Les jeunes face aux nouvelles technologie

Dans la société actuelle, tout enfant qui naît se retrouve lié aux nouvelles technologies. Mais que sont-elles ? Elle désigne, dans son terme général, toute évolution d’un produit dans le domaine virtuel, c’est-à-dire toute nouvelle chose qui sans être réelle a les qualités d’une chose réelle. Elles définissent donc toute la « haute technologie » et se retrouvent liées aux techniques de communication (Internet, Smartphone, réalité virtuelle…). Les jeunes entre 12 et 24 ans sont les principales victimes des symptômes d’addiction.

Nous pouvons alors nous demander en quoi les jeunes Français sont particulièrement vulnérables face aux nouvelles technologies ?

Les jeunes face à la nouvelle technologie.

Les Smartphones.

En 2010, 84 % des 12-17 ans auraient leur propre smartphone (et 94 % des                  18-24 ans). Et ce chiffre allarmant ne fait que croître. Pourquoi est-ce un chiffre allarmant ? La quasi-totalité de ces jeunes possesseurs de mobile l’utilise pour envoyer des SMS. En 2012 Le Figaro rédige un article qui révèle qu’un adolescent envoie en moyenne 83 textos par jour. Ayant grandi dans cet environnement, cette génération C, pour «connectée», grandit en même temps que les nouvelles technologies. Aujourd’hui la jeunesse est condamnée à la virtualisation de ses biens, sa monnaie, sa vie privée,…

Les innovations technologiques.

Un autre concept qui se développe et attire l’attention des jeunes est la «réalité virtuelle» (VR), ce bijou technologique permet de plonger tout individu dans une dimension fantastique, fictive, irréaliste, à l’aide d’un casque. Le résultat en est à couper le souffle. Ce qui plonge une grande partie d’entre eux dans une forme de dépendance semblable à l’addiction comportementale.


Jeune fille avec un casque de réalité virtuelle. photo PIXABAY/Pexels


Une jeunesse surconnectée

Les réseaux sociaux

Grâce à Internet, les jeunes s’expriment, diffusent des contenus, créent des blogs. Si bien qu’en 2009 plus de la moitié des 12-17 ans a déjà créé un blog. En 2010, 77 % d’entre eux et des 18-24 ans participent à des réseaux sociaux (type Facebook, Myspace).  Mais à cause d’Internet, les jeunes perdent la notion d’échange relationnel vrai et convertissent leur vie sociale à passer du temps sur ces réseaux sociaux.

Les jeux Vidéos 

Qu’ils soient sur console ou mobile, hors ligne ou en ligne, les jeux vidéo envahissent notre environement. Souvent perçus comme un passe-temps pour les jeunes et comme des «débilités» pour les plus anciens, les jeux vidéos sont un hobby favori pour 90 % des adolescents qui passent plus de deux heures par jour sur leurs écrans (console, smartphone, tablette, ordinateur), autant de supports à leur disposition pour surfer sur Internet, se faire des amis virtuels sur les réseaux sociaux, jouer. Cette habitude quotidienne peut devenir une vraie dépendance si le sujet n’est pas capable de s’arrêter de lui-même.


Gamer. photo PIXABAY/Pexels


Les dangers pour les jeunes

Leur vie sociale

Les médecins estiment qu’il y a addiction à partir du moment où une personne voulant réduire sa consommation n’y parvient pas.

Les jeunes sont beaucoup plus enclins à subir la dépendance des nouvelles technologies, ce qui peut avoir de lourdes répercussions sur leur niveau de sociabilité. Ils se terrent chez eux et finnissent par perdre tout contact humain. Cette dépendance a des répercussions sur leur santé et sur l’estime d’eux-mêmes. D’après un article de Planète Santé de Laetitia Grimaldi, il est signifié que deux heures de télévision par jour augmentent d’environ 20 % le risque de diabète et d’obésité, de 15 % celui de développer une maladie cardio-vasculaire et de 13 % de mourir prématurément.      Ces risques ont donc un impact direct sur le niveau de vie des dépendants aux nouvelles technologies. Mais jusqu’où cela peut-il aller ?

L’échec scolaire

Au lieu d’étudier, les jeunes peuvent très bien passer du temps à regarder la télévision, communiquer via leur smartphone, jouer à leur console ou ordinateur. Ce qui pourrait entraîner leur échec scolaire, mais aussi nuire à leur avenir. En effet, s’ils n’y trouvent aucun intérêt à étudier, à consacrer leur temps libre à améliorer leurs connaissances, les loisirs des nouvelles technologies pourraient être, dans le pire des cas, source de déficience intellectuelle.


