Les jeunes et le respect

 

En 2016, 2280 sapeurs-pompiers ont déclaré avoir été victime d’une agression physique lors d’une intervention, soit 17,6 % de plus que pour l’année 2015. Ces agressions en constante hausse sont la plupart du temps commises par des jeunes. Des jeunes de cités, souvent défavorisés. Ce manque de respect n’est pas que visible chez les sapeurs-pompiers : insultes envers les forces de l’ordre, discrimination dans les écoles, l’irrespect est présent partout, que ce soit à envers des biens ou envers des individus. Le non-respect est un phénomène social qui peut avoir de lourdes conséquences allant à l’encontre d’une société vivable.

La notion de “respect” est même devenu un phénomène de mode sur les réseaux sociaux : les jeunes parlent de : “mais où est passé le respect”, “le respect est mort” pour parler de faits irrespectueux. Nous assistons à la dégradation de ce terme qui était, il y a quelques décennies, une valeur ancrée dans l’esprit de nos aînés. Le respect est de plus en plus pris à la légère par les jeunes.

La jeunesse étant de moins en moins respectueuse, nous pouvons nous demander s’il est encore possible d’inculquer le respect aux jeunes Français au jour d’aujourd’hui.

 

D’où vient ce phénomène de non-respect ?

 

            La première cause de ce non-respect est l’éducation faite par les parents. Si les enfants reçoivent une mauvaise éducation de la part de leur parent dès leur plus jeune âge, ceux-ci ne sauront pas ce qu’est le respect et auront tendance à le négliger. C’est lors de la phase de socialisation primaire que l’enfant va inculquer un certain nombre de valeurs et de croyances qui influenceront ses choix pour le restant de sa vie.

“Ma sœur et moi, on se traite de tous les noms quand on n’est pas d’accord, j’ai même envie de la taper des fois. Mes parents n’approuvent pas ce comportement, mais bon, moi, j’ai toujours vu mes parents s’insulter”

Le comportement des parents devant leurs enfants est très important car l’enfant va prendre exemple et imiter ses parents. Si les parents adoptent un comportement exemplaire, l’enfant sera respectueux. Cependant, si les parents sont violents ou injurieux, l’enfant le sera aussi avec son entourage. L’enfant recopie les faits et gestes de ses parents : “Ma sœur et moi, on se traite de tous les noms quand on n’est pas d’accord, j’ai même envie de la taper des fois. Mes parents n’approuvent pas ce comportement, mais bon, moi, j’ai toujours vu mes parents s’insulter” nous raconte Lyes, dans NI PUTES NI SOUMISES.

La situation sociale est aussi importante dans l’éducation de l’enfant. Les milieux défavorisés entraînent indirectement une mauvaise intériorisation du respect chez l’enfant. Etant en manque d’argents, les parents n’ont pas les moyens d’acquérir un logement adéquat pour une bonne éducation. Les logements sont insalubres et dégradés, les parents sont donc, par sécurité et par commodité, obligés d’envoyer leurs enfants dehors. C’est dans ces conditions que le jeune traîne dehors, en bande.

Dans les cités les jeunes sont soumis à la pression exercée par leur “bande”, autrement-dit leur groupe social. Ce phénomène d’influence est aussi appelé processus de conformité. La conformité a lieu lorsqu’un individu modifie son comportement ou son attitude afin que ceux-ci correspondent aux attentes du groupe et que celui-ci y soit accepté. Souvent, dans les quartiers, les normes de groupe sont d’aller à l’encontre des lois, à l’encontre du respect. Parfois, l’autorité du groupe exercée sur un jeune peut l’amener à faire des actions qu’il n’aurait jamais faites de par sa propre volonté. On parle d’obéissance. D’après l’expérience de Milgram, un individu peut être amené à faire n’importe quoi si celui-ci est soumis à une autorité.

Le manque d’éducation et l’influence sociale sont les des principales causes de cet irrespect. Les conséquences de ces actes peuvent être dramatiques.

 

Quelles en sont les conséquences ?

         

Les conséquences de ce manque d’éducation des enfants et de cette influence est le manque total de respect des jeunes envers autrui et les biens.

