Catégories
Consommer autrement

Surconsommation : un comportement très présent dans le monde de l’habillement

Depuis plusieurs années, le comportement des consommateurs vis-à-vis du monde de l’habillement a bien évolué. En effet, l’achat par plaisir a remplacé l’achat par nécessité. Ils s’habillent donc par ce qu’ils en ont envie et non parce qu’ils le doivent, et cela donne lieu à un comportement tout à fait néfaste : la surconsommation, qui est à l’origine de nombreux problèmes environnementaux. Nous sommes donc en droit de nous demander : dans quelle mesure la surconsommation vestimentaire a-t-elle influencé, ces 20 dernières années, la crise environnementale et les activités socio-économiques dans le monde ?

Fast-fashion : moteur principal et condamnable de la surconsommation

« La fast fashion désigne une tendance très répandue dans l’industrie de la mode reposant sur une renouvellement ultra-rapide des collections, en s’appuyant sur un rythme de production effréné et insoutenable. Cette mode « jetable » produite à moindre coût a des conséquences sociales et environnementales désastreuses. »

Oxfam France

L’apparition de la fast-fashion a révolutionné le monde de l’habillement. Des vêtements correspondant aux tendances du moment à moindre coût, en magasin ou sur internet, c’est ce qui a poussé massivement les acheteurs à se tourner vers ce genre de consommation. Jusque-là, cela paraissait être une bonne initiative de la part des entreprises car beaucoup de personnes aux revenus modestes pouvait enfin se permettre de renouveler leur garde-robe plus souvent.

Mais les tendances vestimentaires étant extrêmement changeantes, et l’accès à celles-ci toujours plus facile, les consommateurs ont donc adopté un rythme d’achat frénétique et se livrent de plus en plus à un gaspillage sans pareil.

700 000 tonnes : c’est la proportion de déchets textiles annuel uniquement pour la France. La surconsommation dans le domaine textile atteint des sommets tels que seuls 12% des vêtements produits parviennent à être recyclés.

La grande majorité des vêtements jetés finissent dans des pays (pour la plupart en voie de développement) tels que le Ghana ou le Chili où 59 0000 tonnes de vêtements débarquent chaque année. Des pays qui souffrent de ce gaspillage car les vêtements qui leurs sont envoyés sont gorgés de produits chimiques, ce qui nuit non seulement à la santé des habitants mais aussi à l’environnement.

Catastrophe environnementale et sociale

Dans le rapport « La mode sans dessous-dessous » de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), on constate que

  • l’industrie textile est le troisième secteur le plus vorace en eau de la planète, derrière la culture du blé et du riz
  • il représente à lui tout seul plus de 10% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

De plus, les traitements infligés aux vêtements sont extrêmement polluants. Le coton par exemple est un véritable nid à pesticides, car, afin d’avoir un rendement optimal lors des récoltes et pour lutter contre les insectes, les agriculteurs n’hésitent pas à utiliser des traitements en quantités aberrantes. Et le lessivage de ceux-ci pollue les nappes phréatiques présentes aux alentours.

On peut aussi mentionner les nombreux drames liés à cette production vestimentaire. Le plus marquant est sûrement celui de de Dacca au Bangladesh. Le 24 avril 2013, le Rana Plazza, une usine textile de huit étages dédiée à la production de vêtements destinés aux grandes enseignes de la fast fashion, s’est effondrée. Le bilan humain fut très lourd : 1138 ouvriers perdent la vie et 2500 sont blessés.

La fast-fashion est donc responsable de nombreux problèmes et engendre énormément de drames, qu’ils soient écologiques ou humains.

Conditions de travail et droits humains déplorables

La plupart des vêtements issus de la fast-fashion proviennent des pays d’Asie du Sud-est. Le Bangladesh en fait partie. Les ouvrières de ce pays sont exploitées et sous payées. Le taux horaire est en effet le plus bas du monde avec 0,32 dollars de l’heure. Une exploitation qui bafoue les droits humains et remet en question le principe même de mondialisation.

