ce qui a pour but de valoriser l’image des véhicules électriques auprès du grand public et de le rassurer sur la capacité de ce mode de transport à répondre à ses besoins .disponible sur :

http://www.electric-odyssey.com/exemple-titre

Document 10– Equipe WIKIPEDIA, Gaz de Pétrole liquéfié. WIKIMEDIA, WIKIPEDIA [en ligne]. WIKIMEDIA, 7 novembre 2003, mise à jour 7 décembre 2012. Disponible sur :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaz_de_p%C3%A9trole_liqu%C3%A9fi%C3%A9

Ce contenu a été publié dans Partir-Venir, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à LE VOYAGE ECOLOGIQUE

  1. btsenil dit :

    Très belle présentation ! surtout avec les illustrations faites mains !
    Les documents sont très pertinents, et bien sur le sujet et très intéressant !

    Hezard Nicolas

  2. Jérôme BOURDONNAY dit :

    Bonjour à tous! J’espère que cet article consacré au voyage écologique vous plaira car beaucoup d’entre vous connaisse déjà plein de choses sur ce sujet. C’est convaincu qu’avec Florian nous parlons de ce sujet qui est vraiment d’actualité. D’ailleurs, Florian a trouvé bon de mettre des illustrations qu’il a conçues pour cet article. Pour finir, nous sommes satisfaits de notre travail, mais il est possible qu’il ne plaise pas. N’hésitez pas à nous faire part de vos critiques.

    Merci et bonne lecture!

  3. btsenil dit :

    Je souhaiterais faire une petite critique qui vous aidera à améliorer encore plus votre article, il faudrait retirer de votre bibliographie « document 1, 2… »
    Ensuite il faut éviter de mettre « introduction » ou « conclusion »
    Cependant le billet et très bien construit est très instructif, il est vrai que nous courrons à notre perte si on ne fait pas avancer les choses,

    Felicitation ce sujet est parfaitement trouvé !

    Elodie lengrand

  4. Jérôme BOURDONNAY dit :

    Je suis quand même très déçu de ne pas pouvoir faire une mise en page correct avec se site. La mise en page sur WORD était beaucoup mieux. Excusé moi d’avance mais je n’ai pas pu faire mieux.

  5. Andy POLYDAMAS dit :

    Bonjour à vous ! Tout d’abord, ce sujet est fort approprié aux circonstances mondiales actuelles, vous avez traité l’une des questions principales concernant notre développement dans le futur. S’impliquer dans une telle problématique tout en restant le plus objectif possible n’est vraiment pas évident !
    Enfin, vous avez su vous impliquer dans votre thème en ciblant la principale difficulté : « Si pour l’instant, l’écologie est perçue comme un ennemi de l’économie, l’avenir de la planète commence à devenir critique et inquiétant ». Si des gens pensent que l’écologie doit être délaissée au profit d’une économie toujours plus florissante, quand il n’y aura plus Terre pour nous abriter, l’économie sera-t-elle toujours si primordiale ? Comme vous l’expliquez dans votre blog, certes nous ne devons pas centrer notre développement autour de l’écologie, mais les mentalités doivent évoluer si nous voulons persister sur notre planète, selon vous la vie a-t-elle un prix ?
    Très bon travail !

    Andy POLYDAMAS

    P.S.: Vos dessins sont vraiment très explicites et s’incorporent parfaitement dans votre sujet : Félicitations !

  6. Caberlon Alexandre dit :

    Un article intéressant et très clair, avec des illustrations qui apportent « le petit plus ».
    On comprend très bien les différentes énergies, leurs utilisations, et les solutions futures; mais aussi les difficultés et les dangers pour l’avenir.
    Même si j’avais déjà des connaissances sur ce sujet, il m’a permis de les perfectionner.
    Très bon travail !
    Sujet, pour ma part, très attractif, et plaisant.

  7. Matthieu Lager dit :

    C’est un bon thème qui nous montre les difficultés à avoir une planète plus « verte », l’écologie est un sujet d’actualité. On voit les différentes alternatives que l’on peut avoir pour arrêter de polluer la planète.
    C’est article était très captivant à lire et m’a permis de renforcer mes connaissances.

  8. btsenil dit :

    Bon thème, qui plus est sur un sujet d’actualité. Cela permet de découvrir les différentes alternatives que nous avons pour essayer de conserver la planète.
    Les illustrations sont biens.
    Le Goffic Malo

  9. Serre laurie dit :

    Ce thème me plait vraiment je pense qu’il faut faire attention à notre planète, la préservé. Cette analyse nous permet de découvrir les différents moyens de la préservé. Bonne analyse de cette problématique.

    Et bravo a vous pour l’investissement mis dans ce projet cela se ressent grâce aux illustrations faites main.

  10. Bloyet Delphine dit :

    Un sujet bien choisi en cette actualité où les mots « ecologie », « environnement » et « développement durable » résonnent de partout. Une argumentation intéressante et bien exposée.
    Mais j’ai quelques questions à propos des biocarburants, est-ce un projet ou est-ce déjà commercialisé ? Où les trouve-t-on ?? En espérant que vous sachiez me répondre.
    Merci,

  11. Bernet Clementine dit :

    Bonjour à vous,
    Je pense que vous avez trouvé un super sujet, il m’était aussi passer par la tête. C’est pourquoi j’ai été très intéressée par votre travail.
    De plus comme vous le dites très bien c’est un sujet qui nous concerne directement, il s’agit d’un thème d’actualité et il nous touche directement. C’est à nous les plus jeunes de mettre en marche les systèmes écologiques et le développement durable par exemple. Nous somme passer du moins polluant: le cheval a tout l’inverse les avions les voitures … une croissance qui n’est pas très positive ! Alors si nous pouvons remédier à ça avec la voiture électrique entre autre se serai une bonne chose.
    Et enfin bravo pour vos dessins ils sont vraiment très réussi et très représentatif ! C’est dans l’ensemble une très bonne composition.

    Clémentine

  12. HECK Mylène dit :

    Un duo de choc pour un blog très réussi avec une attention particulière pour les dessins de Florian : bravo ! C’est d’ailleurs un atout, car on perçois, avant même d’avoir commencé la lecture, que vous avez pris plaisir à réaliser ce travail et que le sujet vous passionne.
    Un sujet d’actualité intéressent dont on entend parler régulièrement sans vraiment avoir le sentiment qu’une solution existe. Vous décrivez les différents moyens qui remplaceraient les carburants polluants que nous utilisons aujourd’hui, et je trouve exaspérant l’idée des « bio-carburants de 1ère génération » ! On nous rabâche depuis tout petit que le gaspillage de la nourriture est honteux, qu’il faut penser aux plus pauvres qui meurent de faim dans le monde. Et maintenant on voudrait utiliser des denrées alimentaires pour produire du carburant pour que les plus « riches » puissent se déplacer en voiture ! De plus les graines utilisées pour la production de ces bio-carburants sont semées sur des champs qui produisaient auparavant des denrées alimentaires. Cela veut donc dire qu’on préfère aujourd’hui produire du carburant plutôt que de continuer à nourrir les gens !! Il serait souhaitable qu’on trouve une autre alternative, ou l’homme cours à ça perte !