Le premier manque de respect est la discrimination. C’est-à-dire le fait qu’un individu soit mis à l’écart du groupe, ou même rejeté du groupe, à cause de sa différence, qu’elle soit ethnique, d’origine social ou autre. On le voit particulièrement dans les écoles où des élèves se moquent d’autres personnes pour différentes raisons (physique, origines, cultures). Par exemple, les filles peuvent être insultées quand elles portent des robes/jupes, comme le dit STÉPHANIE, “Sans cesse j’entends des insultes de la part des mecs parce que, pour eux, être habillée en jupe est synonyme de “pute””. Mais cette discrimination se voit aussi dans les lieux publics, où des insultes du genre peuvent être observées.

De plus, les jeunes ne respectent pas les biens d’autrui ou même les biens publics. Nous assistons souvent à des cas d’incendies volontaires, comme ce fut le cas, par exemple, dans la ville de Pont-De-Vaux en décembre dernier: “Cet incendie avait été provoqué par un groupe de jeunes qui squattait ladite caravane”. Et il ne s’agit pas là d’un cas isolé.

Fédération Autonome SPP-PATS, Policiers-pompiers-les mêmes maux: Solidarité, le 21/09/2016

« Ils sont donc obligés de faire appel aux forces de l’ordre pour pouvoir opérer en toute sécurité »

Les sapeurs-pompiers sont de plus en plus confrontés à des cas de feu de poubelle. Qui sont un moyen amusant, pour certains groupes de jeunes, de passer le temps, mais qui sont aussi un moyen d’attirer les hommes en uniforme vers des guet-apens tendus par ces bandes de jeunes. Lorsque les pompiers interviennent, ils se font insulter, caillasser, agresser ; comme le témoigne Romain Pudal dans “Les pompiers entre dévouement et amertume”. Ils sont donc obligés de faire appel aux forces de l’ordre pour pouvoir opérer en toute sécurité. Les forces de l’ordre ainsi que les militaires sont aussi victimes de ces agressions et de ces insultes.

Le graphique ci-dessus nous prouve la nette augmentation des agressions envers les sapeurs-pompiers au cours de ces dernières années.

Y a-t-il des solutions envisageables pour faire face à ce manque de respect ?

 

Ce manque de respect, qui est maintenant inévitable, peut quand même être résolus par différents moyens.

Face à la discrimination, plusieurs choses sont mis en place par le Ministère de l’éducation. Chaque année, une semaine d’éducation contre le racisme et contre l’antisémitisme est mise en place. Plusieurs activités sont installées pour faire comprendre aux enfants ce qu’endurent les victimes de ces discriminations. Cela permet d’apprendre aux élèves ainsi qu’au personnel, comment lutter contre le racisme. Lors de cette semaine contre le racisme, on participe à des débats, ou à des rencontres sportives qui privilégient la cohésion.

Le respect s’apprend aussi en pratiquant un art martial. Il existe aussi des organismes comme L’UNESCO qui créés de la documentation qui permet aux parents et aux enseignants d’inculquer plus aisément le respect aux enfants. Les arts martiaux sont basés sur ce que l’on appelle un “Code Moral”. Les principes des arts martiaux et des sports de combats sont le respect, la solidarité, la discipline et la sécurité. Les sports de combats permettent de faire découvrir et d’apprendre la maîtrise de soi, de son corps, mais aussi le respect de ses adversaires. Les sports de combats permettent aussi de drainer la violence, de faire obstacle à un comportement impulsif.

« Militariser un jeune, c’est surtout l’éduquer »

Enfin, le respect peut être inculquer grâce à l’armée, aux jeunes sapeurs-pompiers et aux pompiers. Lors de ses formations, l’élève doit apprendre le dépassement de soi, mais aussi la cohésion de groupe, pour réussir au mieux les épreuves auxquelles il est confronté. Pendant sa phase de formation, il devra donc respecter ses coéquipiers, ses partenaires, mais aussi ses responsables. D’après le Capitaine PARIS Pascal, militariser un jeune, c’est surtout l’éduquer. Beaucoup font preuve d’individualisme en arrivant à l’armée. L’apprentissage des règles collectives et de partage sont parfois des nouveautés pour certains d’entre eux. Dans le contexte de l’armée et des pompiers, il y a un cadre hiérarchique à respecter. L’élève, qui est vraiment au plus bas de l’échelle, doit apprendre à respecter et à obéir aux ordres de ses supérieurs.

