L’argent fait-il le bonheur ?

“L’argent ne fait pas le bonheur” qui n’a jamais entendu cette célèbre maxime ? De nombreux économistes et psychologues se sont depuis lors intéressés à cette question, somme toute fondamentale dans les sociétés capitalistes où l’argent tient une place centrale. Dans cet article, nous nous proposons d’éclairer le sujet et d’apporter une conclusion synthétique en l’état actuelle des connaissances.

 

L’argent contribue au bonheur 

 

https://pixabay.com/fr /euro-pi%C3%A8ces-de-monnaie-l-homme-317928/

 

De nombreuses études tendent à démontrer que, à l’échelle mondiale, l’argent contribue au bonheur, comme l’illustre par exemple ce graphique de la relation entre le bonheur moyen et le PNB par habitant pour plusieurs pays (Cf p11 du cours de Simon Porcher http://www.chaire-eppp.org/files_chaire/le_bonheur_une_notion_economique_0.pdf).

On y observe une relation semblant linéaire entre le bonheur moyen et le PNB par habitants. Des études montrent également que les différences de revenus au sein de pays moins riche augmentent plus le bonheur que des différences de revenus dans des pays plus riches. Ce graphique (http://www.captaineconomics.fr/images/income-happiness-framework.png ) de Thomas Renault, nous illustre ce fait, avec Country t0 le pays le moins riche et Country t2 le pays le plus riche.

Daniel Kahneman, prix nobel d’économie, a également avancé dans une de ces publications que si disposer de haut revenus n’augmente que faiblement le bonheur, le fait de disposer d’un faible revenu aurait tendance à exacerber le mal-être ressentis suite à des malheur tel qu’un divorce, la maladie…, ce qui impacterait fortement le bien-être émotionnel.

D’après ces observations, on serait en droit de penser que l’argent fait croître indéfiniment le bonheur. Cependant, quelqu’un gagnant 10 fois plus que moi sera-t-il vraiment 10 fois plus heureux que moi, on aurait tendance à répondre “non”, on se retrouve donc face à un paradoxe, qui a été étudié pour la première fois par Richard Easterlin.

 

cube-1293954_640

https://pixabay.com/fr/ cube-escher-gradient-mc-escher-1293954/


L’argent qui ne fait plus le bonheur : Le paradoxe d’EASTERLIN 

 

En 1974, Richard Easterlin découvre, suite à une étude de l’évolution du bonheur moyen et des revenus aux Etats-Unis, que la relation entre le bien-être et l’argent ne semble pas être corrélés. (cf courbe du bonheur et du PIB en fonction du temps: http://www.captaineconomics.fr/images/happiness-income-usa.png ).

D’après le graphique, on constate que la courbe du bonheur moyen aux Etats-Unis reste globalement stable malgré l’augmentation du revenu réel par habitant, cet exemple met en lumière que l’augmentation de richesse d’un pays n’influe pas forcément sur le bonheur de ses habitants.

A la suite de certaines critiques adressées à son paradoxe, prétendant que ce paradoxe ne serait que rarement vérifié, Easterlin a approfondit son étude et à découvert que sur une échelle de temps relativement restreinte, il semble bel et bien y avoir corrélation entre les variations des revenus et celle du bonheur, mais que sur des périodes de temps plus large, il est possible de passer outre les variations cycliques des revenus et celle du bonheur, ce qui permet d’observer le paradoxe dont il défend l’existence (cf  http://ftp.iza.org/dp9676.pdf page 22). On voit alors bien que le bonheur (H) et les revenus (Y) suivent des variations cycliques, mais qu’au final les revenus n’influent pas réellement sur le bonheur.

On constate d’après les travaux d’Easterlin que l’argent, comme le soutenait les auteurs précédents contribue bel et bien d’une certaine façon au bonheur,ce qui se vérifie surtout pour des revenus plutôt faible, mais que passé un certain seuil d’environ 75’000$ annuel (Kahneman), il n’est plus un facteur important de l’élévation du bonheur.

On est donc en droit de se demander pourquoi l’influence de l’argent fini par s’atténuer.

Explication de ce phénomène :

 

detective-1424831_640

https://pixabay.com/fr/ d%C3%A9tective-chercher-l-homme-1424831/

  – Premièrement, par le phénomène dit du “tapis roulant hédonique”. Il s’agit d’un phénomène observable après une augmentation du salaire. Selon David Castello-Lopes, cette augmentation de salaire augmenterait le bonheur de l’individu, mais, cet individu s’acclimaterait petit à petit à son nouveau train de vie. De ce fait, au bout de quelques années, le bonheur de cet individu se retrouverait au même niveau qu’avant son augmentation, sans que l’individu en question ne s’en soit rendu compte.      