Fille désespérée. photo PIXABAY/Counselling


Pour conclure…

Les jeunes de la génération C (ou génération Z) se retrouvent hyperconnectés dès leur plus jeune âge quand ils ignorent tout de la société qui les entoure. Ils se retrouvent alors endoctrinés dans un cercle vicieux qui ne laisse que deux choix : avoir un smartphone, un ordinateur personnel, un téléviseur, facebook, twitter, et être intégrés par les autres ou bien refuser tout appareil virtuel, mais refuser par la même occasion de s’intégrer à leur classe sociale.

Si les jeunes sont les plus menacés par les addcitions virtuelles, c’est avant tout par manque d’information de leur éducation sur le sujet des nouvelles technologie. Leur entourage est aussi la cause de leur dépendance.

C’est pourquoi l’IFAC à mis au point un guide qui informe et prévient les parents, proches, d’éventuels signes d’addiction sur l’usage des jeux vidéo à la maison. Les symptômes sont tout bonnement les mêmes que pour tous les autres types d’addiction similaire.


Bibliographie 

Quentin Blanc, Le FigaroLes ados envoient 2500 SMS par mois, [le 05/10/2012], mis à jour le 15/10/2012

Idée principale : Informe la population sur l’utilisation moyenne du cellulaire par les Français.


Anne Petiau, Vie Sociale, Les usages d’Internet par les jeunes : relations aux pairs et communautés en ligne, 2011

Idée principale : Explique en deux partie l’étude qui à été faites sur des enfants venue d’Indonézie et de France, et quels en sont les résultats


Laurène Graziani, Journal du droit des jeunesLes enfants et internet. La participation des jeunes à travers les réseaux sociaux, 2012

Idée principale : Donne beaucoup de chiffres intéressants sur l’utilisation, par les jeunes, des réseaux sociaux, Internet,… etc.


Laetitia Grimaldi, Planète SantéL’abus d’écran a de multiples effets néfastes sur la santé, [en ligne], mis à jour 11/07/17

Idée principale : Cet article montre la gravité de l’utilisation de toutes les tranches d’âge et donc y compris celle des jeunes de 12-24 ans


 Loris POLYDAMAS,  étudiant en première année de BTSA Gestion Et Maîtrise de l’Eau (GEMEAU) à l’ENIL de Mamirolle.
Publié dans La jeunesse | 7 commentaires

Les nouvelles technologies sont un problème pour les jeunes

Dans un premier temps nous allons définir ce qu’est une nouvelle technologie puis nous allons expliquer quel groupe d’individu appartient a la catégorie des jeunes. Une nouvelle technologie désigne des domaines très évolutifs et des techniques diverses, pouvant tout aussi bien recouvrir : au sens large, toute la « haute technologie » ; au sens étroit, les nouvelles techniques de l’information et de la communication (NTIC) (Internet, Smartphone, protocole Bluetooth…). Les jeunes sont ceux qui ont entre 12 et 26 ans environ.

1.   Risques sur la santé

Les risques pour la santé sont multiples et ne sont pas présentent seulement pour les jeunes. Ils peuvent être physique ou psychique selons l’utilisation ainsi que les autres.

Les symptômes physiques sont le plus fréquemment : une sécheresse oculaire ; des migraines ; des maux de dos ; des douleurs au poignet ; une mauvaise hygiène de vie avec des repas irréguliers, des insomnies, un décalage des cycles de sommeil.

Mais n’oublions pas que les nouvelles technologies produisent des ondes qui sont inodores, incolores et surtout d’après certains spécialistes dangereux pour le corp humain. En effet si les spécialistes ne sont pas tous en accord avec cela, des tests le prouves. Plusieurs études ont montré que l’utilisation excessive (plus d’une heure par jour pendant cinq ans) du téléphone portable sans oreillette peut augmenter les risques de tumeur au cerveau et avoir des effets négatifs sur la fertilité masculine. Alim-Louis Benabid. Le neurochirurgien et biophysicien de Grenoble a inventé une méthode très particulière pour soigner les malades atteints de Parkinson. Elle consiste à implanter des électrodes dans la boîte crânienne permettant d’induire un courant électrique à haute fréquence (100 à 200 hertz). Une opération délicate et risquée. A ce niveau de fréquence, la stimulation a l’effet d’une lésion… ce qui supprime l’effet Parkinson. « C’est bien la preuve que les fréquences ont un effet sur le corps humain », souligne Pierre Encrenaz. Donc même si les nouvelles technologies produisent pas forcement des ondes aussi puissantes en fréquences, elle suffise a atteindre le cerveau et a le stimuler ainsi que d’avoir des effets néfastes mais si l’on est pas électro-hypersensible c’est-à-dire que l’on ressent plus que les autres les effets des ondes.

