Les jeux vidéo, la nouvelle addiction des jeunes ?

Les jeux vidéo sont définis comme des jeux nécessitant un dispositif informatique comme un ordinateur ou une console de jeu dans lequel le joueur agit sur un environnement virtuel. 

Dans le graphique ci-dessous nous pouvons constater le pourcentage de jeunes qui jouent aux jeux vidéo en 2017  soit 95% ont entre 10 et 14 ans, 92%  entre 15 et 18 ans et 91% entre 19 et 24 ans.Nous pouvons constater qu’il y a beaucoup de jeunes qui s’intéressent de plus en plus tôt à cette activité. Ce phénomène peut-il devenir une addiction ?

Pouvons-nous considérer les jeux vidéo comme une addiction ?

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé  le « trouble du jeu vidéo » sera bientôt une maladie. Les risques d’addiction liés à ce « trouble » serait ajouté à la onzième liste de la classification internationale des maladies (CIM).
Il faut jouer pendant au moins un an de façon anormale aux jeux vidéo avant d’être diagnostiqué comme étant addicte à ce « trouble ». Le « trouble du jeu vidéo » est relativement nouveau il n’est pas encore possible de déterminer le pourcentage de personne qui peut être atteinte de l’addiction. Cependant, de nouvelles recherches et de nouvelles ressources vont être développées pour combattre ce problème.

D’après Serge Tisseron, Psychiatre, docteur en psychologie, habilité à diriger des recherche et membre de l’académie des technologies il n’existe aucunes corrélations entre le fait de jouer beaucoup aux jeux vidéo à l’adolescence et le fait d’y jouer à l’âge adulte.
Il est vrai que certains adolescents peuvent s’enfermer dans les jeux vidéo mais ce n’est pas forcément une addiction. Cela peut être du au fait qu’il est dépressif et que si on lui enlève ce « refuge » il ne restera de lui qu’une coquille vide car on lui aura enlevé la seule chose qui lui permet de ce sentir bien. ici

 

Les jeux vidéo peuvent-ils être source de conflits ?

Les jeux vidéo peuvent en effet être source de conflits, surtout entre l’adolescent et ses parents qui essaient désespérément de le brider pour qu’il joue moins à ses jeux.
Les parents essaient de canaliser leur enfant en mettant un code parental sur l’ordinateur malheureusement les jeunes trouvent souvent voir toujours une solution pour contourner le problème. Par exemple dans l’article du Le Figaro : Mathieu 14 ans, a placer une caméra cachée dans la pièce pour filmer sa mère et ainsi connaître le code de l’ordinateur. Lorsqu’il s’est fait démasquer il a alors trouver un document en anglais expliquant comment hacker un ordinateur. Il est ainsi devenu l’administrateur de l’ordinateur familiale.
Autre exemple du Le Figaro : Louis, 40 ans pensait avoir trouvé la solution pour empêcher son fils de jouer sur l’ordinateur. Mais il s’est vite rendu compte que son fils craquait le code de l’ordinateur de plusieurs manières grâce à des codes que ce passe les joueurs du même réseau. ici
Beaucoup de jeunes ce disputent avec leurs parents car ils ne peuvent pas quitter leur jeu tant qu’ils n’ont pas sauvegardés leur progression de peur de perdre tout ce qu’il ont obtenu lors de leur partie (achat d’arme, progression de l’aventure, etc,…).

 

Quelles sont les conséquences que peuvent avoir les jeux vidéo sur les jeunes ?

Les jeux vidéo peuvent avoir des conséquences positives et négatives sur le comportement des jeunes. Cependant cela dépend de leur personnalité,de leur caractère et de leur tempérament.
De plus, il est obligatoire pour les producteurs de jeux vidéo de mettre des pictogrammes d’âge conseillé et de mise en garde selon ce qu’il peut y avoir comme scènes dans le jeu (nudité/sexe, langage vulgaire, violence, peur,…)

  • Limite d’âge pour les jeux

Pour commencer il existe différent type de jeux (aventure, stratégie, guerre,…) différents pictogrammes on été mit en place pour prévenir le public à partir de quel âge le jeu est conseillé. Pegi signifie : Pan European Game Information.