De plus, l’industrie de la mode profite de la jeunesse en employant de nombreux enfants dans leurs chaînes de production, âgés de 6 à 14 ans. Notamment à Dacca au Bangladesh, où 15% des enfants déscolarisés exercent un travail à temps plein.

Les alternatives pour une consommation vestimentaire plus responsable

Une prise de conscience est effective ces dernières années. Les consommateurs commencent à réaliser que leurs mode de consommation n’est pas forcément le bon et essayent tant bien que mal de corriger le tir. Cela donne lieu à des changements de comportement radicaux concernant l’achat de nouveau vêtements.

Beaucoup se tournent vers la seconde main grâce aux nombreuses friperies qui émergent de plus en plus dans les villes, mais aussi grâce aux site dédiés à la revente de vêtements entre particuliers (Vinted, Vestiaire Collective, Onceagain, etc)

De plus, les Français consacrent de moins en moins de budget pour leur garde-robe, ce qui induit une forte baisse de consommation pour le marché de l’habillement. En 2019 en France, on constate une perte d’intérêt pour ce secteur de la part du consommateur ( baisse de 12%).

Quel avenir pour la planète ?

Il est indéniable que si l’on continue sur cette lancée de destruction environnementale et sociétale, nous courrons à notre perte.

La pollution incommensurable de l’industrie textile à des impacts environnementaux et humains croissants (pollution, destruction de la nature, mort prématurée des employées, conditions sanitaires douteuses, etc).

A première vue, les conséquences de la surconsommation vestimentaire semblent irréversibles mais des améliorations sont à noter, spécialement au niveau des alternatives afin de boycotter les grandes enseignes de la fast-fashion.

MARLE Mallaury

GENEVOIS Gaëtan

SOURCES

  • GARNIER Juliette. Les changements de mode de consommation sapent le marché de l’habillement. Le Monde [en ligne] 21/11/2021 Disponible sur :

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/11/20/les-changements-de-mode-de-consommation-sapent-le-marche-de-l-habillement_6102948_3234.html

  • MINVIELLE Gildas. Bilan 2020 : consommation d’articles d’habillement textiles. Institut Français de la Mode, Février 2021 Disponible sur :

https://www.ifmparis.fr/fr/etudes-et-chiffres-cles/2020-consommation-textiles-habillement-1-1

  • KOWATSCH Susann et LÜBBERS Norbert. Fin de la fast fashion : place aux habits durables. ARTE Regards. 2021. Disponible sur :

https://www.arte.tv/fr/videos/100291-002-A/arte-regards-fin-de-la-fast-fashion-place-aux-habits-durables/

  • Article Oxfam France

commentaires

Article très intéressant. Les parties sont complètes avec des chiffres et des documents pour argumenter. Les illustrations le rende très attrayant, il est très bien présenté et donne envie d’être lu jusqu’au bout. Vraiment très bien.

Louis Denicourt

Article bien détaillé, avec des arguments et des exemples cohérents, les documents présenter aident à la compréhension, vraiment un bon article.

Guillaume MONNERET

Article vraiment très intéressant qui touche tous le monde. Il est bien détaillé avec des images et des chiffres ce qui donne une idée de l’ampleur de notre surconsommation. Les photos donnent envie de lire l’article.

Prune Chavanne

Article très intéressant vu qu’il nous apprends les impactes négatifs du à notre consommation dans le textile.

Romain Fortes

Article complet et intéressant avec des données chiffrées

Alain BOLORONUS

Article intéressant avec des données bien structurés

SOW Cheikhouna

Catégories
Consommer autrement

Consommation d’énergie renouvelable : les éoliennes

Énergie éolienne en France depuis ces 20 dernières années.