 

L’éducation du respect est très importante dès le début de l’enfance. Si cette éducation n’est pas faite, à cause des parents ou suite à l’influence de groupe, les jeunes ne respectent rien. Des personnes se font agresser physiquement et verbalement pour des raisons non-valables. Des personnes sont aussi victimes de discrimination (racisme, insultes, moqueries) alors qu’elles sont justes différentes des autres. Les biens et l’environnement ne sont pas non plus respectés. Néanmoins il y a des solutions pour limiter ce manque de respect. L’armée ou encore la pratique d’un sport de combat, permet d’acquérir certaines valeurs, dont le respect. Il existe aussi des organismes qui créés des conférences qui ont pour but de lutter contre la discrimination. Tout le monde doit respecter tout le monde, et tout le monde doit respecter les biens et le matériel de chacun.

Bien sûr qu’il existe des solutions pour inculquer le respect, mais est-ce que ce ne sont pas les jeunes qui ne sont pas prêts à le recevoir ? N’est-il pas déjà trop tard ?

 

Bibliographie

  • CARLE Jean-Claude et SHOSTECK Jean-Pierre. Délinquance des mineurs : la République en quête de respect. Sénat. Publié le 27 juin 2002. [Consulté le 10/01/2018] 232 pages.
    • URL : https://www.senat.fr/rap/r01-340-1/r01-340-119.html
      • Idée principale: Rapport sur l’augmentation de la délinquance. Public concerné. Le rôle de la famille, l’école, la ville, le département face à ce phénomène. Les mineurs et la justice : sanction/éducation ?
  • PUDAL Romain. Les pompiers entre dévouement et amertume. Le Monde. Publié en 2016 [Consulté le 10/01/2018]. 6 pages.
    • Idée principale: Un sapeur-pompier sociologue nous montre le quotidien des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui sont constamment confrontés à des agressions.

 

MULLER Etienne et BABEL Lucien, étudiants en première année de BTS GEMEAU à l’ENIL de Mamirolle (25).

Ce contenu a été publié dans La jeunesse, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Les jeunes et le respect

  1. Faucompré dit :

    L’article est intéressant, la question du respect des jeunes se pose de plus en plus et est au sujet de l’actualité. L’article est bien construit, clair, et on voit qu’il y a eu des recherches de faites.

  2. Dubourg dit :

    Le sujet est intéressant, car le respect des jeunes est de moins en moins présents dans le monde d’aujourd’hui. L’article est bien structuré et les recherches sont claires.

  3. FORNES Blandine dit :

    Article très intéressant et complet, j’ai pu faire très largement le lien avec notre sujet : l’héritage familiale. Nous avons pu faire le même constat : l’éducation familiale joue réellement un rôle sur le devenir des jeunes. Je vous invite à lire le nôtre qui traite également de la déviance et la délinquance. Cependant il aurait peut être été intéressant de préciser ce qu’est une « mauvaise éducation ». Je vous invite à lire également l’article d’ Anne Tursz publié dans le journal Le Monde intitulé « Prévenir les « déviances » chez les jeunes dès leur petite enfance ». Pour en savoir plus sur les différents styles éducatifs je te propose aussi de lire l’article d’Annie Feyfant intitulé « Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire ».
    Félicitation pour vôtre travail !

    Blandine FORNES

  4. Théo PAPONNET dit :

    Article très intéressant avec une très bonne mise en page. cela m’as appris de nombreuse choses mais m’as aussi permis de me remettre en question sur mon comportement avec certains

  5. Julliand marin dit :

    Ce blogue sur la notion de respect est bien construit et penser. je trouve que cette démarche est osé car c’est un sujet qui est important dans notre société actuel.

  6. DHUITTE Jean-Charles dit :

    Article intéressant est bien traiter dans l’ensemble, qui englobe toute les différentes facettes du « respect » dans notre société actuel.

  7. Fournier Arthur dit :

    Sujet très intéressant directement en liens avec le miens, je suis donc satisfait de cette article complétant directement celui touchant à la délinquance juvénile.
    Excellent travail et belle présentation.

  8. POLYDAMAS Loris dit :

    Félicitation pour se travail remarquable sur la jeunesse et le manque de respect. J’ai particulièrement aimé cette article car il est un sujet très peu abordé par les médias malgré la présence de tels actes. Et je pense que ce sujet vous tiens personnellement à cœur vu votre sélection d’exemples.

    Bonne continuation pour la suite de vos études.