Les principaux symptômes psychiques sont les suivants : le sentiment de bien-être et d’euphorie lors de l’utilisation d’Internet ; l’incapacité de s’arrêter, de gérer son temps ; le besoin de se connecter de plus en plus souvent, au point parfois de se lever la nuit pour surfer ; l’isolement, l’intéressé se coupe de sa famille et de ses amis ; l’apparition de problèmes d’assiduité à l’école ;  des mensonges concernant son temps de connexion ; le sentiment de culpabilité ; l’irritabilité voire la dépression lorsque la personne est privée de connexion internet ;et le suicide lorsqu’un harcèlement a l’école continue sur internet. Mais certain sont autant des risques pour la santé que pour la sociabilisation

 

2.   Risques sur la sociabilisation

Il est indéniable qu’aujourd’hui les jeunes sont de plus en plus et de plus en plus jeunes sur un écran d’ordinateur ou d’un portable. Certains s’en servent pour jouer à des jeux vidéo, ce qui ne facilite pas, bien au contraire la sociabilisation car les jeux vidéo sont addictif, ils vont donc faire la priorité aux jeux vidéo au lieu de communiquer avec sa famille ou encore ses amis. Mais cela n’est pas le seul souci de la société.

En effet, il n’y a pas que les jeux vidéo qui sont addictifs mais aussi les réseaux sociaux ou encore la nouvelle technologie en elle-même.

Premièrement, dans un plan large, les nouvelles technologies nous rendent addictifs à ces dernières car on est presque obligé de regarder l’écran pour voir l’heure ou encore envoyer des SMS. On utilise même les portables dans la voiture (ce qui est interdit), dans les toilette au travail, en cours. Mais le problème et que sur ces appareils il y a une aide à la consommation à cause des publicités ainsi que des problèmes d’orthographe à cause du correcteur automatique et du langage raccourci et simplifié.

Deuxièmement, les réseaux sociaux sont dangereux du moment que l’on est acteur, c’est-à-dire que l’on poste des photos, du texte ou encore une vidéo. Cela peut nuire pour différentes raisons :

Troisièmement, les réseaux sociaux ainsi que les actualités sur une nouvelles technologies font concurrence à la famille et à l’étude. Internet est pour certains plus fiable que la famille et les études

Quatrièmement, les jeunes profitent des nouvelles technologies pour créer des groupes sociales celons la marque qu’ils utilise, la musique qu’ils écoutent et autre

 

3.   Solutions aux problèmes

Heureusement, face à tous ces risques, plusieurs solutions sont mises à notre disposition :

  • Pour les prédateurs sexuels, il suffit, sur les types de réseaux comme Facebook de préciser les règles de confidentialité de son profil. On peut alors interdire à une personne ne faisant pas partit de son réseau d ami de nous envoyer un message

  • Pour les harcèlements, il faut dire à l’interlocuteur qu’il a dépassé les limites et si ce dernier ne coopère pas, l’enlever de sa liste d’ami

  • Pour le vol d’identité, on peut vérifier les informations qui circulent sur nous en tapant notre nom et prénom sur un moteur de recherche

  • Pour le temps que l’on passe devant un écran, les parents doivent nous informer que l’on utilise trop l’objet et les risques que sa peut induire

  • Pour les risques sur la santé, qu’elle soit physique ou psychique, l’utilisation moindre de ces nouvelles technologies est nécessaire

Si cela ne suffit pas ou si la personne a peur des répercussions si elle dénonce alors elle peut toujours se diriger vers des organisations d’aide à la personne pouvant les aider à retrouver une vie paisible.