L’énergie éolienne est un bien pour l’économie de la société mais elle peut nuire à l’environnement

Depuis ces 20 dernières années, les éoliens terrestres se développent en France. Une origine d’emplois et de croissance, l’énergie éolienne est avant tout une énergie renouvelable, propre, sûre et inépuisable. Notre époque est en mouvement, et nous sommes en train de passer de l’ancien monde à un monde nouveau. 

Production d’énergie en progression grâce aux éoliennes

Le secteur de l’énergie éolienne en France a pris progressivement de l’importance : en 2020, sa part dans la production nette d’électricité du pays atteint 7,6 % et le taux de couverture moyen de la consommation par la production d’origine éolienne a été de 8,8 % en 2020 après 7,2 % en 2019 et 5,9 % en 2018. Des évolutions technologiques ont notamment entraîné un quadruplement de la puissance des éoliennes depuis les années 2000, elles permettent de diminuer de façon continue les coûts de production du MWh éolien et d’accéder à des sites présentant des gisements de vent plus faibles. Depuis les débuts de l’éolien en France, les caractéristiques techniques des éoliennes connaissent une progression technologique soutenue.

Atouts et inconvénients des énergies éoliennes

L’énergie éolienne fait partie des énergies renouvelables, mise en place par la transition énergétique. Elle a pour but de lutter contre le réchauffement climatique en développant des énergies qui permettent de moins recourir à des moyens de productions exploitant des ressources fossiles. La France possède en effet le 2eme gisement éolien d’Europe ce qui augmente son taux d’énergie naturelle, propre et écologique. L’éolien est un des moyens de production d’électricité les moins émetteurs de gaz à effet de serre (12,7gcO2/kWh sur l’ensemble du cycle de vie d’une éolienne). Les éoliennes remboursent l’énergie qui a été nécessaire à leur construction en moins de 12 mois. On peut donc dire que c’est une énergie verte.Ces éoliennes peuvent être démontées pour être recyclées, elles peuvent être recyclable à 90 %. On peut voir 3 grands inconvénients majeures des éoliennes, l’énergie éolienne peut être imprévisible. En effet, les vents sont difficiles à anticiper et il faut savoir que, si une éolienne a besoin d’un vent minimum pour démarrer, elle s’arrêtera de fonctionner en cas de vents supérieurs à 90 km/h. Cette énergie est bruyante, elle perturbe les riverains qui habitent à proximité du parc éolien, mais aussi les éoliennes envoient des ondes à infrasons ce qui perturbent le comportements de certains bovidés. Enfin, les pales d’éoliennes représentent un danger pour les oiseaux. Effectivement, Les oiseaux ne distinguent pas les pales d’éoliennes lorsqu’elles sont en rotation, et entrent en collision avec ces dernières.

Enjeux de l’énergie éolienne pour le futur

Dans les années à venir, l’énergie éolienne va avoir un rôle important dans les bilans énergétiques français et européens. Pour que l’énergie éolienne se développe encore plus, certains défis sont à relever, grâce à des innovations techniques. Tout d’abord, on cherche à faire chuter les coûts afin de rendre ce mode de production d’énergie plus compétitif. Ensuite, on cherche à innover afin de mieux gérer le fait que cette source d’énergie soit irrégulière. En effet, les variations de puissance du vent induisent des variations dans la production d’énergie ainsi que de potentiels arrêts s’il n’y a pas assez de vent ou s’il y en a trop. Au delà de 100 km/h, elle s’arrête pour se mettre en sécurité et ne pas être endommagée. Cette irrégularité est commune à de nombreuses sources d’énergie, comme le solaire. On a donc appris à gérer ce phénomène, mais des améliorations peuvent permettre d’envisager de meilleurs rendements. On pourrait inventer des éoliennes qui fondront dans le paysage, les rendre plus silencieux et sans pales grâce à un système de vibrations produites sous l’effet des tourbillons d’air.

L’énergie éolienne : alliée de la société et ennemie de la biodiversité !

BARTHÉLEMY Théo, BTSA GEMEAU 1

l’article détienne des informations très intéressantes sur l’éolienne, mais on constate des manquements au niveau de la forme comme l’absence d’un accroche, d’une chute et des références.