Ces derniers ce trouvent généralement sur l’avant (en bas à gauche) de la boite du jeu. Malheureusement, beaucoup de jeunes ignorent les pegi et n’hésite pas à acheter un jeu de guerre interdit au moins de 18 ans alors qu’ils n’ont que 12 ans.
Les jeux d’aventure sont généralement conseillés entre 3 et 12 ans  (ex: la saga Mario à partir de 3 ans, Dragon Quest VIII est conseillé à partir de 12 ans)

  • Les MMORPG

Les MMORPG sont des jeux de rôles en ligne massivement multijoueur, ces jeux permettent aux joueurs de faire de nouvelles rencontres via internet et peut parfois permettre aux jeunes de créer de véritable liens d’amitiés avec les autres membres de leur guilde (lieu où les joueurs d’un même camps  ce réunissent pour parler ensemble), et même parfois au delà de la guilde. Lorsque les joueurs ont crées des liens entre eux ils échangent parfois leur Facebook, ou leur Skype pour pouvoir ce parler en vocal en même temps qu’ils jouent pour pouvoir s’aider plus facilement et travailler ensemble sur leurs stratégies.
Ces jeux font ce concentrer les jeunes ce qui les immergent complètement dans le jeu et c’est cela qui fait qu’ils ne voient pas le temps passer.

Les jeux de stratégies :

Le but d’un jeu de stratégie est de réaliser un objectif connu : augmenter sa domination, combattre un ou plusieurs ennemis sur un terrain de jeu, faire prospérer une entité.
Ce type de jeu fait travailler le cerveau des jeunes car il faut parfois utiliser des stratégies souvent compliquées pour pouvoir venir un bout d’un adversaire.
Il existe beaucoup de jeunes qui jouent à des jeux de stratégies sans vraiment chercher à comprendre et à utiliser ces dernières car ils ne s’intéressent pas au côté stratégique du jeu mais plus à ses côtés détente et plaisir.

Conclusion

On peut définir l’addiction aux jeux vidéo par rapport aux points de vus de chaque  personne vu que les études et les enquêtes ce contredisent parfois donc certaines personnes diront qu’il s’agit d’une addiction d’autre non. Et ce n’est pas parce que des jeunes jouent 4 heures d’affilées qu’ils sont addictent aux jeux vidéo, ils peuvent eux-même dire s’ils se considèrent comme étant addictent aux jeux vidéo ou non. Il faut attendre de nouvelles études, pour considérer les jeux vidéos comme une addiction. 

Ecrit par Bourgeois Océane et Verdenet–Thénot Charlotte BTS GEMEAU 1

Bibliographie

 Serge Tisseron, « Le piège de l’addiction aux jeux vidéo » paru le 07/01/2018 et disponible sur https://sergetisseron.com/blog/le-piege-de-l-addiction-au-jeu-video

Le Monde, « L’addiction aux jeux video sera bientot une maladie reconnue par l’OMS » paru le 05/01/2018 et disponible sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/01/05/l-addiction-aux-jeux-video-sera-bientot-reconnue-comme-une-maladie-par-l-oms_5238061_4408996.html

IFAC, »Accro au jeu vidéo? » pas de date de paruption disponible sur : http://www.ifac-addictions.fr/accro-au-jeu-video.html

Le Figaro, Dépendance aux jeux vidéo : nouvelle crise d’adolescence, Cécilia Gabizon, paru le 16/02/2009 disponible sur http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/02/16/01016-20090216ARTFIG00389-dependance-aux-jeux-video-nouvelle-crise-d-adolescence-.php

Statista, » Proportion de joueurs de jeux vidéo en France en 2017, par tranche d’age » :  https://fr.statista.com/statistiques/481002/proportion-gamers-francais-age-jeux-video

Au Féminim, « Famille : Quelles sont les plus grandes angoisses des parents aujourd’hui? » http://www.aufeminin.com/societe/famille-quelles-sont-les-plus-grandes-angoisses-des-parents-aujourd-hui-s1585.html

« Jeux-mmorpg.com » : http://www.jeux-mmorpg.com/forsaken-world.html

« Controle parental et sécurité internet »: http://controle-parental-securite-internet.blogspot.fr/2013/07/protegez-ses-enfants-des-jeux-video-la.html

« Jeux vidéo infos parents » : http://www.jeuxvideoinfoparents.fr/dossiers.php?id=542&voir=6

 

Ce contenu a été publié dans La jeunesse, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les jeux vidéo, la nouvelle addiction des jeunes ?

  1. HUGUES-DIT-CILES Baptiste dit :

    Un sujet d’actualité et qui nous touche, cela peut faire réfléchir.

  2. Kevin AUDEBET dit :

    Avec de nouvelles apparitions technologiques comme par exemple les casques de réalité virtuelle ce genre de problématique va complètement trouver son sens. Le sujet est traité. Ayant déjà eu ce genre de problème je peut comprendre le côté addictif de la chose et je suis heureux que vous ayez cité quelques points positifs au fait de s’adonner à ce genre de pratique bien qu’un excès n’est jamais recommandé évidemment. Merci à vous deux.