N’oublions pas que la majorité des problèmes vient des autres donc la famille et les amis peuvent eux aussi aider la personne ayant un des problèmes vus précédemment mais aussi pour toutes les personnes, ne pas faire quelque chose qui pourrais lui nuire car la personne peut mal réagir et aller jusqu’au suicide

 

Pour conclure, il y a de nombreux dangers provenant des nouvelles technologies mais il ne faut pas oublier que de nombreuses solution existent pour y remédier avant quelles arrives

 

Bibliographie :

BELOUZE, le 28/03/2014, L’impact des nouvelles technologies sur les jeunes [en ligne] disponible sur http://www.labo-g4.fr/v1/node/245

 

BENYAHIA-KOUIDER, le 23/01/2014, Portable, Wi-Fi, tablette : les vrai dangers des ondes [en ligne] disponible sur https://www.sciencesetavenir.fr/sante/portables-wi-fi-tablettes-les-vrais-dangers-des-ondes_18985

 

COLLARD, le 01/06/2012, Facebook isole t-il ou socialise t-il ? [en ligne] disponible sur https://media-animation.be/Facebook-isole-t-il-ou-socialise-t.html

 

DEKEISTER, aucune date, Le comportement des jeunes face aux technologies de l’information et de la communication [en ligne] disponible sur https://www.euroguidance-france.org/wp-content/uploads/2014/07/Le-comportement-des-jeunes-face-aux-TICE.pdf

 

DUMONS, le 10/02/2009, Réseaux sociaux : Nouveaux dangers pour nos enfants ?  [en ligne] disponible sur http://www.lemonde.fr/technologies/chat/2009/02/09/reseaux-sociaux-de-nouveaux-dangers-pour-nos-enfants_1151995_651865.html

 

HELOISE ET MANON ET EDWARD, le 15/12/2012, Impact d’internet sur la socialisation primaire  [en ligne] disponible sur https://criseetprogres.wordpress.com/2012/12/15/internet-nouvel-agent-socialisateur/

 

LMPC2, le 23/06/2017, Les dangers d’internet chez les jeunes [en ligne] disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=2b54gMTgnaE

 

NOEMIE ET JULIETTE ET EMMA, aucune date, La socialisation par les réseaux sociaux : Un danger potentiel pour les individus [en ligne] disponible sur https://tpelesreseauxsociauxlec.wordpress.com/les-reseaux-sociaux/iii-cette-socialisation-un-danger-potentiel-pour-les-utilisateurs/

 

SOPRANO, le 01/09/2017, Mon precieux [en ligne] disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=OVmfGb8XKSg

STROMAE, le 01/04/2015, Carmen [en ligne] disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=UKftOH54iNU

 Théo PAPONNET  étudiant en première année de BTS GEMEAU à l’ENIL de Mamirolle (25).

Publié dans La jeunesse | Marqué avec , , , , , , , | 5 commentaires

Les jeunes et le respect

 

En 2016, 2280 sapeurs-pompiers ont déclaré avoir été victime d’une agression physique lors d’une intervention, soit 17,6 % de plus que pour l’année 2015. Ces agressions en constante hausse sont la plupart du temps commises par des jeunes. Des jeunes de cités, souvent défavorisés. Ce manque de respect n’est pas que visible chez les sapeurs-pompiers : insultes envers les forces de l’ordre, discrimination dans les écoles, l’irrespect est présent partout, que ce soit à envers des biens ou envers des individus. Le non-respect est un phénomène social qui peut avoir de lourdes conséquences allant à l’encontre d’une société vivable.

La notion de “respect” est même devenu un phénomène de mode sur les réseaux sociaux : les jeunes parlent de : “mais où est passé le respect”, “le respect est mort” pour parler de faits irrespectueux. Nous assistons à la dégradation de ce terme qui était, il y a quelques décennies, une valeur ancrée dans l’esprit de nos aînés. Le respect est de plus en plus pris à la légère par les jeunes.

La jeunesse étant de moins en moins respectueuse, nous pouvons nous demander s’il est encore possible d’inculquer le respect aux jeunes Français au jour d’aujourd’hui.

 

D’où vient ce phénomène de non-respect ?

 

            La première cause de ce non-respect est l’éducation faite par les parents. Si les enfants reçoivent une mauvaise éducation de la part de leur parent dès leur plus jeune âge, ceux-ci ne sauront pas ce qu’est le respect et auront tendance à le négliger. C’est lors de la phase de socialisation primaire que l’enfant va inculquer un certain nombre de valeurs et de croyances qui influenceront ses choix pour le restant de sa vie.