SOW Cheikhouna

Catégories
Consommer autrement

Surconsommation de fast food dans le monde : des effets néfastes sur la santé, l’économie et la planète.

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes dans le monde consomment ce que l’on appelle des fast food. La consommation de ceux-ci a augmenté de 2% de 2019 à 2020 et de 9.2% de 2015 à aujourd’hui. Ce qui représente une augmentation colossale au vu du nombre de personnes très élevé consommant des fast-foods. Tout ça a un impact sur la santé de la génération actuelle, sur l’environnement et sur l’économie.

Une santé qui se dégrade chez les consommateurs

Le Fast Food connaît un fort développement ces dernières années mais crée par la même occasion beaucoup de problèmes de santé dus à ce moyen d’alimentation. Il crée des problèmes de santé aussi bien à court terme qu’à long terme. A court terme cette nourriture peut avoir pour effets des lourdeurs d’esprit, léthargie et avidité et à long terme elle peut avoir pour effets l’obésité, hypertension artérielle, maladies cardiaques, diabète, dépression, troubles de la vésicule biliaire, cancers voire d’entraîner la maladie d’Alzheimer. Pour ce qui est des cancers, le risque y est vraiment élevé seulement si l’on en consomme régulièrement car notre alimentation devient trop riche en graisses et pauvres en éléments nutritionnels tels que les vitamines, les fibres…La maladie d’Alzheimer, selon des chercheurs de l’université Karolinska à Stockholm, serait favorisée par une alimentation trop grasse et riche en cholestérol. C’est aussi une nourriture qui est très calorique, ce qui va créer beaucoup de problèmes d’obésité. On peut rajouter à tout ces problèmes de santé le problème d’addiction car en effet, les fast-food ont un effet de “drogue dure” car quand on en mange, on a tout de suite envie d’en manger de nouveau.

Un environnement qui subit les conséquences de cette surconsommation

L’être humain rejette sur notre planète 1.3 milliard de tonnes de déchets durs  . Un chiffre qui est prévu à la hausse pour les années qui arrivent. Les fast-food contribuent énormément à cette augmentation, car les fast food produisent énormément de déchets qui sont pour la plupart non recyclables. Pour remédier à cela, des contrats sont signés afin que les grandes chaînes de restauration rapide trient leurs déchets. Par exemple, en 2016, un accord oblige les fast food signataires à mettre en place un dispositif de tri des déchets. 70% des restaurants devront en être équipés avant la fin de l’année 2019. Puis, le pourcentage devra grimper à 90% d’ici le 31 décembre 2020. Les fast food concernés sont Subway, Class’Croute , Exki, La Mie Caline, La Croissanterie, Paul, Jour Healthy Groupe,, Cojean ou encore Pomme de Pain. Il y a aussi MacDonald, qui lui, s’est fixé comme objectif d’offrir la possibilité de recycler les déchets à tous les clients dans 100 % des restaurants d’ici 2025 et aussi d’instaurer 100% de déchets biodégradables.

Un business juteux qui laisse transparaître quelque problème

Les fast Food sont le business le plus rentable dans la restauration avec un chiffre d’affaires de 54 milliard d’euro en 2018 contre 86 milliard pour la restauration globale, c’est à dire plus de la moitié. Mais certaines façons de gagner de l’argent sont contestées telles que la communication ou encore la vente d’eau. L’UFC que choisir a porté plainte contre l’enseigne McDonald’s pour “Pratique commerciales trompeuses” visant les enfants car une vidéo YouTube est sortie, conçue par de jeunes influenceurs qui a pour but de créer un faux restaurant McDonald’s chez eux. Cette vidéo pourrait paraître anodine, mais pour l’association des consommateurs, ce serait une publicité caché visant les plus jeunes avec comme argument principale« munis d’impeccables emballages estampillés McDo, ou déballent des colis “surprises” dont ils ne manquent pas, entre deux remerciements appuyés à leur généreux bienfaiteur, de détailler les jouets à retrouver dans les Happy Meal… avec rappel des dates de disponibilité ». Il y a aussi eu un autre scandale avec McDonald’s, car depuis peu, l’eau en bouteille a été remplacée par de l’eau filtrée pour des raisons écologiques. Le problème est que  selon les témoignages, dont celui d’un gérant de restaurant filmé en caméra cachée par France Info, l’Eau by McDo ne serait rien d’autre que de l’eau du robinet, «filtrée plus plus plus». Ce qui fait donc opposition à l’arrêté du 8 juin 1967 qui impose aux restaurateurs de fournir une carafe d’eau gratuitement avec le service d’un repas.