–  Deuxièmement, par le fait que l’argent posséderait d’après Frédéric Moser, selon les recherches de Jordi Quoidbach, une capacité à réduire notre capacité à savourer les petits plaisirs de la vie. Cette étude a également montré que l’argent de par sa simple exposition à travers des photos suffit à activer la réduction de notre capacité à savourer les petits plaisirs.

Une Troisième explication peut-être apportée par Carlos A. Primo Braga. D’après lui, les individus ont tendance à comparer leurs salaires. Le fait de toucher un salaire plus élevé que son voisin n’augmente pas le bien-être émotionnel, mais apporterait une certaine satisfaction de sa vie. Or, d’après Pierre Rondeau, si tout le monde touchait un salaire élevé, mais identique, personne ne serait heureux, car nous serions tout pareilles. L’essentiel serait de gagner plus que les autres, cela s’illustre toujours d’après lui, par les résultats d’un sondage de Lucie Davoine, au cours duquel 70% des personnes aurait déclaré préférer gagner 50’000€ mais que tout le monde en gagne 25’000 plutôt que de gagner 100’000€ mais que tout le monde en gagne 200’000. D’après de nombreuses études, la satisfaction de gagner plus que les autres croiraient sans limite.

Conclusion : 

 

 Pour conclure, l’argent occupe bel et bien une place cruciale dans le bonheur à l’échelle mondiale mais également pour des faibles salaires, en effet, une fois que notre salaire nous permet de vivre “convenablement”, il se met à jouer un rôle moins important car les phénomènes tel que le tapis roulant hédonique et l’entrave à la capacité de savourer les petits plaisirs se mettent à compenser l’augmentation de bonheur engendré par le surplus d’argent.

Article rédigé par BECK Aristide et POLITO Vincent

Bibliographie : 

stack-of-books-1001655_640

https://pixabay.com/ fr/pile-de-livres-livres-anciens-livre-1001655/

  • CASTELLO-LOPES David, COHEN Léonard, GRAND Emmanuel, et al. L’argent fait-il le bonheur ? – Le Chiffroscope. In Canal + [en ligne], 16/02/2013 [consulté le 09.02.2017], disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=DMIO7bcDFoI.

 

  • EASTERLIN Richard A. Paradox Lost?. In IZA n°9767 [en ligne], 01/2016 [consulté le 10.02.2017], disponible sur : http://ftp.iza.org/dp9676.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources Images : 

 

  • Geralt. Pixabay [en ligne] disponible sur : https://pixabay.com/fr/euro-pi%C3%A8ces-de-monnaie-l-homme-317928/
  • OpenClipart-Vectors. Pixabay [en ligne] disponible sur : https://pixabay.com/fr/cube-escher-gradient-mc-escher-1293954/
  • GraphicMama-team. Pixabay [en ligne] disponible sur : https://pixabay.com/fr/d%C3%A9tective-chercher-l-homme-1424831/
  • jill111. Pixabay [en ligne] disponible sur : https://pixabay.com/fr/pile-de-livres-livres-anciens-livre-1001655/
Ce contenu a été publié dans Le bonheur, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à L’argent fait-il le bonheur ?

  1. SCHARFF dit :

    Je trouve votre article très intéressant et constructif grâce à vos exemples pertinents. Le paradoxe d’ Easterlin est très bien détaillé.
    Félicitation

  2. btsenil dit :

    Article bien présenté, pédagogique et intuitif. Les illustrations que vous utilisez sont en lien avec vos questions de départ, ce qui est très judicieux. Aussi il est développé de bons arguments pertinents.

  3. Hugo Papillard dit :

    Je trouve votre blog très bien écrit, et bien présenté. Nos problématiques
    étaient assez proche mais nous avons pas traité le sujet de la même façon ce qui fait que j’ai appris de nouvelles choses.

  4. PANCHER Quentin dit :

    Article écrit avec beaucoup de rigueur, très bien présenté et surtout suffisamment claire malgré un sujet complexe. Félicitations

  5. CHARVY dit :

    Votre article suit une excellente logique et est illustré. Que demander de plus ?