“Ma sœur et moi, on se traite de tous les noms quand on n’est pas d’accord, j’ai même envie de la taper des fois. Mes parents n’approuvent pas ce comportement, mais bon, moi, j’ai toujours vu mes parents s’insulter”

Le comportement des parents devant leurs enfants est très important car l’enfant va prendre exemple et imiter ses parents. Si les parents adoptent un comportement exemplaire, l’enfant sera respectueux. Cependant, si les parents sont violents ou injurieux, l’enfant le sera aussi avec son entourage. L’enfant recopie les faits et gestes de ses parents : “Ma sœur et moi, on se traite de tous les noms quand on n’est pas d’accord, j’ai même envie de la taper des fois. Mes parents n’approuvent pas ce comportement, mais bon, moi, j’ai toujours vu mes parents s’insulter” nous raconte Lyes, dans NI PUTES NI SOUMISES.

La situation sociale est aussi importante dans l’éducation de l’enfant. Les milieux défavorisés entraînent indirectement une mauvaise intériorisation du respect chez l’enfant. Etant en manque d’argents, les parents n’ont pas les moyens d’acquérir un logement adéquat pour une bonne éducation. Les logements sont insalubres et dégradés, les parents sont donc, par sécurité et par commodité, obligés d’envoyer leurs enfants dehors. C’est dans ces conditions que le jeune traîne dehors, en bande.

Dans les cités les jeunes sont soumis à la pression exercée par leur “bande”, autrement-dit leur groupe social. Ce phénomène d’influence est aussi appelé processus de conformité. La conformité a lieu lorsqu’un individu modifie son comportement ou son attitude afin que ceux-ci correspondent aux attentes du groupe et que celui-ci y soit accepté. Souvent, dans les quartiers, les normes de groupe sont d’aller à l’encontre des lois, à l’encontre du respect. Parfois, l’autorité du groupe exercée sur un jeune peut l’amener à faire des actions qu’il n’aurait jamais faites de par sa propre volonté. On parle d’obéissance. D’après l’expérience de Milgram, un individu peut être amené à faire n’importe quoi si celui-ci est soumis à une autorité.

Le manque d’éducation et l’influence sociale sont les des principales causes de cet irrespect. Les conséquences de ces actes peuvent être dramatiques.

 

Quelles en sont les conséquences ?

         

Les conséquences de ce manque d’éducation des enfants et de cette influence est le manque total de respect des jeunes envers autrui et les biens.

Le premier manque de respect est la discrimination. C’est-à-dire le fait qu’un individu soit mis à l’écart du groupe, ou même rejeté du groupe, à cause de sa différence, qu’elle soit ethnique, d’origine social ou autre. On le voit particulièrement dans les écoles où des élèves se moquent d’autres personnes pour différentes raisons (physique, origines, cultures). Par exemple, les filles peuvent être insultées quand elles portent des robes/jupes, comme le dit STÉPHANIE, “Sans cesse j’entends des insultes de la part des mecs parce que, pour eux, être habillée en jupe est synonyme de “pute””. Mais cette discrimination se voit aussi dans les lieux publics, où des insultes du genre peuvent être observées.

De plus, les jeunes ne respectent pas les biens d’autrui ou même les biens publics. Nous assistons souvent à des cas d’incendies volontaires, comme ce fut le cas, par exemple, dans la ville de Pont-De-Vaux en décembre dernier: “Cet incendie avait été provoqué par un groupe de jeunes qui squattait ladite caravane”. Et il ne s’agit pas là d’un cas isolé.

Fédération Autonome SPP-PATS, Policiers-pompiers-les mêmes maux: Solidarité, le 21/09/2016

« Ils sont donc obligés de faire appel aux forces de l’ordre pour pouvoir opérer en toute sécurité »

Les sapeurs-pompiers sont de plus en plus confrontés à des cas de feu de poubelle. Qui sont un moyen amusant, pour certains groupes de jeunes, de passer le temps, mais qui sont aussi un moyen d’attirer les hommes en uniforme vers des guet-apens tendus par ces bandes de jeunes. Lorsque les pompiers interviennent, ils se font insulter, caillasser, agresser ; comme le témoigne Romain Pudal dans “Les pompiers entre dévouement et amertume”. Ils sont donc obligés de faire appel aux forces de l’ordre pour pouvoir opérer en toute sécurité. Les forces de l’ordre ainsi que les militaires sont aussi victimes de ces agressions et de ces insultes.

Le graphique ci-dessus nous prouve la nette augmentation des agressions envers les sapeurs-pompiers au cours de ces dernières années.