De Biasi Antoine

Maxime Ballay

Références

-L’UFC-Que choisir porte plainte contre McDonald’s pour des « pratiques commerciales trompeuses » visant les enfants. Disponible sur https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/10/13/l-ufc-que-choisir-porte-plainte-contre-mcdonald-s-pour-des-pratiques-commerciales-trompeuses-visant-les-enfants_6098153_4408996.html

-McDonald’s défend sa nouvelle offre d’eau du robinet filtrée… et payante. Disponible sur https://www.lefigaro.fr/societes/mcdonald-s-defend-sa-nouvelle-offre-d-eau-du-robinet-filtree-et-payante-20210927

-McDonald’s : Statistiques mondiales en temps réel. Disponible sur https://www.planetoscope.com/entreprises/mcdonald

-Why McDonald’s is Stepping Up On Packaging and Waste Reduction. Disponible sur https://www.worldwildlife.org/blogs/sustainability-works/posts/why-mcdonald-s-is-stepping-up-on-packaging-and-waste-reduction

-Les (mauvais) effets des fast-foods sur votre corps. Disponible sur https://www.lequipe.fr/Coaching/Bien-etre/Actualites/Les-mauvais-effets-des-fast-foods-sur-votre-corps/871217

-Une étude alerte sur les «apports nutritionnels dégradés» en restauration rapide. Disponible sur https://www.lefigaro.fr/societes/une-etude-alerte-sur-les-apports-nutritionnels-degrades-en-restauration-rapide-20210225

-Danger alimentaire Fast Food. Disponible sur https://www.dangersalimentaires.com/2010/12/fast-food/

-Les emballages de fast-food seraient toxiques. Disponible sur https://www.topsante.com/medecine/environnement-et-sante/perturbateur-endocrinien/les-emballages-de-fast-food-seraient-toxiques-615633

-Les Français de plus en plus accros au fast-food. Disponible sur https://www.capital.fr/conso/les-francais-de-plus-en-plus-accros-au-fast-food-1395225

-Les chaînes de fast food vont enfin trier leurs déchets. Disponible sur https://business.ladn.eu/experts-metiers/marketing-communication/communication/corporate/developpement-durable/fast-food-tri-dechets/#:~:text=L’accord%20oblige%20les%20fast,ici%20le%2031%20d%C3%A9cembre%202020

C’est un article très intéressant qui nous montre les coté négatif des fast Food. Je trouve cet article très bien détailler tout en étant concis et nous met en garde contre une tendance qui ne fait qu’évoluer. C’est un très bon travail. VANDENBUSSCHE Antoine

Cet article est très intéressant nous apprend prend des choses sur la fast-food. Nous pouvons voir l’investissement des fast-food pour s’instaurer dans le développement durable. On sent aussi que le sujet tient à cœur aux auteurs. FOURNIER Timothé

Article claire et intéressant. On peut y voir le côté néfaste des fastfood. Super article.

FAILLENET Camille

Article claire et complet sur le fast-food. Bonne information sur le côté néfaste.

Alain BOLORONUS

Article intéressant au niveau de la nuisance des Fast Foods. Les photos le rendent très attrayant.

Prune CHAVANNE