Y a-t-il des solutions envisageables pour faire face à ce manque de respect ?

 

Ce manque de respect, qui est maintenant inévitable, peut quand même être résolus par différents moyens.

Face à la discrimination, plusieurs choses sont mis en place par le Ministère de l’éducation. Chaque année, une semaine d’éducation contre le racisme et contre l’antisémitisme est mise en place. Plusieurs activités sont installées pour faire comprendre aux enfants ce qu’endurent les victimes de ces discriminations. Cela permet d’apprendre aux élèves ainsi qu’au personnel, comment lutter contre le racisme. Lors de cette semaine contre le racisme, on participe à des débats, ou à des rencontres sportives qui privilégient la cohésion.

Le respect s’apprend aussi en pratiquant un art martial. Il existe aussi des organismes comme L’UNESCO qui créés de la documentation qui permet aux parents et aux enseignants d’inculquer plus aisément le respect aux enfants. Les arts martiaux sont basés sur ce que l’on appelle un “Code Moral”. Les principes des arts martiaux et des sports de combats sont le respect, la solidarité, la discipline et la sécurité. Les sports de combats permettent de faire découvrir et d’apprendre la maîtrise de soi, de son corps, mais aussi le respect de ses adversaires. Les sports de combats permettent aussi de drainer la violence, de faire obstacle à un comportement impulsif.

« Militariser un jeune, c’est surtout l’éduquer »

Enfin, le respect peut être inculquer grâce à l’armée, aux jeunes sapeurs-pompiers et aux pompiers. Lors de ses formations, l’élève doit apprendre le dépassement de soi, mais aussi la cohésion de groupe, pour réussir au mieux les épreuves auxquelles il est confronté. Pendant sa phase de formation, il devra donc respecter ses coéquipiers, ses partenaires, mais aussi ses responsables. D’après le Capitaine PARIS Pascal, militariser un jeune, c’est surtout l’éduquer. Beaucoup font preuve d’individualisme en arrivant à l’armée. L’apprentissage des règles collectives et de partage sont parfois des nouveautés pour certains d’entre eux. Dans le contexte de l’armée et des pompiers, il y a un cadre hiérarchique à respecter. L’élève, qui est vraiment au plus bas de l’échelle, doit apprendre à respecter et à obéir aux ordres de ses supérieurs.

 

L’éducation du respect est très importante dès le début de l’enfance. Si cette éducation n’est pas faite, à cause des parents ou suite à l’influence de groupe, les jeunes ne respectent rien. Des personnes se font agresser physiquement et verbalement pour des raisons non-valables. Des personnes sont aussi victimes de discrimination (racisme, insultes, moqueries) alors qu’elles sont justes différentes des autres. Les biens et l’environnement ne sont pas non plus respectés. Néanmoins il y a des solutions pour limiter ce manque de respect. L’armée ou encore la pratique d’un sport de combat, permet d’acquérir certaines valeurs, dont le respect. Il existe aussi des organismes qui créés des conférences qui ont pour but de lutter contre la discrimination. Tout le monde doit respecter tout le monde, et tout le monde doit respecter les biens et le matériel de chacun.

Bien sûr qu’il existe des solutions pour inculquer le respect, mais est-ce que ce ne sont pas les jeunes qui ne sont pas prêts à le recevoir ? N’est-il pas déjà trop tard ?

 

Bibliographie

  • CARLE Jean-Claude et SHOSTECK Jean-Pierre. Délinquance des mineurs : la République en quête de respect. Sénat. Publié le 27 juin 2002. [Consulté le 10/01/2018] 232 pages.
    • URL : https://www.senat.fr/rap/r01-340-1/r01-340-119.html
      • Idée principale: Rapport sur l’augmentation de la délinquance. Public concerné. Le rôle de la famille, l’école, la ville, le département face à ce phénomène. Les mineurs et la justice : sanction/éducation ?
  • PUDAL Romain. Les pompiers entre dévouement et amertume. Le Monde. Publié en 2016 [Consulté le 10/01/2018]. 6 pages.
    • Idée principale: Un sapeur-pompier sociologue nous montre le quotidien des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui sont constamment confrontés à des agressions.

 

MULLER Etienne et BABEL Lucien, étudiants en première année de BTS GEMEAU à l’ENIL de Mamirolle (25).

Publié dans La jeunesse | Marqué avec , , , , , , , | 8 commentaires